Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

INTERVIEWS

 

Interview de Peter Daub (Fils du Metal records).

A l'occasion de la sortie de l'album de Damocles, voici une interview de Peter Daub, le créateur du label "Les Fils du Metal", un label allemand spécialisé dans les rééditions en vinyle de groupes de Heavy Metal des années 80.

L'interview a été réalisée en anglais par Shreut en Novembre 2008. Traduction réalisée par Lolo 36.

Salut Peter, peux tu nous parler un peu de toi ? Quel âge as-tu ? D’où viens tu ?

Je suis plutôt un gars normal et sans histoire et en ce qui concerne ma profession principale, je suis bibliothécaire en chef de la petite université, ici, dans la forêt noire au sud de l’Allemagne.
J’ai 39 ans et je suis né à proximité de la frontière française dans la région de la Sarre, c’est probablement une des raisons pour laquelle j’aime parler la langue de Molière et apprécie le métal français.
Si tu habites près de la frontière, tu n’es pas forcément bilingue, mais tu ne peux pas éviter le mélange des deux cultures.

J’ai une famille et l’arrivée de ma petite fille est l’évènement qui a changé ma vie et m’a accaparé beaucoup du temps que je consacrais au métal. Je suis vraiment sérieux et clair avec ça. C’est cool d’avoir un cadre dans la vie que tu ne peux pas, et que tu ne veux pas, changer et d’apprendre chaque jour à s’en accommoder en développant une meilleure organisation logistique de tes journées.


Quand as-tu commencé à écouter du heavy metal et plus précisément du métal français ?
J’ai commencé à écouter du métal en 1984 et je suis vraiment devenu un fan invétéré de métal. J’ai collectionné dès le début, j’ai pris part à la sortie d’album, je suis allé aux concerts sans relâche dans les 80’s (plus de 300 shows) dans toute l’Allemagne et enfin j’ai sorti un fanzine qui s’appelait EPITATH en 1990 si je me souviens bien.
Après deux parutions, j’ai eu des soucis dans ma vie privée et j’ai du vendre la totalité de ma collection et, du fait de problèmes d’ordre personnel j’ai perdu tout contact avec le monde du métal. Cependant à cette époque je n’étais pas autant à fond dans le métal français.

Après avoir remis de l’ordre dans ma vie au milieu des années 90, j’ai étudié et mené une vie normale jusqu’à ce que je replonge dans le métal en 2001. Par hasard, j’ai trouvé le vinyle « les fils du métal » de SATAN JOKERS et je l’ai acheté. Je l’ai écouté et voilà, j’effectuais un retour en force dans le monde du métal. Je me suis vraiment éclaté à nouveau et il ne se passait pas une minute sans que j’écoute ce disque.
Au début, c’était une seconde jeunesse, c’était comme si j’avais 18 ans. J’ai traversé la France en allant de disquaires en disquaires. Je me suis rendu dans de petits concerts avec KILLERS ou encore MYSTERY BLUE, c’était le moment où tous les groupes se reformaient et un moment idéal pour remettre ça.

Quels sont tes groupes français favoris ?
Question difficile ! VIXEN/JUMPER LACE, DAMOCLES, VULCAIN, VOODOO CHILD, HIGH POWER, DEATH’S ANGELS, AXTON PRYTE, H-BOMB, SORTILÈGE, STRATTSON pour n’en citer qu’une dizaine.

Question classique pour quelqu’un qui ne parle pas le français : préfères tu SORTILÈGE lorsqu’ils chantent en français ou en anglais ?
Quelle question ! Le meilleur métal français possède des paroles en français… A une exception près cependant : STEEL ANGEL, qui est le seul groupe qui maîtrise aussi bien les paroles en anglais, au point de réaliser vraiment d’excellents albums.

Combien de disques de métal français possèdes tu ? Et sont ils difficiles à trouver ?
Difficile à dire, j’ai en fait la quasi-totalité des 33 tours. En ce qui concerne les 45 tours, il m’en manque des incontournables que j’ai bêtement échangés ou vendus pour m’en procurer d’autres. Stop ! Il me manque un 33 tours, le BLACK SUN intitulé « Try another world ». Faites moi signe si vous l’avez. Ce n’est musicalement pas ce qui se fait de mieux mais je pourrais compléter ma collection de 33 tours.
Mais donner un nombre… ? 200 ? 250 ? Parmi ces 6 ou 7 versions différentes du « Métamorphose » de SORTILEGE et d’autres trucs plus ou moins bizarres.
Pour ce qui est des 45 tours, c’est moins de 100.
Oui, certains d’entre eux sont certainement difficiles à trouver. Je pense à l’ANTHRACITE « Plus précieux que l’or », tu dois avoir un peu de chance pour trouver ce genre de pièce et tu dois être attentif 24/24h ou il est impossible de collectionner ainsi. C’est un dur labeur !

Quand et comment as-tu décidé de lancer ton propre label ?
L’idée a germé quand j’ai découvert JUMPER LACE et rencontré Chris. « Beyond the romance » est le dernier « gros » album en provenance de France. C’était déjà en 1991 et la bonne période était terminée pour le métal. Chris est un super type et la première fois que j’ai écouté le CD, ça m’a scié car c’était aussi incroyable que l’histoire elle-même du groupe VIXEN / JUMPER LACE. Et je n’aime vraiment pas les CDs, c’est la première chose sur CD qui m’ait impressionné et dont je ne me débarrasserai jamais bien que ce soit un CD. J’ai beaucoup échangé avec Chris par courrier, découvert l’album inédit et les démos de VIXEN et c’est ainsi que ça a commencé. J’ai d’abord sorti « the last jump » en CD en collaboration avec Alain RICARD du label Brennus RECORDS..

Pourquoi des vinyles et pas des CDs ?

J’ai grandi avec les vinyles et crois le, les CDs ainsi que la musique en format digital, tels que les mp3, sont les pires choses sur cette planète. Des inventions de Satan ! Je ne veux pas vous prendre la tête avec ça, mais je trouve que les vinyles sonnent mieux que les CDs ou les mp3. C’est un fait !


Question évidente, pourquoi un tel nom, les fils du métal ?

A cause de SATAN JOKERS, l’album « les fils du métal » est un classique et est l’album qui m’a explosé la tête quand j’ai recommencé à écouter du métal. Et puis ce titre représente bien le métal en français. Probablement un sentiment que vous pouvez comprendre en France, en tant que « fils du métal ».


Comment travailles tu ? Rechercher d’ex-membres des groupes et des bandes master ne doit pas être facile ?
Souvent ça se fait par hasard…Un ami français collectionneur (Frank) m’avait envoyé des démos et parmi elles figurait la démo de HOLSTER. Alors j’ai écouté HOLSTER et j’ai su que je devais sortir ça. Parvenir à entrer en contact avec un groupe n’est pas si difficile si tu connais des gens en France tels que Laurent RAMADIER qui a pu m’aider à entrer en contact avec HOLSTER et DAMOCLES par exemple.

Combien de copies de chaque enregistrement mets tu sur le marché ?
De 300 à 500 copies. En ce moment tout le monde sort à nouveau des vinyles alors c’est devenu plus difficile. Je perds généralement de l’argent dans la commercialisation des disques français. Le CD de JUMPER LACE a été pressé à 1000 exemplaires et c’est mal vendu. Le LP de VIXEN est épuisé, en ce qui concerne HOLSTER, il me reste suffisamment de copies, idem pour DEATH DEALER (un groupe du Canada francophone).

Pourquoi as-tu choisi VIXEN pour le premier vinyle ? Comment as-tu travaillé avec Chris CHAMBERS ?
Comme je te l’ai dit auparavant, j’ai d’abord écouté le CD chez un pote et j’ai été conquis. De suite j’ai trouvé le moyen d’entrer en contact avec Chris CHAMBERS et c’est ainsi que tout a commencé…

Même question à propos du HOLSTER ?
Pareil pour HOLSTER. J’ai eu la démo par mon pote Frank et il fallait que je sorte ça en vinyle, bien que la façon de travailler fut très différente par rapport à VIXEN / JUMPER LACE, dans le sens où j’ai été personnellement en contact avec Chris CHAMBERS.
Pour HOLSTER et les autres, les groupes n’étaient pas autant investis dans le truc. Ils m’ont dit : « Oui, OK fais le » mais sans passion, sans grand intérêt pour le projet. Ils n’y ont vraiment pas prêté attention.

Même question pour ta dernière sortie en date, les excellents Caennais de DAMOCLES ?
DAMOCLES est d’une certaine façon quelque chose de nouveau pour moi. En effet, j’en suis revenu au point où j’ai sorti ce LP pour mon plaisir personnel. Peu importe si ça ne se vend pas et honnêtement je n’ai pas raisonné ainsi. Si j’ai assez de chance, je parviendrai à l’équilibre financier pour ce projet.
J’ai fait ça sans aucune pression, sans me dire qu’il fallait sortir quelque chose qui allait vendre et c’est ce qui a fait le succès de la sortie du vinyle de VIXEN « French warriors », qui reste pour moi le LP dont je suis le plus fier, tant musicalement qu’en ce qui concerne le travail global aussi bien avec le groupe qu’avec le concepteur de la pochette.

Je suis entré en contact avec DAMOCLES par l’intermédiaire de Laurent RAMADIER, merci à lui, sans lui ça n’aurait pas été possible. Le disque de DAMOCLES est quelque chose de très spécial parce qu’il n’existe que les 2 titres issus du 45 tours que tout le monde connait et pas d’autre matériel enregistré en studio ou lors de sessions d’enregistrement.
Ils avaient d’autres titres et ils sont sur le vinyle, la démo et les pistes live qui arrachent tout. J’adore ces titres live sur le LP. Vous les aimerez aussi si vous êtes dans le trip « métal français des 80’s », croyez moi. Vous pouvez toujours en ressentir l’esprit, je sais que c’est clichesque ce que je raconte mais vous m’en direz des nouvelles après que avoir écouté.

Peux tu nous parler du boulot que tu as fait avec des groupes d’autres pays ?
Jusqu’à présent, j’ai sorti 6 albums :

JUMPER LACE – the last jump - en CD en 2003
VIXEN – French warriors - en LP en 2004
GRAVEN IMAGE – People in hell still want ice water - en LP en 2006
HOLSTER – Holster – en LP en 2007
DEATH DEALER – Death dealer – en LP en 2008
DAMOCLES – Damoclès – en LP en 2008

Les autres réalisations ont aussi été des aventures parsemées d’embûches. Ce fut un sacré boulot de travailler avec GRAVEN IMAGE et de ré éditer leur LP. Ce fut mon plus gros succès commercial, tout fut vendu en 4 semaines. Nous savons tous que le métal US vend mieux que le métal français.

Le LP de DEATH DEALER, je l’ai réalisé en collaboration avec HHO records. Je n’ai pas encore trouvé le temps de vendre mes copies et je me dois de le faire. D’un point de vue musical, c’est une pièce maîtresse intemporelle pour tout le monde, un incroyable groupe de métal canadien avec des paroles en anglais.

Es tu seul à t’occuper des « Fils du métal » ou travailles tu avec quelqu’un ?
Je fais ça seul. Pour les pochettes, je sollicite certains de mes étudiants en design.

Quels sont les groupes que tu aimerais avoir dans ton catalogue ?
J’ai déjà 3 sorties en attente mais c’est peut être un peu tôt pour en parler. TÉNÈBRES si quelqu’un retrouve la trace du groupe… Je veux seulement sortir des choses de manière officielle, en collaboration avec le groupe. Et un album de DEATH’S ANGELS serait un rêve. Là, je suis en train de planifier la sortie d’un groupe américain avec du matériel datant de 1985, c’est prévu pour avril 2009.

Comment et où peut on acheter les disques de ton label ?
C’est un gros souci. Principalement chez des vendeurs bien connus tels que HHO-records (http://www.hho-records.de). Vu que je réalise les disques par mes propres moyens, je n’ai guère de temps pour m’occuper de leur distribution et de leur promotion. Je sais que cela doit paraître étrange mais c’est comme ça. Pour le DAMOCLES j’ai seulement déposé des messages sur le forum corroseum et sur le forum miskatonic. C’est ainsi. J’ai toujours pensé que celui qui le veut le trouvera et m’enverra un mail !
Plus sérieusement, je dois améliorer ça et alors peut être je parviendrai à vendre la totalité de mon stock sur des trucs du genre de DAMOCLES, en quelques mois ou quelques années.
Je n’ai pas de distributeur en France. Les distributeurs français disent : « Oh ! Personne ne voudra acheter ça ici, c’est trop risqué, trop difficile…etc. ». Étrange, il s’agit quand même de métal français et ça se vend mieux en Allemagne, au Japon et partout ailleurs.
 
Quelque chose à ajouter ?
Oui, la vie craint, faites des jours de 48 h de telle sorte que je puisse sortir tous les trucs que je veux et pour que j’ai plus de temps pour tout. 24 heures pour la famille et 24 h pour le métal…

Merci Peter !



Haut de page



Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés