Menu

Messages
Tous les évènements ICI

Publicité
CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

ARCANIA
"Dreams are dead"
2014
(Great Dane Records)


Discographie

Arcania (2001)
Arcania  (2002)
Live is not dead (2003)
Arcania  (2005)
Sweet angel dust (2010)
Dreams are dead (2014)


ARCANIA voit le jour en 1999 du côté d'Angers, sous l'impulsion de Cyril, Guillaume et Gabriel. Le groupe prend ses marques et compose. Les sorties se succèdent. Après deux démos (2001 et 2002) et un "Live is not dead" de 2003, rien ne saurait arrêter l'avancée d'ARCANIA, pas même le décès du batteur Gabriel en 2003. Sonné, le groupe décide néanmoins de continuer son aventure.

C'est avec la sortie du MCD "Arcania" en 2005 que la reconnaissance commence à se faire sentir. Le guitariste Nicolas Alberny rejoint la bande, qui sort "Sweet angel dust" en 2010. L'album est salué par la critique et la reconnaissance suit son petit bonhomme de chemin.

Les concerts se suivent, avec des participations au Hellfest 2012, Hell'Oween Fest 2012. Cette même année, ARCANIA accueille dans ses rangs le guitariste Niko Beleg. Puis les concerts continuent, et d'autres festivals, Metallurgicales 2013, Motocultor 2014...

Rôdés et dotés de nouvelles compositions, les musiciens se rendent en studio pour enfanter de leur prochain album "Dreams are dead". Il est enregistré au "Dome Studio" par  David Poitvin (TANK, Lyzanxia, One Way Mirror...) et sort dans les bacs en Mai 2014 via le label Great Dane Records.

Après une douce intro, les premières mesures de "Watch us dying" se font entendre. D'entrée ont sent que l'on a à faire à du lourd. Le puissance du riff se met en train, accompagné d'une rythmique béton.

Le chant de Cyril est à la fois profond, puissant et énergique. Loin des tessitures Death, il est plus affuté avec plus de nuances, même s'il reste écorché et rageur. Pour comparer nous sommes dans les tons d'un James Hetfield (METALLICA), d'un Matt Heafy (TRIVIUM) ou d'un Joe Duplantier (GOJIRA).

La musique des angevins est violente c'est une chose, mais également très technique, nous abreuvant de parties de guitares marquées au fer rouge et d'enchainements musicaux à la fois variés et complexes, tout en suivant une logique musicale.

Là où le groupe fait fort, c'est qu'il peut aisément rallier à sa cause aussi bien les amateurs de Thrash technique que les fans de Heavy Metal, car même si c'est puissant, les compos n'en sont pas moins dénuées de mélodies, tant vocales que musicales. Ce mélange de Thrash technique et de Heavy est pour le moins agréable et bien amené.

N'oublions pas le jeu de batterie d'Olivier qui martèle ses fûts comme un beau diable, variant les tempo. Mais comment fait-il ? Il n'arrête pas un seul instant, frappant sans arrêt. Un vrai régal.

Enfin, comment passer sous silence cette merveille d'instrumental "Dreams ends all days". Un pavé de près de 11 minutes de bonheur où l'on peut admirer toute la dextérité des musiciens.

Avec cet album, ARCANIA confirme tout le bien que l'on pensait de lui avec son précédent opus "Sweet angel dust". Mieux encore : le groupe s'affine et prend du galon avec des morceaux plus aboutis et travaillés, gravissant ainsi une marche dans l'échelle du professionnalisme.

Les fans de groupes comme METALLICA, TRIVIUM, SLAYER, GOJIRA... trouveront leur compte avec ARCANIA, d'autant plus que la production porte et met en avant les compositions de la bande. C'est du bon, je vous le dis !

Chronique par Duby
Juillet 2014


01 - Intro (1:38)
02 - Watch us dying (5:05)
03 - Rise and never fall (4:29)
04 - Face in the mirror (5:10)
05 - Dreams are dead (5:25)
06 - Inside the crowd (7:05)
07 - Dreams ends all days (10:54)
08 - Suffering for an answer (4:51)
09 - A scar in our mind (6:54)
10 - Days ends all dreams (5:30)

Musiciens : Cyril Peglio (Chant/Guitare), Niko Beleg (Guitare), Guillaume Rossard (Basse), Olivier Chène (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés