Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

INTERVIEWS

 

Philippe Lagneaux était le guitariste du groupe ROZZ.

Il répond à une interview de Shreut, réalisée en novembre 2007.


- Bonjour Philippe, merci à toi de bien vouloir répondre à ces quelques questions. Quand et comment as-tu commencé la guitare ? Avais-tu un "guitar-hero" ?
J'ai commencé le solfège à l'age de 9 ans, puis la trompette à 10 ans. C'est à 14 ans que l'envie de jouer de la guitare m'est venue, grâce à une cousine qui avait demandé à son père de lui offrir une guitare au retour de son voyage des Baléares. Quand j'ai vu cette guitare, j'ai flashé et j'ai dis "Papa je veux jouer de la guitare" !!!

- Peux-tu nous raconter les débuts de l'aventure ROZZ ? Comment as-tu rencontré les autres musiciens du groupe ?
Dès la fin de mon service militaire, en janvier 1983, je me suis mis en tête de trouver un groupe, puis un jour en Mars 1983, consultant les petites annonces dans un journal local, je vois "groupe de hard cherche guitariste, répet sur Denain". J'ai donc appelé ce groupe et obtenu un rendez-vous pour le lendemain. J'ai rencontré Marcel et Jean-Pierre, ils m'ont remis une cassette deux titres " les légions du démons" et "une autre vie" et une semaine pour les bosser. L'essai fut concluant puisque je suis resté dans ROZZ jusqu'à la séparation.

- D'où vient le nom du groupe ? Qui l'a trouvé ?
Le nom du groupe vient de nulle part et ne veut rien dire. C'est le soi-disant premier manager du groupe qui l'a trouvé, car trois semaines après la formation du groupe nous avions déjà un concert à honorer, il nous fallait un nom pour l'impression des affiches. ROZZ est né !

- Comment définirais-tu la musique de Rozz, quelles étaient vos influences ?
La musique de ROZZ est un mélange de nos goûts musicaux, tous différents les uns des autres. D'ailleurs certains membres du groupe n'écoutaient pas que du hard. Je pense que dans certains morceaux, on peut retrouver du Black Sabbath, Iron Maiden pour la musique et Motorhead et Vulcain pour la voix.

- Comment se passait le travail des compositions dans ROZZ ?
Il est vrai que Marcel apportait la plupart des idées en répétition et nous brodions tous ensemble pour créer un titre. Pour ce qui est des paroles, elles étaient écrites par Jean-Pierre.

- Quels souvenirs gardes-tu de l'enregistrement de votre première démo ?
L'enregistrement des démos ainsi que de l'album restera un souvenir inoubliable. Que dire de plus, il faut le vivre !

- Vous êtes originaires de Valenciennes, comment était la scène rock et hard dans le Nord dans les années 80 ?
Il y avait, heureusement pour nous les groupes, quelques associations qui organisaient des festivals, mais à part ça il était très difficile de tourner.

- Vous avez eu peu de soutien de la part des magazines spécialisés nationaux comme Enfer ou Metal Attack, sais-tu pourquoi ?
Non, il faut leur demander... Le seul magazine qui a parlé de nous c'est Enfer. Je dois d'ailleurs encore avoir les critiques au grenier.

- Comment avez-vous signé avec Devil's Records ? Avec le recul que penses-tu de cette maison de disques ?
Simplement en leur présentant une démo, ils ont dit "OK on signe". Devil's nous a quand même permis d'enregistrer notre album, mais ils se sucraient bien au passage !

- Comment s'est passé l'enregistrement de l'album ?
De nuit, en Belgique au studio Pyramide, les prises de sons et le mixage ont duré douze jours. Cela fut une bonne expérience, j'adore le studio !!!

- Pourquoi seulement un mini album ? Vous aviez pourtant fait plusieurs demos auparavant avec pas mal de titres qui sont restés inédits ?

Parce que nous n'avions plus de bassiste à l'époque. On a donc contacté Yvon, le bassiste du groupe TRIPLAN et pour éviter de lui en mettre trop dans la tête, on a décidé de n'enregistrer que sept titres.


- Il existe un 45t hors-commerce, sais-tu à combien d'exemplaires a-t-il été tiré ?
Oui ce 45t a été tiré à trois cent exemplaires destinés uniquement à la promotion de l'album.

- Quelles ont été les répercutions de cet album ? Avez-vous eu des contacts à l'étranger ?
Cet album nous a permis de faire une tournée française en mai 86. Nous avons quelques contacts en Allemagne, Belgique et au Brésil. Il y a eu environ trois cent albums vendus à l'étranger.

- Comment se passaient les concerts ? Avez-vous ouverts pour des groupes importants ? Vous avez tourné avec les belges d'Acid je crois ?
Nous avons fait les premières parties de VULCAIN, TOKYO BLADE "2 fois", BLUE OYSTER CULT et bien sûr ACID.

- Vous aviez ensuite préparé un second album. Malheureusement, il n'est jamais sorti. Comment cela se fait-il ?
Effectivement, nous avions prévu d'enregistrer le second album. Je peux même te donner le titre : "NOMANS'LAND". Il ne s'est pas fait tout simplement parce que ROZZ s'est séparé...

- Comment s'est terminée l'histoire de ROZZ ?

Un jour de juin 87, Marcel et Jean-Pierre sont venus chez moi m'annoncer qu'ils arrêtaient tout.


- Es-tu resté en contact avec tes anciens compagnons ?
NON............. sauf avec Jacky quelques temps mais maintenant je l'ai perdu de vue.

- Qu'as-tu fait après la séparation ? Joues-tu toujours de la musique ?
Je n'ai plus joué de guitare pendant quelques temps. J'avais du mal a accepter cette décision. Maintenant je joue dans un orchestre de variété française et internationale.
 
- Une réédition de l'album ainsi que du 2ème album inédit serait-elle envisageable selon toi ?
Je ne sais pas, moi je suis partant !

- Quels sont tes meilleurs souvenirs de l'aventure ROZZ ?
Sans aucun doute la tournée en mai 86 ainsi que l'enregistrement de l'album.

Haut de page



Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés