Menu

Messages
Tous les évènements ICI

Publicité
CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

SIDILARSEN
"Dancefloor bastards"
2016
(Verycords)


Discographie

Energie nourricière (1998)
Verticalité (1999)
Emotion numérique (2000)
Biotop (2003)
Eau (2005)
Réaction numérique (2006)
Une nuit pour sept jours (2008)
Machine rouge (2011)
Personne pour nous retenir (2012)
Chatterbox (2014)
Dancefloor bastards (2016)
In Bikini Dura Sidi (2018)
On va tous crever (2019)


Après une grosse tournée, les Toulousains de SIDILARSEN reviennent avec leur nouvel album "Dancefloor bastards", qui sort le 29 Avril 2016 sur le label Verycords, et qui n'est rien de moins que le sixième opus du groupe. Ca commence à faire !

Le line-up de la bande reste inchangé depuis de nombreuses années, preuve d'une véritable et parfaite cohésion. Ce qui est plutôt positif pour composer sereinement...

C’est à nouveau Plume, réalisateur du précédent album "Chatterbox" qui est ici derrière les manettes. Et le  résultat est plus que convaincant, avec un son parfaitement équilibré et puissant juste ce qu'il faut, compte tenu du style prodigué par la bande.

Comme à l'accoutumée, SIDILARSEN fusionne différentes étiquettes musicales d'horizons très différents pour n'en former qu'une seule en parfaite osmose. C'est ainsi que nous retrouveront des samples électro, des rythmes dansants mélangés à des guitares saturées ou un chant hargneux. Amateurs d'Electro-Metal ou de Rock-Electro, SIDILARSEN est taillé pour vous !

Selon les chansons, les aspects sont plus prononcés d'un côté ou de l'autre. Ainsi "Go fast", "Walls of shame", ou "1976" possèdent plutôt un aspect électro prononcé, alors que "Spread it", "Guerres à vendre", "Religare", "Sois mon rêve" oscillent vers du Metal plus énergique à l'électro plus en retrait.

Quelques variations de-ci de-là viennent diversifier la chose, comme cette ambiance western en intro de "Frapper la terre", une compo par ailleurs plus Rock taillée pour les radios, emprunt d'un couplet mega prenant à s'arracher la nuque, ou ce "Go fast" avec certaines voix en vocoder qui donnent un aspect encore plus électro, alors que "Guerres à vendre" possède par moments une rythmique Hardcore et un chant bien gueulard et plus hargneux pour aller de paire. Ce morceau dégage une puissance effarante...

"Le jour médian" aborde également d'autres horizons musicaux. Plus aéré, avec une voix claire, du piano, des chœurs tribaux et quelques instrumentalisations presque popesques. SIDILARSEN ne reluquerait-il pas vers des radios à la NRJ ? Pas vraiment fan. Et le soufflet de puissance alimenté par le titre précédent retombe ici bien vite.

On retrouve clairement une influence MASS HYSTERIA sur certaines compositions, comme ce "Walls of shame" Dance Electro Metal, avec quelques passages plus doux presque orientaux.

Les mélodies ne sont pas en reste et parviendront à vous happer au passage, à l'image du Rockeux "Spread it", du dansant "Dancefloor bastards", du très bon "Frapper la terre" ou du fougueux  "Religare". Ces compos sont de véritables hits en puissance. Une chose est sûre : les compositions sont foutrement variées et regorgent de refrains prenants qui rallieront à leur cause de nombreux fans.

A contrario, des titres tels "Go fast", "Le jour médian" (Ballade popesque) où "Sois mon rêve" sont moins directement assimilables et peinent plus à rallier l'auditeur. Plusieurs écoutes seront nécessaires...

Sans oublier les paroles. Tous les textes étant en français et largement compréhensibles, il vous sera aisé d'en entendre chaque mot, et vous pourrez noter la finesse et la façon dont les choses sont amenées, avec de belles perles comme "Spread it", "Frapper la terre", "Guerres à vendre"... des textes revendicatifs et engagés...

Bien évidemment, il faut être adepte de ce mélange Indus/Electro/Rock/Metal, où les rythmes sont souvent dansants, les samples mécaniques variés et les arrangements travaillés de la partie, parvenant sans problèmes à un mélange harmonieux. Vous êtes fans du genre ? SIDILARSEN vous tend les bras !

Chronique par Duby
Mai 2016


01 - Spread it (2:55)
02 - Dancefloor bastards (4:06)
03 - Frapper la terre (4:04)
04 - Go fast (3:56)
05 - Guerres à vendre (4:59)
06 - Le jour médian (3:47)
07 - Walls of shame (4:09)
08 - Méditerranée damnée (4:02)
09 - Religare (3:00)
10 - Sois mon rêve (3:57)
11 - Au maximum (3:36)
12 - I feel fine (5:29)
13 - 1976 (5:59)

Musiciens : David "Didou" Cancel (Chant/Machines), Benjamin "Viber" Bury (Guitare/Chant), Benjamin "Benben" Lartigue (Guitare), Julien "Fryzzzer" Soula (Basse/Machines), Samuel "Turbo" Cancel (Batterie/Machines)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés