Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

NIGHTMARE
"Cosmovision"
2001
(Napalm Records)


Discographie

Waiting for the twilight (1984)
Power of the universe (1985)
Astral deliverance (MCD 1999)
DeLIVErance (2000)
Cosmovision (2001)
Silent room (2003)
The dominion gate (2005)
Travel in the spheres of time (2006)
Genetic disorder (2007)
Insurrection (2009)
One night of insurrection (2011)
The burden of God (2012)
The aftermath (2014)
Dead sun (2016)


Revoilà la bande de Grenoble reformée après plusieurs années de séparation. La renaissance nous avait surpris avec leur mini CD 5 titres "Astral deliverance" en 1999 puis le live "DeLIVErance" de 2000.

Après toutes ces réussites, c'est fort logiquement que NIGHTMARE nous revient en cette année 2001 avec son nouvel album "Cosmovision". Pour l'occasion, ce dernier nous arrive sur le label Napalm Records.

Après la courte intro "Roads to Nazca", le premier réel titre débute. "Cosmovision", titre éponyme de cette galette est une réussite totale. Sur un tempo médium et une mélodie dont le groupe à le secret, le titre fait mouche. La composition est accompagnée de chœurs symphoniques du plus bel effet appuyant les refrains. Un superbe morceau.

"Corridors of knowledge" augmente le tempo et nous propose un morceau au refrain mélodique implacable repris en chœur.

La confirmation que l'on tient ici un retour des plus prometteurs se confirme avec le titre "Spirits of the sunset". De légers claviers appuient les mélodies et des chœurs épiques du plus bel effet renforcent encore le morceau. A noter que le guitariste français Patrick Rondat donne sur ce morceau la réplique sur son instrument fétiche.

"Behold the nighttime" emprunt de cuivres et violons est un morceau épique au possible, accompagné d'un refrain prenant et d'une énergie incroyable. Du grand art.

Le morceau "Necropolis" vous emballera à nouveau par son refrain des plus convaincant. Titre torturé dans ses rythmes saccadés mais de bonne facture.

Les chœurs prennent encore plus d'importance sur "The cemetary road", puisqu'ils portent presque à eux seuls le refrain du morceau. Encore un grand moment.

Le speed "The spiral of madness" est transcendé par ses cuivres. Encore une excellente composition avant le plus lent "Riddle in the ocean".

Moins convaincants, des titres tels le conventionnel "Kill for the new messiah", le lourd "The church" ou "The spiral of madness" ne m'emballent pas vraiment. Mais attention : "moins convaincants" ne signifie pas "à jeter".

On regrettera également certains solos pas vraiment aboutis, mais d'autres sont tellement grandioses que malgré cela, l'écoute de ce "Cosmovision" est un vrai régal.

Jo Amore confirme ici tout le bien que l'on pensait de lui au chant. Plus encore, le groupe à l'intelligence de faire évoluer son style musical et peut dès lors grappiller de nombreux nouveaux fans sans s'enliser dans un style trop glamour et 80's...

Un album novateur dans le style du groupe donc, qui prend ici un tournant, nous proposant ici et là des arrangements épiques du plus bel effet, ainsi que l'apparition d'instruments orchestraux et de synthés enjolivant encore le tout. Reste à voir ce que cela donnera en concerts...

Voilà donc un retour réussi haut la main ! NIGHTMARE est de retour, c'est une confirmation... et il faudra dorénavant compter avec lui...

Chronique par Duby
Juin 2010


01 - Roads to Nazca (0:59)
02 - Cosmovision (3:47)
03 - Corridors of knowledge (3:46)
04 - Spirits of the sunset (3:54)
05 - The church (3:47)
06 - Behold the nighttime (4:53)
07 - Necropolis (4:14)
08 - The cemetary road (4:53)
09 - Kill for the new messiah (4:09)
10 - The spiral of madness (6:19)
11 - Last flight to Sirius (5:21)
12 - Riddle in the ocean (5:24)

Musiciens : Jo Amore (Chant), Nicolas De Dominicis (Guitare), Jeannot Strippoli (Guitare), Yves Campion (Basse), David Amore (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés