Menu

Messages
Tous les évènements ICI

Publicité
CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

SNAKE EYE
"III"
2015
(Brennus)


Discographie

Demo (2002)
Wild senses (2003)
Ritual instinct (2006)
Demo (2007)
III (2015)


Il est plutôt surprenant de prendre le patronyme de "oeil de serpent", même si en anglais ça claque quand même sévère, quand on sait que la plupart des yeux de reptiles sont généralement atrophiés au point de ne plus pouvoir distinguer la lumière de l'obscurité.

SNAKE EYE, puisque c'est de lui dont il s'agit, est un groupe parisien de Hard Rock teinté US, formé en 2002 et originaire de la capitale. La bande est fortement inspirée du métal mélodique outre atlantique, aux saveurs d'un Whitesnake, Bon Jovi ou même Def Leppard...

Un premier opus "Wild senses" parait très vite en 2003 sur le label Brennus Music, permettant aux amateurs de cette musique de découvrir SNAKE EYE et sa formation : Boban Milojevic au chant, les gratteux Xavier Paladian et Michael, ainsi que Rickey à la basse et Dominique Morroni à la batterie.

Mais le véritable tremplin des parisiens se révèle être la sortie de leur deuxième opus "Ritual instinct" qui sort trois ans plus tard chez Kivel Records. Un album plus mature, avec un groupe réduit à quatre musiciens suite au départ du guitariste Michael. Le poste de bassiste à également subit un changement avec l'arrivée d'Eric Charpentier.

Regorgeant de quelques petites pépites saluées par la critique, le public se fait de plus en plus nombreux, grâce également à de nombreux concerts où le groupe partage l'affiche aux côtés de grands nom tels que Paul Di Anno, Europe, Mike Tramp... ainsi que leur participation à quelques festivals renommés tels le Wacken Open Air ou encore le Raismes Fest...

Pourtant, il faudra attendre début 2015 avant de pouvoir entendre une suite à "Ritual instinct". Toujours constitué de ses trois membres fondateurs fidèles au poste et désireux d'en découdre, Boban, Xavier et Dominique sont renforcés par l'arrivée de David Atlan aux guitares rythmiques et de Yvan Ramanantsoa à la basse.

Les musiciens ont pris leur temps et surtout mis tous les atouts dans leurs manches pour ce nouvel opus. Notamment en faisant appel à Francis Caste, en investissant le studio Saint-Marthe. Les parisiens reviennent chez Brennus Music, chez qui sort en février 2015 l'album sobrement intitulé "III".

Sobre, à l'image de l'artwork que l'on doit à Butcho Vukovic (chanteur de Pleasure Addiction, ex-Watcha, Hellectrokuters, Showtime...), qui viendra épauler de sa voix Boban sur quelques chansons de cet opus. Une sobriété qui ne rend pas hommage à la qualité de la musique que nous proposent ici nos cinq parisiens.

A son écoute, j'ai tout de suite pensé au troisième album de King Kobra, intitulé également "III", mais dont le groupe avait choisi un artwork plus racoleur avec cette blonde arborant un tee shirt au logo des musiciens, attirant tout de suite le regard et donnant envie d'écouter le disque ! Le combo de l'excellent Carmine Appice nous desservait là un superbe album passé malheureusement un peu inaperçu sous la masse des sorties de l'époque dirons-nous...

Mais revenons à nos parisiens ! "Resurrection" ouvre les hostilité avec brio. Le gros son made in US est de la partie. Les riffs sont mordants, la voix de Boban est à son firmament, rehaussée par les chœurs de Butcho sur le refrain. L'autre arme de SNAKE EYE est la maestria avec laquelle Xavier Paladian, qui se la joue véritable Guitar Hero, nous délivre maints et maints solos endiablés, épaulé par une rythmique efficace.

Musicalement, on œuvre dans un Hard fortement teinté US, marque de fabrique du groupe. On pense à Winger, King Kobra, voire Dokken.... En trois, quatre minutes les musiciens vont à l'essentiel, à l'instar d'un "Freak" doté d'un chorus tortueux mené par la voix chaude de Boban, un refrain taillé pour le live, et une multitude de notes enjolivant nos écoutilles délivrées par Xavier.

Le soufflet retombe un peu avec la première semi-ballade typée FM "Turn around", typique Bon Jovi, ponctuée de chœurs harmonieux et de mélodies enchanteresses. Une très bonne chanson que j'aurais placé plus tard dans la planification de l'album.

Les morceaux sont très travaillés, pensés pour leur efficacité et leur plaisir d'écoute ! "Never enough", dont les paroles dans le livret ne sont pas à leur place (mais c'est juste pour l'anecdote, puisqu'elles ont été inversées, surement aux montage du livret avec celle de "Make it", arrivant beaucoup plus tard dans la chronologie du disque), fleure le bon Hard Mélodique typique des sorties Frontiers Records. Rien que du très agréable à l'écoute, et une nouvelle fois, Butcho vient prêter main forte à son pote Boban, apportant un petit plus non négligeable à l'ensemble.

"Highway to love" poursuit dans la même lignée, ou une nouvelle fois Xavier nous dessert en-veux-tu-en-voilà des soli majestueux. Les parisiens ont le sens de la mélodie et savent la faire partager, avec un refrain fédérateur.

Le trop court "Cry for mercy" durcit le ton, laissant la part belle à de superbes envolées vocales ponctuées de non-moins sublimes envolées guitaristiques sur un tapis rythmique de valeur. Et que dire de "Take me back" ponctuée d'alternances mélodiques, de riffs ou chorus. Boban nous dévoile un large éventail de son panel  vocal, tantôt posé puis éclatant véritablement. Envoûtant ! Xavier Paladian nous en met également plein les écoutilles, étant beaucoup plus présent qu'un Satriani au sein de Chickenfoot par exemple. SNAKE EYE nous délivre là un album pouvant sans contestes rivaliser avec les sorties Anglo-saxonnes, et les sorties de l'écurie Frontier Records.

"Live to die" poursuit dans la même lignée avant le mélodieux "Sail away". Véritable voyage musical, avec un énorme travail d'écriture, où feeling et mélodie se marient à merveille pour ensorceler l'auditeur. Dépassant les six minutes, "Sail away" monte crescendo, à l'image de la voix de Boban. Voguant sur une rythmique de velours, Xavier nous berce au gré des notes qu'il délie avec une vélocité déconcertante.

A l'instar de "Cry no mercy", "Make it" se la joue plus percutant, avant de conclure l'album tout en douceur avec "All I need" qui commence comme une ballade avant de s'illuminer toutes guitares devant. Une chanson qui s'écoute les yeux fermés, la tête bercée au rythme de la mélodie.

Amateurs de bon gros Hard US, cet album est pour vous ! Forts d'un excellent chanteur, d'un véritable guitar-hero et d'une rythmique irréprochable, les parisiens de SNAKE EYE délivrent un excellent album regorgeant de superbes chansons dégoulinantes de mélodies accrocheuses. Espérons juste que la sobriété de l'artwork ne pousse pas les kids à dédaigner, ou à éviter la de bonne surprise que pourrait susciter cet opus.

50 minutes de bonheur garanties à l'écoute de cet album, qui nous pousse à penser que nous ne devrions pas attendre longtemps pour en découvrir un successeur...

Chronique par Dom Baillon
Juin 2015


01 - Resurrection (4:10)
02 - Freak (3:17)
03 - Turn around (6:25)
04 - Never enough (4:08)
05 - Highway to love (4:58)
06 - Cry for mercy (2:51)
07 - Take me back (4:59)
08 - Live to die (3:17)
09 - Sail away (6:19)
10 - Make it (4:19)
11 - All I need (5:32)

Musiciens : Boban Milojevic (Chant), Xavier Paladian (Guitar,e) David Atlan (Guitare), Yvan Ramanantsoa (Basse), Dominique Morroni (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés