Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

INTERVIEWS

 

Voici une interview d'Alain Ricard du label Brennus, lequel distribue les albums de Metal actuels ou réédite les albums du passé, dont beaucoup de français.

Interview réalisée le 11 Janvier 2007 par Shreut, du blog 80's French Heavy-Metal, et diffusée ici avec son aimable autorisation.

 

Alain Ricard ici bien entouré :


Thierry MASSON - Eric JAOUËN - Alain RICARD - Philippe MASSON

 

Salut Alain. D'où te vient cette passion pour le Heavy français ?

Cela a commencé il y a environ 30 ans quand, habitant encore en région parisienne, j'ai commencé à traîner dans les petits concerts des MJC de banlieue pour y découvrir des groupes français de Rock (toutes tendances confondues à l'époque). Bien vite je me suis lié d'amitié avec certains musiciens et parmi eux, les précurseurs de ce qui allait devenir la première vague du "Metal français". Ensuite, ayant très activement participé au mouvement des radios dites "pirates", avant la libéralisation des ondes FM, j'ai beaucoup diffusé les premières maquettes puis les premiers 45 t et 33 t des groupes de la fin des années 70 et du début des 80's.


Pourquoi et comment as-tu débuté l'aventure Brennus ?
Brennus découle directement de mon activité (bénévole) d'animateur radio que j'ai ensuite continué à exercer sur différentes radio libres pendant une vingtaine d'années.
En fait, j'en avais marre de diffuser des albums que personne ne pourrait trouver chez son disquaire pour la simple raison que ce style musical, en 1994 (année de création de Brennus), n'était plus "à la mode" et n'intéressait donc plus les labels que ne pouvait pas "gagner de fric" avec cette musique. N'ayant, pour ma part pas besoin d'en gagner vu que j'avais alors une autre activité professionnelle, je me suis lancé ce défi de créer un label exclusivement dédié à cette musique qui faisait mon quotidien.

Tu publies beaucoup de nouveautés mais comme ce blog a pour thème le Heavy des années 80 on va parler plutôt des disques que tu réédites. Quelle a été ta première réédition ?
Mis à part les albums de KILLERS dont j'ai commencé les rééditions à l'occasion de leur signature chez BRENNUS pour la sortie de "Ennemis en Public", la première réédition a été le premier album d'ATTENTAT ROCK, pour des raisons liées à l'amitié qui s'était instaurée entre nous suite à ma diffusion de cet album sur la radio "pirate" Carbone 14, lors de sa sortie en LP.

Es-tu sollicité par les groupes où cela vient-il d'un désir personnel ?
Par exemple pour le live de Satan Jokers l'idée venait de Renaud Hantson, non ?
Les deux cas de figure sont possibles. Pour SATAN JOKERS, la sollicitation vient en effet de Renaud ; Ce fut également le cas pour les NIGHTMARE ou pour STRATTSON. Pour d'autres par contre, c'est une démarche personnelle, souvent liée à l'amitié que j'ai gardé depuis cette époque avec certains musiciens (HIGH POWER, BLASPHEME...).

En gros quel est le cheminement entre l'idée "Tiens, je rééditerais bien l'album de Stators (par ex.)" et sa sortie dans les bacs ?
Parfois, la réalisation est assez simple car le groupe est propriétaire de ses enregistrements et il suffit simplement de remasteriser, rechercher, si possible des bonus, concevoir l'artwork et tout se passe bien en quelques mois maximum.
Malheureusement dans de très nombreux autres cas, c'est un véritable parcours du combattant.
Il faut rechercher qui a les droits ; lui proposer un contrat de cession temporaire de droits pour une réédition, , retrouver les musiciens pour obtenir des photos inédites et/ou des bonus audio ou vidéo, retrouver les bandes ou repartir de LP neufs quand les bandes ont été détruites ; remasteriser le tout en y ajoutant si possible les bonus trouvés.
Je ne parlerai pas des difficultés que je rencontre parfois à faire accepter par tous les "ayants droits" et principalement les musiciens de "retravailler" ensemble (même si dans le cas présent ils n'ont même pas besoin de se rencontrer). Je ne détaillerai pas non plus les sommes parfois énormes que les "propriétaires " des droits me réclament avant même de lancer la fabrication des CD (qui dans la très grande majorité des cas est également intégralement à ma charge, sauf pour KILLERS qui gèrent eux même leurs pressages).

A combien d'exemplaires environ est pressée la réédition d'un disque des 80s ? Quelle est la meilleure vente Brennus dans ce domaine ?
Cela va de 1000 à 3000. Les ventes de certains (rares) n'ont malheureusement jamais atteint le stade des 1000 copies pressées. D'autres, dont les KILLERS et les BLASPHEME sont plutôt dans le haut du tableau.

Parlons de 2 cas assez symptomatiques des galères que tu peux rencontrer, le Satan Jokers III et les Violons de Satan de High Power...
Sous une certaine forme, ces deux cas sont quasi identiques. En effet, dans les deux cas c'est le détenteur des droits qui s'oppose à la réédition pour de simples raisons financières.
Pour SATAN JOKERS "III", Universal m'a tout simplement répondu que, vu qu'il ne s'agissait que d'un Mini album, les bénéfices qu'ils pouvaient escompter d'une éventuelle réédition seraient trop faibles pour justifier l'ouverture et la gestion d'un dossier!
Pour HIGH POWER "Les Violons de Satan", Sydney m'avait répondu qu'il ne souhaitait pas "céder de licences" à l'unité mais uniquement pour la totalité de son catalogue, en une seule fois et avec de tellement grosses avances sur redevances que personne n'a jamais été en mesure de répondre à cette exigence. Par ailleurs, le groupe ne souhaitait pas qu'il soit réédité avec le mixage d'origine, ce qui créait un second blocage.
depuis, de nouvelle discussions avec Sydney ont vu les choses évoluer et c'est ainsi que les deux albums de TITAN seront prochainement réédités avec l'accord total du label d'origine.

Les rééditions des 2 albums de Titan et du dernier Warning sont-elles toujours d'actualité ?
Concernant TITAN, j'ai donc un peu devancé ta question et confirme donc que ces rééditions sont toujours d'actualité (il manque simplement un peu de temps pour finaliser la sélection d'éventuels bonus vidéo - avant de se lancer dans la réalisation proprement dite).
Pour ce qui est du WARNING "Métamorphose", les contrats sont entre les mains du batteur qui a été le plus difficile à convaincre mais qui, lors de notre dernière rencontre, il y a quelques semaines, a affirmé être OK et bien vouloir signer lesdits contrats puis les faire suivre au guitariste avant que je les fasse moi même signer aux autres ayants droits de cet album. Je pense qu'il devrait donc enfin pouvoir être réédité au courant du printemps.

Je sais que tu as été un peu agacé de voir qu'on pouvait télécharger en toute impunité de la musique sur ce blog, mais le débat mérite d'être lancé. Que faire quand plus rien n'est disponible, quand les vinyles originaux se vendent sur ebay à des prix de fous (plus de 450€ pour Anthracite, 300€ pour Auroch ou Venin etc...) et quand sur ce même site d'enchère, ou en convention, on peut acheter des bootlegs avec par exemple les 2 albums de Steel Angel sur un CD pour une dizaine d'euros...
Je partage tout à fait ton interrogation sur la question et ne prétend pas du tout avoir la réponse, malheureusement !
Je déplore simplement que certaines oeuvres soient mises en ligne (gratuitement, ici ou parfois de manière payante ailleurs) sans l'accord des ayants droits (musiciens, producteurs, etc...) qui ont souvent beaucoup investi à l'époque et ne sont pas toujours rentrés dans leurs frais sans même parler de "gagner de l'argent". C'est, à mon sens, la même chose que de sortir de chez son boulanger avec ce dont tu as besoin sans rien avoir payé !
Bien entendu, je sais qu'en ce qui nous concerne aujourd'hui, ce blog, la seule chose qui a motivé ces mises en ligne est la passion et uniquement elle.
C'est pourquoi, tu comprendras très certainement que, lorsque, comme moi ou un grand nombre de musiciens, on investit de grosses sommes dans la musique (très souvent sans en attendre de bénéfices mais uniquement un retour à l'équilibre pour pouvoir réinvestir dans une autre réalisation) on ne peut qu'être choqué par ce "piratage", même si il ne rapporte rien à son auteur.
Par contre, je trouve l'initiative très bonne dans le cas des groupes qui n'envisagent aucune réédition de leurs oeuvres et qui donnent leur accord à ces mises en ligne.

Un petit mot sur Killers avec qui tu as une relation de confiance fructueuse depuis plusieurs années...
En effet, KILLERS est un petit peu un "cas à part" dans le label car nous fonctionnons de manière moins "contractuelle" mais plus "relationnelle" ce qui fait que BRENNUS est le seul label chez qui KILLERS aura publié plus de deux albums. La souplesse de nos relations facilite beaucoup la continuité de celles ci.

Que penses-tu des récentes reformations d'ADX et Demon Eyes ? Et celle de Trust ?
Pour ce qui est d'ADX, j'en suis très heureux et ai bien apprécié leur première prestation au festival de Montereau (même si ce n'était pas facile de passer derrière KOB qui fut, une fois de plus, époustouflant ce soir là). Pour DEMON EYES, cela a commencé comme une boutade et il semble bien que la sauce ait très vite pris... je pense qu'ils se font très plaisir et qu'ils devraient nous en donner tout autant. En ce qui concerne TRUST, je préfère sortir mon "joker" au risque d'être très désagréable ;o))

Tu étais animateur radio pendant les 80s, tu as dû en voir passer des espoirs qui n'ont pas dépassé le stade de la démo ou du single... as-tu des regrets pour certains groupes ?
Oui, bien entendu, il y a des groupes qui m'ont très fortement marqués à l'époque et qui n'ont malheureusement pas pu décoller (parfois la faute à certaines Major qui les ont signés uniquement pour les laisser dans des tiroirs afin de ne pas faire d'ombre à leur "tête d'affiche du moment" ...ne me fais pas citer de nom, je pense que beaucoup sauront lire entre les lignes). Il y a eu, par exemple, S.O.S. ou bien 38 TONNES, et bien d'autres...

L'idée d'une compilation de titres issus de 45 Tours ou de démos serait-elle envisageable ?
J'y ai souvent pensé mais ne l'ai pas fait car, par exemple, une compilation de 14 titres extraits de 14 SP correspondrait, en matière de droits, aux démarches pour la réédition de 14 albums (donc énorme lourdeur administrative)... mais rien n'est néanmoins impossible !

Si tu en avais les moyens, peut importe les problèmes d'argent, de droit ou de master détérioré, quel(s) album(s) de groupes français souhaiterais-tu le plus rééditer ?
Il en reste quelques un comme par exemple VOODOO CHILD, PRESENCE et quelques autres... et peut être même ANTHRACITE qui doit être le seul album français de cette époque que je ne possède pas et n'ai jamais eu la chance d'écouter (vu que je ne télécharge jamais aucun titre).

Enfin, quels sont tes projets ?
Outre ceux dont on a déjà parlé, il devrait y avoir, courant 2007, la réédition des deux albums de FINE et quelques autres projets sont à l'étude mais pas assez avancés pour que je puisse m'engager à en parler dès aujourd'hui. Bien entendu, il y aura également le nouveau KILLERS et quelques autres réalisations de groupes actuels de la scène française du Hard mélodique.

Je te félicite une fois de plus pour tout ton boulot, je rappelle que sur le site de Brennus tu distibues aussi les rééditions d'autres groupes qui ne sont pas sur ton label (comme Vulcain, Lust, ADX, Sortilege ou Morho) et je te laisse la mot de la fin...
Vu que notre passion est commune, seule raison pour laquelle j'ai accepté de répondre à cette interview, je te félicite moi aussi pour ce que tu apportes à notre musique et fais l'impasse sur ce qui, comme je le dis plus haut, me choque dans la démarche.
Longue vie au Metal français !


Merci beaucoup à Alain Ricard d'avoir répondu à ces quelques questions !




Haut de page



Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés