Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

GARDEN OF SINNERS
"Truthsayers"
2018
(Autoproduction)


Discographie

Truthsayers (2018)


Agréable découverte que celle des Rochelais de GARDEN OF SINNERS lors de leur prestation scénique à Saint-Jean d’Angély (17) le 19 mai 2018. C'était à la salle Aliénor d’Aquitaine en compagnie des groupes RUDE AWAKENING, LET ME ROCK, et la présence de Philippe Yborra, chanteur de SILVERTRAIN, qui était initialement prévu sur l’affiche, mais dont les problèmes de Line-up avaient entraînés l’annulation (Je vous en parlerai un peu plus pour la chronique de l’album "No illusion"). Les cinq charentais de GARDEN OF SINNERS proposèrent un set solide, interprétant dix titres de leur premier album dont la sortie était imminente, plus une reprise, dont le seul titre annonce le groupe : "I want you" joué avec maestria, enflammant le parterre d’un public conquis. Après une prestation de cette qualité, il était indispensable d’en savoir plus sur ce groupe prometteur :

GARDEN OF SINNERS a été créé en 2013 suite à la rencontre des deux guitaristes Thierry Villard et Lizee Bauweens, qui décident de fonder un groupe de Heavy. Ils commencent à mettre en place les premiers titres dont "Truthsayers", "Rise", et "Savage". En 2015, le groupe se renforce avec la venue du bassiste Stephan Bariteaud, alors que plusieurs batteurs se relaieront. Ils adoptent le nom de GARDEN OF SINNERS en hommage au morceau du groupe de Power Metal GAMMA RAY, dont les deux fondateurs sont fans.

La deuxième vague de morceaux voit le jour. Ils complèteront les premiers pour former le 1er album, "Truthsayers" à venir. L’année 2017 est charnière car le groupe termine d’enregistrer son album, et aussi joue ses premières scènes en Aquitaine, dont celle notable pour le Helloween Fest à la Chapelle Chavagne. C’est aussi l’année de la rencontre de leur batteur actuel Edgar Decrolière qui rejoint la formation en Janvier, puis enfin, Guy Bouthet au chant (que j’avais déjà découvert lorsqu’il tenait le micro pour le groupe de Heavy Metal SHROUD) par la suite, ce qui permet au groupe de jouer avec un line up complet. Les principales inspirations du groupe sont : MAIDEN, JUDAS PRIEST, HELLOWEEN, GAMMA RAY... Leur sérieux et leur talent leur permettra de décrocher une participation et de pouvoir jouer au Hellfest à Clisson, lors des Hell Sessions.

Pour leur premier enregistrement autoproduit, les musiciens ont voulu mettre un maximum d’atouts de leur côté. Ainsi, ils ont confié le mixage à Sylvain Rouvière à Nantes. Ce dernier en profitera d’ailleurs pour faire quelques backing vocals sur l’album. Le mastering est effectué en Finlande au Finnvox Studio par Mika Jussila. Un gain certain pour l’aspect audio. Pour le visuel, les Rochelais font appel à J.P. Fournier, qui s’est déjà fait un nom dans le milieu. L’artwork est très réussi, faisant penser aux œuvres de leurs idoles GAMMA RAY. Le dessin Science-Fiction regorge de détails : un monde futuriste en feu. Le livret du CD est complet, comportant les paroles des chansons, des photos de chaque musicien, une du groupe et les divers renseignements sur l’enregistrement et les habituels remerciements. Leur album "Truthsayers" qui contient onze titres, sort en digital le 22 Avril 2018, et en Compact Disc le 25 Mai 2018.

"Downfall" ouvre les hostilités sur un tempo rapide, accentué par les cris du chant et des chœurs poussant la "machine". De sa voix, Guy mène les débats. J’avais déjà pu apprécier son talent au sein de son précédent groupe SHROUD. Son timbre plutôt aiguë excelle dans le registre. Chaque instrumentiste fait plutôt preuve de professionnalisme et d’un talent certain. Ça joue grave, que ce soit rythmiquement ou côté solistes, rôle que se renvoient magistralement les deux guitaristes. Les textes des chansons sont plutôt longues chez GARDEN OF SINNERS, cela n’entachant en rien leur efficacité, à l’instar des refrains qui marquent les esprits. Nous sommes dans un registre typiquement ancré dans le Power Mélodique. L’ombre de HELLOWEEN / GAMMA RAY est omni présente, sans toutefois faire montre d’un quelconque copiage. Les rochelais ont absorbé leurs influences, les digérant pour mieux les retranscrire dans leurs propres compositions.

On poursuit dans un registre plus lourd avec "Truthsayers", Guy prouvant qu’il sait moduler sa voix. Ayant découvert le groupe dans sa version live, je connais donc l’impact et l’efficacité de l’univers musical de GARDEN OF SINNERS. Le rendu studio des titres, accentué par la qualité du son, permet d’apprécier grandement les compositions des rochelais qui œuvrent dans des durées traditionnelles pour le style : quatre à cinq minutes, à quelques exceptions près. Plutôt nombreux, les solos sont des nappes mélodieuses portées par une rythmique qui pousse nos nuques à suivre le tempo les yeux fermés.

"In flames" part dans un registre de soli rapides, après quarante secondes de mise en ambiances. Possédant déjà un refrain efficace, le groupe y ajoute une partie encore plus fédératrice avec des "
I’ll fight to back…" répétés plusieurs fois, ponctués par une rythmique les mettant en valeur. Plusieurs breaks sujets à matière pour de splendides soli de guitares, puis nouveau refrain, et nouveaux soli dans un registre plus rapide ! C’est monstrueusement efficace et diablement jouissif côté audition ! Après un énième refrain, on a droit à des "Ho ho ho" qui ont une réelle valeur live, pour conclure ce titre en maximisant le gain d’efficacité.

Les titres s’enchainent sans marquer le moindre désintérêt. "New dimension" est la chanson la plus longue de l’album, affichant près de cinq minutes quarante-deux au compteur. Prétexte à de belles parties instrumentales. Les chœurs savamment placés sont un gain certain au titre. Au milieu du morceau, on découvre une partie plus lourde rythmiquement parlant, sur laquelle une voix grave déclame un texte suivi de rires bien démoniaques, la musique évoluant vers un nouveau passage mélodique à base de solos de guitares.

"Deliverance" est une réussite avec sa rythmique galopante que n’aurait pas renié un IRON MAIDEN. Un titre Heavy qui martyrise agréablement nos nuques ! Soulignons le passage plus calme, sujet à de belles mélodies, avant de repartir sur le côté puissant du Heavy, accentué par les cris de Guy, qui part bien dans les aiguës ! Un de mes titres préférés de cet album, même si aucun n’est en dessous des autres côté attractivité !

"Savage" possède une rythmique typée NWOBHM et le chant grave des couplets fait méchamment penser à celui d’un Rob Halford de JUDAS PRIEST. GARDEN OF SINNERS sait parfaitement jouer sur les ambiances, n’hésitant pas à calmer le jeu, quitte à l’arrêter pour encore mieux repartir, comme sur ce titre, pour une partie instrumentale rapide et mélodieuse à souhait ! Encore un refrain fédérateur avec ses "
savage" "ravage"…

"Inside the mirrors" est le titre le plus court de l’album, dépassant de peu les trois minutes. Un morceau plus teinté Heavy Rock. Même s’il continue à bien monter dans les aigues, Guy laisse apparaître d’autres registres dans son timbre vocal an potentiel certain, qui peut ouvrir d’autres voies à l’univers musical du groupe. La rythmique de Stephan et Edgar est un parfait tremplin sur lequel les doigts de Thierry et Lizee, sur leurs six-cordes, tissent des toiles de mélodies envoûtantes. Il est à préciser qu’étant donné que Guy est le petit dernier à avoir intégré le groupe, il n’a pas, en tout cas sur l’album, participé à la composition des titres, ces derniers étant à l’initiative des deux guitaristes : Thierry pour la musique et Lizee pour les paroles. La cohésion des membres de GARDEN OF SINNERS, et leurs travail en commun tant en répet’ qu’en live devrait par la suite faire évoluer les choses.

La suite des festivités est du même avenant qualitativement parlant. "Ignition", ponctué par des voix graves narratives imageant le démon, "In this land" au refrain très mélodique à l’empreinte teinté GAMMA RAY, de ceux que l’on se surprend à chanter en chœur avec le groupe durant leurs prestations. Les "Ho ho ho" sont de nouveau de la partie, un gain live garanti ! "Rise" est une petite perle d’efficacité avec ses "
freedom" fédérateurs, ses soli endiablés, avant que l’album ne se conclu sur l'instrumental "The time traveler" dépassant les huit minutes. Un morceau Heavy aux nombreux changements de breaks, savamment placés, accentuant les tempos, ou le calmant au besoin de la mélodie omniprésente, alternant rythmiquement riffs bien marqués et soli de circonstance. On se laisse embarquer jusqu’à la fin et on se surprend à en vouloir de nouveau, pourtant ce "Truthsayers" avoisine l’heure de musique !

GARDEN OF SINNERS a tout compris, nous proposant un voyage musical nous entraînant au cœur du Heavy Metal, teinté Power Mélodique. Un univers mélodieusement attractif avec de longs soli de guitares, qui privilégient l’efficacité à l’esbroufe, des rythmiques orchestralement percutantes et des hurlements fantomatiques. Un chanteur de talent dont le registre est à situer entre un Rob Halford, Bruce Dickinson et un Michael Kiske, sans "pomper" l’un ou l’autre, fait son petit effet ! Des musiciens de talent, que ce soit la rythmique ou les deux guitaristes qui desservent des nappes de mélodies sans se la jouer Guitar Hero. Avec ce premier album, GARDEN OF SINNERS se signale déjà comme une des belles promesses de la nouvelle vague de groupes de Heavy made in France, un groupe à suivre et à booster d’urgence !!! En attendant, dépêchez-vous de vous procurer ce "Truthsayers" auprès du groupe et n’hésitez pas à aller le voir en concert dès que l’occasion se présentera... plaisirs garantis !!!

Chronique par Dom Baillon
Août 2018


01 - Downfall (4:28)
02 - Truthsayers (4:07)
03 - In flames (5:02)
04 - New dimension (5:42)
05 - Deliverance (5:10)
06 - Savage (4:20)
07 - Inside the mirror (3:18)
08 - lgnition (4:28)
09 - In this land (5:20)
10 - Rise (4:15)
11 - The time traveler (8:26)

Musiciens : Guy Bouthet (Chant), Thierry Villard (Guitares), Lizee Bauwens (Guitares), Stephan Bariteaud (Basse), Edgar Decrolière (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés