Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

 

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

THE DESPERATE SONS
"The desperate sons"
2017
(Autoproduction)


 


Discographie

The desperate sons (2017)


THE DESPERATE SONS est un groupe originaire de Paris fondé en avril 2015 sous l'impulsion de son fondateur et guitariste Joris Béraud (Ex DEADLINE). Il est rejoint par le chanteur Joachim Preschner (FLUCTUATE) puis par le bassiste Grégory Martoglio et le batteur Thomas Ribet.

Le groupe travaille sur un MCD de 5 titres, qui sort dans un premier temps en Novembre 2017 sur toutes les plateformes de streaming, puis en Décembre 2017 au format CD physique.

Et dès le premier titre "On the road" nous sommes plongés dans le bain. Petit à petit la compo monte dans les tours, puisque les guitares s'électrisent de plus en plus et le chant se fait de plus en plus dense, laissant entrevoir une belle étendue, mais nous verrons cela plus tard. Cette première compo m'évoque le WHITESNAKE de mes jeunes années, passant de l'énergie Hard à des ambiances plus douces, dans une logique et des enchainements qui paraissent si évidents. Un excellent titre de Classic Rock ou Hard-Rock seventies classieux et abouti.

"Along the way" confirme la belle impression et la direction musicale. Joachim au chant fait quelques incartades plus aiguës et la similitude avec Robert Plant de LED ZEPPELIN est effarante ! Ajoutez à cela des guitares, une rythmique et une ambiance similaire, et vous tenez le ZEPPELIN français, rien de moins ! Puissant, au point, pro...

Avec "Time heals nothings" nous abordons un aspect plus mystérieux et sombre, dans un style mélodique voire mélancolique. Les enchainements et variations d'ambiances sont une nouvelles fois de la partie, passant de la douceur à l'énergie brute avec quelques touches Bluesy. La grande classe !

Et cela continue avec "Crazy city", une compo puissante où le swing et les guitares sont de mise. Les mélodies sont imparables et le refrain assassin. Ca ne rigole pas. Encore une fois WHITESNAKE est dans la place. Et ce chant ! Une tuerie qui accompagne un refrain qui fait mouche. Le tempo est dans les tons médiums et saccadés, mais la puissance est de mise. Encore un grand titre Hard-Rock.

Le dernier titre "Nightime" commence de façon plus mystérieuse. Le chant de Joachim est plus doux et les guitares de Joris plus aseptisées. La basse de Grégory accompagne tout cela presque avec mélancolie, appuyé par un Thomas à la batterie également sur la retenue, tout en finesse. Quelques notes de piano son plaquées, puis tout cela s'emballe en un Hard Rock puissant et plus rythmé. Ces deux parties, douces et énervées s'alterneront tout au long du morceau.

Des morceaux qui font mouche sur la totalité de ce MCD. Aucun n'est à jeter. Alors, si vous êtes adeptes des Rock Dur, Classic Rock ou Hard Rock classieux, maitrisés, pros et plein de feeling avec des musiciens aguerris, n'hésitez pas une seconde, THE DESPERATE SONS est pour vous ! En tous cas, une bien belle découverte en ce qui me concerne et une première carte de visite qui tape dans le mille... Bravo !

Chronique par Duby
Juillet 2018


01 - On the road (4:14)
02 - Along the way (3:39)
03 - Time heals nothing (5:44)
04 - Crazy city (3:38)
05 - Nightime (4:28)

Musiciens : Joachim Preschner (Chant), Joris Béraud (Guitare), Grégory Martoglio (Basse), Thomas Ribet (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés