Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

HARFANG
"Slice of life"
2017
(Armée de la mort Records)


Discographie

Harfang (K7 1985)
L'appel de la chouette (K7 1986)
Harfang (K7 1987)
Harfang (K7 1988)
Slice of life (CD 2017)


Après l’excellent travail pour nous faire (re)découvrir un groupe à la carrière éphémère et n’ayant enregistré que des démos avec les charentais de DÄRKNËSS, le label L'Armée de la Mort Records récidive avec les rochelais d’HARFANG. Un très bel hommage via ce témoignage auditif, et une nouvelle occasion d’apprécier tout le talent de musiciens qui auraient mérité de sortir de l’ombre.

Un long travail de plusieurs mois a été nécessaire pour récupérer les divers enregistrements et les retravailler pour qu’ils aient un son leur rendant honneur. Les bandes ainsi récoltées furent masterisées par Fog au "
Caveau Studio". Le résultat est un double CD d’une trentaine de titres au doux nom de "Slice of life". Le premier objet dévoile les enregistrements officiels : démos, rehearsal et parutions de compilations. Le second montre le groupe en action "Version Live".

Ce double album d’HARFANG "Slice of life" est officiellement disponible en septembre 2017, avec avec une très belle illustration que l’on doit à Renaud B. et représentant une tombe sur laquelle est gravé le titre de l’album. La pierre est poussée sur le côté par son résident qui montre ainsi qu’il veut sortir. Illuminée par la pleine lune, une chouette (Harfang) survole la scène. Le livret de 16 pages est plutôt bien fait et complet. On y découvre la biographie du groupe en anglais, la reproduction des pochettes de leurs démos, ainsi que des compilations. On trouve aussi diverses affiches, quelques articles de presse et des photos du groupe en live lors du "
Witchcraft Festival" le 27/04/1985 à La Rochelle, Port-des-Barques le 20/07/1985, la MJC de la Rochelle le 23/05/1985 et le 18/01/1986, Puilboreau le 08/11/1986, ainsi que des photos du dernier line-up d’HARFANG.

Le groupe se forme avec le nom d’HAMMER en octobre 1984 sous l’impulsion des deux frères Bourretère, Bruno "Bob" et Frédéric "Fred", tous les deux guitaristes. S’ajoutent le chanteur Cyril "Doc Saint-Cyr" et une section rythmique constituée d’Alain Gabet à la Basse et Olivier Bertrand à la Batterie. Après une phase de composition, le groupe effectue son premier concert en février 1985, présentant un Hard Rock classique mais au fort potentiel. D’autres suivront. En juillet, ils sortent leur première démo sous leur nouveau patronyme : HARFANG. Cette démo contient cinq titres, pour une durée de plus de vingt-six minutes. On la découvre en écoutant le premier CD "First slice".

"Hard & Heavy" ouvre les hostilités, sous l’impulsions des guitares omni présentes chez HARFANG. Résolument mélodiques, elles témoignent du talent déjà prometteur des deux frangins. Le son, témoin d’une époque, est plutôt bon et chaque instrument parfaitement audible. Quelques soli de mise en ambiance et la rythmique batterie en avant lance le tempo. La voix de "Doc Saint-Cyr" entre dans la danse, déclamant dans la langue de Molière un premier couplet. S’ensuit de nouveaux soli de six-cordes, une rythmique qui pousse aux head bangings, nouveau couplet et un refrain taillé pour le live qu’on s’imagine aisément repris en chœur par un public conquis. Les guitares s’en donnent à chœur joie, disséminant multitudes de soli judicieusement placés. La batterie fait le boulot, relançant l’impact du morceau, secondée par des riffs mordants. Une entrée en matière qui a au moins l’attrait d’interpeller l’auditeur. Ca fleure les cinq minutes de durée et on ne descendra pas beaucoup en dessous avec "Survivre" qui enchaine. Le tempo est légèrement plus rapide. Nous sommes face à un Heavy Metal mélodique avec des successions de soli qui font figure de marque de fabrique chez les Rochelais. Bien que simple, le refrain est fédérateur. Même si les guitares mènent le bal, chaque musicien est efficace, sachant bonifier la qualité du morceau, à l’instar de ces quelques notes de basses à sa fin. "Irish" est une longue Power Ballade, à la gloire de l’Irlande. Certains auront un peu de mal avec le timbre de voix de Doc sur les parties les plus douces, mais ce n’est qu’une question de sensibilité. Musicalement, on se laisse bercer et emporter dans l’univers d’HARFANG alors que "L’exterminateur" se fait plus Heavy, ponctué de quelques changements de breaks savoureux. "Odyssée" conclut cette première démo. Le tempo est enlevé et le morceau efficace. Ponctué de quelques "
ho ho", le refrain s’avère plaisant. Avec ce premier enregistrement et la qualité de composition et les mélodies proposées, HARFANG surprend malgré la jeunesse de ses membres et quelques imperfections. Mois après mois, le groupe se forge une solide réputation scénique, alors que leur démo fait son chemin sur quelques stations de radios locales.

En février 1986, une nouvelle maquette quatre titres est distribuée sous le nom "L’appel de la chouette". Une chouette omni présente dans l’imagerie du groupe. C’est la batterie d’Olivier qui lance "Oceane" sur un tempo plutôt rapide suivi de soli de six cordes endiablés. Le son est meilleur. "
Puissance et gloire – Océane"... le refrain est résolument fédérateur. Un morceau rapide dans un registre court inhabituel pour les rochelais : moins de quatre minutes ! On retrouve les épopées lyriques du rapace nocturne du sud-ouest sur le "Sanctuaire du savoir". Débutant comme une ballade, le morceau se poursuit en mid tempo au gré du texte du Doc. De longues parties instrumentales qui ne sont pas sans faire penser au travail que l’on retrouvera quelques années plus tard chez un groupe tel que MZ. "La force et la vie" durcit et accélère le tempo. A l’instar d’un "Hard & Heavy", ce morceau au refrain scandé est taillé pour le live. Les frères Bourretère nous en mettent une nouvelle fois plein les écoutilles auditives ! HARFANG conclut cette deuxième démo avec "Croisade". Sur quelques intonations moyenâgeuses des guitares, Doc parle d’une voix magistrale "Par devant Dieu ici, je jure d’arracher le tombeau du Christ à ces chiens d’infidèles Turques, par mon épée puisent-ils mourir !". La musique s’emballe, on s’embarque avec les Rochelais tout au long de cette cause divine. Sur un tempo plus posé, le refrain est efficace. Le morceau est riche en changements de breaks, de parties instrumentales plus ou moins rapides mais toujours mélodiques.

A la fin de l’année 1986, les forces créatrices du groupe Doc, Fred et Bob ont l’impression de ne plus évoluer dans le cadre restreint de La Rochelle. Ils décident de monter à Paris, pour voir enfin leur talent exploité à sa juste valeur. La rythmique d’HARFANG, Olivier et Alain, n’ont pas la motivation pour les suivre et quittent le groupe. De janvier à septembre 1987, les trois compères s’installent dans la capitale et travaillent très dur. Délaissant les anciennes chansons, ils en composent de nouvelles, avec des textes dans la langue de Shakespeare. Parallèlement, ils cherchent une nouvelle section rythmique. Assez vite, ils embauchent le bassiste "Blutch" Rogers venant de Rouen (où il jouait au sein du groupe de Heavy Metal LIGHTNING). Le quartet auditionne de nombreux batteurs avant de jeter leur dévolu sur "J.R." Patriarche qui vient de Dijon. Enfin au complet, le groupe s’attèle à la composition d’un nouveau répertoire plus pro. Le nouvel univers musical du groupe est dévoilé au public lors de quelques concerts donnés durant l’été 1988, notamment à Dijon et Auxerre. En septembre, les cinq guerriers entrent en studio pendant trois jours pour enregistrer deux nouveaux titres sur une démo. Cette dernière est beaucoup plus pro que les précédentes, et présentée avec une jaquette couleur. "A snake in the garden" ouvre les hostilités avec le son de guitares limpides et mélodiques sur fond de bruit de pluie. Une entrée en matière calme dont le fracas du tonnerre lance vraiment la machine. Rythmique et riffs se mêlent. Le chant de Doc prouve qu’il a énormément travaillé. Il passe plutôt aisément l’épreuve du chant dans la langue de Shakespeare. Le son de ces nouveaux titres est surement dû à l’apport du producteur Gilles RAVINET. Un énorme travail a été fait sur les voix, les chœurs et les arrangements. On retrouve avec plaisir le talent de deux frères sur leurs guitares. "A snake in the garden" reste dans un registre de chansons longues qu’affectionnent le HARFANG première génération. "Dance of the walkiries" poursuit dans un registre plus puissant et plus rapide. Puissance, mélodies et style sont les maîtres mots du nouvel HARFANG. La nouvelle rythmique abat le boulot avec efficacité, apportant un plus non négligeable. Les soli des frères à la six cordes sont vraiment de qualité. Les refrains sont rehaussés par des chœurs, et Doc n’hésite pas à varier son chant pour une meilleure efficacité. Patrick Gavrois tout en restant dans sa ville de Rochefort n’en continue pas moins de manager le groupe. Il inclut les deux titres de la démo sur sa compilation Tape "Haute tension" qui sort en 1989, aux côtés de WHY, ALPHERATZ, EMERSHINE, VICES et ALTAR.

Cette même année, ils apparaissent sur une autre compilation, vinyle cette fois-ci "Just say no !" aux côtés d’ANYWAY, DARKEN, FOOLS, INSIDE, JUMPER LACE, SCARCROW et SILVER SWORD. Cette dernière est d’autant plus intéressante car elle dévoile pas mal d’inédits, à l’instar du titre d’ HARFANG, que l’on retrouve à la suite sur le CD. Le son est un peu moins bon que les deux titres précédents, mais toutefois parfaitement audible. "Quest for sanity" est un bon Heavy traditionnel. La voix de Doc attaque dans les aigües plutôt avec réussite. Les chœurs sont omniprésents, bonifiant l’impact du titre. A signaler un nouveau venu derrière les fûts en la personne de Phil Sintes remplaçant "J.R.". De riches parties instrumentales se succèdent, et alors que l’on pense le morceau achevé, une voix grave s’élève et déclame solennellement la suite de l’histoire, tandis que les guitares trépignent en fond… On repart sur le chant et ce "Quest for sanity" se conclut sur un solo d’anthologie. Ce titre est le plus récent qu’HARFANG est enregistré puisque le reste proposé sur la suite de ce "Slice of life" lui est antérieure.

A l’instar des deux morceaux suivants tirés d’une rehearsal réalisée à Pouilly-en-Auxois en 1987. On y retrouve la nouvelle formation sur "Today". On sent le chant de Doc un peu fébrile au départ, s’affirmant sur la durée. Bien que n’apportant rien de neuf, cela se laisse écoutant sans déplaisir. On lui préférera "Warrior", plus riche musicalement. Ce premier CD s'achève sur un autre retour en arrière et se veut être les prémices de la découverte auditive du deuxième CD. On nous propose en effet de retrouver HARFANG en live à La Rochelle le 20 septembre 1986 avec le titre "Hadès", une excellente surprise car c’est un morceau qui ne figure pas sur les démos du groupe. Deuxième bonne surprise avec le son qui s’avère très bon pour du live, bien supérieur qualitativement à ceux des démos du groupe. Pour parfaire le tout, le titre est un très bon Heavy au refrain efficace avec des musiciens au plaisir de jouer communicatif.

Le « Second Slice » contient que des versions live et quinze titres, avec un bon lot d’inédits. Pour ouvrir les hostilités, l’ « Armée de la mort Records » nous propose de retrouver les musiciens d’HAMMER durant le « Witchcraft Festival » à la Rochelle le 27 avril 1985. Le son est une nouvelle fois de qualité plutôt surprenant pour l’époque. Doc annonce au public le morceau « Hard & Heavy », qui s’avère un véritable hymne dans cette version en public, comme le prouve la participation de ce dernier. On poursuit a cent à l’heure avec la reprise des « Kings of Metal « « Breaking the law » sur lequel les Rochelais s’en tirent avec les honneurs et la satisfaction d’un public conquis. « Survivre » prend une toute autre dimension dans sa version live. S’en suit un morceau inédit « road warrior », toujours en Français contrairement à ce que pourrais faire penser son titre. Un morceau rapide plus Hard Rock qu’Heavy, mais plutôt sympathique. C’est pas parfait mais c’est live et cela passe plutôt bien. HAMMER termine son set avec un autre reprise de Maiden cette fois-ci avec un « Wratchild » loin d’être poussif. Un an et demi est passé et l’on retrouve le groupe sous un nouveau nom HARFANG dans la ville voisine Rochefort, dans un lieu ou votre serviteur a usé ses patchs la Poudrière. Doc annonce « la force et la vie », tiré de leur deuxième démo. Le son de ce nouveau concert est aussi bon. La voix du chanteur est très audible ainsi que chaque instrumentation. Vu la qualité du son on redécouvre ce morceau. Les Rochelais font participer le public qui ne demande que ça !! Le titre suivant est un autre inédit « droit au silence » qui s’avère très bon, plutôt Heavy, un titre puissant. Des paroles pas faciles à chanter et plutôt étonnantes chez un groupe de Métal. Le discours de Doc à la fin fera sourire certains et rappelleront beaucoup à d’autres. Nouveau lieu, nouveau concert, moins de quinze jours plus tard à côté de la Rochelle Puilboreau le 8 novembre 1986. On y retrouve deux inédits « soleil noir » dans un son monstrueux, suivi de « Tour de cristal ». Qui nous donne cette impression : « il aurait été dommage de passer à côté !!! » Excellent travail musical et un chanteur transcendant !! Les rochelais nous propose un extrait de leur deuxième démo avec « croisade » avec une nouvelle fois un son supérieur à la démo, jubilatoire !! On poursuit avec un autre extrait de la même démo « sanctuaire du savoir » qui comme son prédécesseur prend une toute autre dimension ici.

Autre période autre lieu, nouvelle formation, nous nous retrouvons à Auxerre en juillet 1988, loin d’être mauvais le son est moins bon, trop de basse présente. Cela ne nous empêche pas d’apprécier version « quest for sanity » présent sur la compil’ « Just say no ! ». On enchaîne avec un inédit « coliseum », sur lequel le son s’arrange. Nous avons ainsi un bel aperçu de l’avenir musical d’HARFANG. Autres inédits autre ambiance avec un slow « fading sunbeam on a frozen earth », un monument de plus de huit minutes « the farewell kiss » sur lequel on retrouve tous les ingrédients chers au groupe. L’univers musical d’HARFANG me font penser à celui de VIRGIN STEELE.

Après deux ans après la sortie de leur dernière démo, les musiciens ne voient aucune évolution en France. Les deux frères guitaristes accompagnés du bassiste Blutch décident de tenter leur chance au Québec, Canada. Ils créèrent un nouveau groupe MISERY, avec lequel ils enregistrèrent deux démos (juin 1991 et juillet 1992), ainsi qu’un album en août 1999, mais c’est une autre histoire.

Je ne saurais trop vous conseiller de vous ruer sur ce double album de qualité proposé par le label ARMEE DE LA MORT RECORDS. Un très bel hommage et un excellent témoignage d’un groupe talentueux qui aurait mérité une belle carrière. Reste aujourd’hui ces « traces de vie » dont il serait dommage de passer à côté !! En attendant que le label s’attaque à un nouveau projet aussi intéressant.

Chronique par Dom Baillon
Avril 2018


CD 1 :

Démo I 07/1985
01 - Hard & Heavy (4:57)
02 - Survivre (4:38)
03 - Irish (6:20)
04 - L'exterminateur (5:15)
05 - Odyssée (6:30)

Démo II "L'appel de la chouette" 02/1986
06 - Océane (3:22)
07 -Sanctuaire du savoir (6:08)
08 - La force et la vie (4:20)
09 - Croisade (6:15)

Démo III 09/1988
10 - A snake in the garden (6:15)
11 - Dance of the walkyries (4:50)

"Just say no" Compilation 1989
12 - Quest for sanity (4:15)

Rehearsal in Pouilly-en-Auxois 1987
13 -Today (3:55)
14 - Warrior (3:55)

Live in La Rochelle 20/09/1986
15 -Hadès (3:55)

CD 2 :

HAMMER, live at "Witchcraft Festival"
01 - Hard & Heavy (5:12)
02 - Breaking the law (2:20)
03 - Survivre (4:30)
04 - Road warrior (3:20)
05 - Wratchild (2:45)

Live in Rochefort "La Poudrière" 26/10/1986
06 -La force et la vie (5:15)
07 -Droit au silence (5:20)

Live in Puilboreau 08/11/1986
08 - Soleil noir (4:05)
09 - Tour de cristal (5:37)
10 - Croisade (6:25)
11 - Sanctuaire du savoir (6:05)

Live in Auxerre 07/1988
12 -Quest for sanity (5:10)
13 -Coliseum (5:05)
14 - Fading sunbeam on a frozen earth (4:55)
15 -The farewell kiss (8:57)

Musiciens : "Doc Saint-Cyr" (Chant), Bruno "Bob" Bourretère (Guitares), Frédéric "Fred" Bourretère (Guitares), Alain Gabet (Basse) , Olivier Bertrand ( Batterie)

"Blutch" Rogers (Basse) de 1987 à 1990
"J. R." Patriarche (Batterie) de 1988 à 1989
Phil Sintes (Batterie) de 1989 à 1990



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés