Menu

Messages
Tous les évènements ICI

Publicité
CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

ORAKLE
"Eclats"
2015
(Apathia Records)


Discographie

L'ineffable émoi (MCD 2002)
Uni aux cimes (2005)
Tourments & Perdition (2008)
Eclats (2015)


Formé au milieu des années 1990, après quelques démos, ORAKLE sort un MCD "L'ineffable émoi" en 2002, suivi par "Uni aux cimes" en 2005 puis "Tourments & Perdition" en 2008. Le groupe s'octroie ensuite une coupure. C'est donc sept ans plus tard, le 11 mai 2015, que sort sur le label Apathia Records son troisième album "Eclats".

La bête est enregistrée et mixée entre 2012 et 2014 par Frédéric A. Gervais au "Henosis Studio" situé à Bois d'Arcy. La batterie est enregistrée et mixée par Fernando Pereira Lopes et Frédéric A. Gervais à la MJC Limours & L'Abri Blues. La masterisation est l'œuvre de Bruno Gruel à Elektra Mastering.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la dose à été mise sur le packaging, tout simplement superbe, que ce soit au niveau du digipack ou du livret 16 pages. Tout sent la méticulosité, sur un travail du peintre sculpteur français Robert Le Lagadec.

Au niveau de la musique, mettons les choses au clair dès maintenant : il faut être adepte du genre. La bande officie dans un registre Black Progressif et fait montre d'une belle maitrise technique. La musique du gang est torturée au plus haut point.  Le chant est varié puisqu'il peut être clair, Black ou Growlé, sur des textes toujours écrits en français.

ORAKLE ne se donne aucune limite, à tel point que sa musique peut paraitre déstructurée (Cela vaut pour chaque compo de la galette). Mais plus que du Metal, ORAKLE propose des ambiances en majorité Rock Prog, voire atmosphériques ou même musique d'ambiance, fusion ou expérimentale... ce qui pourrait déstabiliser le fan de Metal le plus ouvert...

Plus encore, la musique semble n'être qu'un grand capharnaüm partant dans tous les sens et demande à être apprivoisée. Et pourtant, ce grand foutoir déstructuré est plutôt compact et murement réfléchi, avec des ambiances particulières et variées, vous prenant constamment à contre-pied. Tout cela est bigrement travaillé dans le moindre détail.

Il est bien compliqué de détailler chaque compo tant elles sont complexes et fourmillent de détails et de parties s'imbriquant les unes aux autres.

Ainsi "Les sens de la Terre" est plutôt atmosphérique, avec des guitares claires et un chant qui l'est tout autant. Un titre calme et sirupeux limite taillé pour les radios à mémère, avant que l'énergie ne monte crescendo, que la voix ne s'énerve et que les guitare s'électrisent, toujours sur le même tempo et la même mélodie.

Le titre éponyme de la galette "Aux éclats" est surement la compo la plus simple et donc la plus maitrisable par l'auditeur, même si un break vient changer radicalement l'ambiance. Il en est de même avec "Humanisme vulgaire", un pavé de plus de 12 minutes.

Selon les morceaux, certaines parties et ambiances évoquent MISANTHROPE, mais également ALCEST, dont l'étendue et la variété musicale est énorme sur sa carrière. Cette étendue musicale, ORAKLE la propose sur cet album. De quoi déstabiliser.

Troublante, en dehors des conventions, torturée, hors-norme, déstabilisante, sophistiquée... autant de qualificatifs qui pourraient être utilisés pour décrire la musique d'ORAKLE, un combo résolument à part. J'avoue que j'ai du mal, et que je ne suis peut-être pas le plus qualifié pour pouvoir juger.

Ce "Eclats" ne conviendra donc qu'aux amateurs du groupe les plus aguerris, ainsi qu'aux adeptes de bands tels que Opeth, Enslaved, Leprous... Nuls doutes que ORAKLE à trouvé sa voie et son créneau, et pour peu que vous y adhériez, vous allez prendre un énorme plaisir !

Chronique par Duby
Juillet 2015


01 - Solipse (4:27)
02 - Incomplétude(s) (7:49)
03 - Nihil incognitum (5:32)
04 - Apophase (4:42)
05 - Le sens de la terre (10:00)
06 - Aux éclats (6:48)
07 - Bouffon existentiel (8:21)
08 - Humanisme vulgaire (12:11)

Musiciens : Frédéric A. Gervais (Chant, Basse, Guitares, Claviers), Pierre "Clevdh" Pethe (Batterie), Etienne Gonin (Guitares), Antoine "Omh" Aubry (Guitares), Emmanuel Rousseau (Claviers)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés