Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

INTERVIEWS

 

Voici une interview de René Martella (ex LAWLESSNESS), qui occupait le poste de guitariste au sein du groupe. Interview réalisée le 08 Novembre 2006 par (INFERNALDMONS) et diffusée ici, avec l'aimable autorisation du webmaster du site MetalBible.

Peux-tu nous raconter comment s'est passé la rencontre des membres de LAWLESSNESS ?

Je suis rentré dans LAWLESSNESS alors que le groupe était déjà formé. Serge le bassiste et Michel le guitariste en sont à l'origine. Ensuite, les deux chanteuses qui se connaissaient, car toutes deux habitaient Vitrolles, ont rejoint le groupe. J'ai remplacé le second guitariste. Ensuite, Alain le batteur a suivi. L'ancien répertoire a été abandonné et nous sommes partis sur de nouvelles compos.


Votre album date de 1983, mais avez-vous enregistrés d'autres choses auparavant, comme des démos par exemple et si oui lesquelles ?
Il y a eu des démos notamment, tout le matos pour faire un second album, mais il n'est jamais sorti. En effet, nous avions signé un contrat pour trois LPs et trois 45 tours. Lorsque Nina, la chanteuse, est partie, le contrat a été rompu.

Deux filles au chant, c'est quelque chose de pas courant, surtout pour l'époque. Comment est venue la proposition d'enregistrement de votre album ?
Elles avaient été choisies pour tourner dans le film "L'invitation au voyage", suite à une petite annonce dans un journal, et les producteurs du film nous ont également produit l'album.

Des souvenirs de sa réalisation ?
Je dois dire que c'était vraiment de bons souvenirs. Il y avait une bonne entente entre nous, et les concerts assuraient bien. Il est vrai que deux nanas au chant, une brune et une blonde, donnaient un impact certain lors des concerts.
Ca bougeait bien et ça sonnait bien gras. Les thèmes étaient composés par les deux chanteuses et parlaient de sujet comme le viol et le fait qu'il fallait couper les couilles aux violeurs (amis poètes bonjour). C'est toujours d'actualité je pense.
C'est sur que techniquement, ce n'était pas de la virtuosité à l'état pur, mais c'était bien pour le style et l'époque.

Je crois que la promo n'a pas été des plus terribles, un commentaire ?
La promo de l'album avait été nulle, à part quelques très bons articles dans "Enfer magazine" et "Best", mais la production n'a rien fait, hormis quelques affiches .
Nous avons quand même vendu les 3000 albums du pressage en France, quelques-uns en Belgique et en Suisse.
Nous avions enregistré au studio Davout à Paris, quelques années avant TRUST. C'était des souvenirs supers !

Comment perçois-tu l'évolution du METAL depuis les années 80 ?
La scène métal actuelle ne m'enchante guère. Je suis resté fidèle à des groupes moins démonstratifs mais plus roots (Van Halen, Deep Purple... etc).
Je trouve que ça tourne un peu en rond actuellement et il est à mon goût normal de se retourner sur des vieux groupes comme Aerosmith, beaucoup plus intéressants au niveau des compos.

Que sont devenus les membres du groupe par la suite ?
Lorsque nous avons arrêté, ça a été très dur car le hard commençait à se faire une belle place en France et je pense que nous avions de quoi faire notre chemin.
Après une tentative de suite, mais sans aucun support et sans pognon, chacun est parti vers d'autres horizons. Certains ont tout arrêté.
Alain, le batteur, est devenu artisan maçon et on se voit toujours avec plaisir. Michel, le guitariste, a continué dans son coin. Il est décédé depuis peu et ça nous a foutu un sacré coup. Nina a continué, enregistré un album avec KLAXON et continue je crois vers Montpellier. Jenny a fait du bal mais j'en sais pas plus. Serge a continué un temps, mais a arrêté il y a quelques années.
J'ai ouvert à une époque un café concert à Marseille (le backstage), ou je faisais passer des groupes de rock bien sur.
Ensuite, je suis devenu intermittent et joue depuis 15 ans avec plusieurs groupes FREEBIRD, SIDNEY BROS BAND, IMPACT, mais y'a plus guère de compos. Ce sont surtout des reprises (Satriani, ZZ Top... etc).
Récemment, j'ai joué à Tours, pour une concentration Harley, juste avant BOXER (anciens de Trust).
On en revient au rock des années 80, on prend les mêmes et on recommence.

Je te laisse le mot de la fin et te remercie pour tes réponses.
Still alive and well.


Haut de page



Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés