Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

INTERVIEWS

 

Stan W-Decker est membre du groupe AWACKS, mais également le graphiste qui monte. Il réalise de nombreux artworks et nous permet, via quelques questions, d'en connaitre un peu plus de ce monde.

Interview réalisée par Duby en Mai 2013 et agrémenté de différents graphismes de Stan.

 

Tu es en ce moment l'artiste qui monte pour le graphisme de pochettes. T'attendais-tu à cela ?

Et bien, rien de tout ceci n'est programmé et je suis même un peu étonné de ma médiatisation. Je me concentre sur cette activité depuis un an et demi en ayant commencé en dilettante il y a 5 ans. Etant un bourreau de travail hyperactif de nature et buvant du café pour me calmer, je ne m'accorde pas de repos, ni même beaucoup de week-end. Il est normal que je produise beaucoup d'artworks et que ça finisse par se voir, haha. De plus, je suis avant tout un passionné de musique (même avant d'être passionné de dessin/graphisme), un vrai "metal freak" éclectique, toujours en recherche de nouveaux - ou anciens - sons. Ma journée de travail se passe en musique, ma nuit également. C'est ce fonctionnement qui me donne du cœur à l'ouvrage et qui me permet de créer autant d'illustrations. je suis vraiment insatiable.

Comment en es-tu venu au graphisme ? Quel a été ton parcours ?
Je dessine depuis tout petit et je devais dessiner pas trop mal car j'ai des fulgurances de maternelle où des camarades de classe me demandaient de concevoir des gros camions américains… Les deux souvenirs marquants qui ont conditionné mon avenir sont à chercher du côté d'un T-shirt de Killers (de Maiden) porté par mon voisin alors que j'avais une dizaine d'années. J'ai immédiatement été fasciné par Eddie, bien que je ne connaisse rien de la musique de Maiden, à l'époque. Le second souvenir est une 4ème de couverture du magazine Casus Belli, une pub avec une magnifique illustration d'Heroic Fantasy pour les figurines Citadel. Je m'étais escrimé à en peindre une copie, fort loupée, mais le virus a été inoculé à ce moment là. J'avais 13-14 ans et les 3 années suivantes ont été consacrées à de la copie méthodique d'illustrations "pop" que j'adorais. The Prophecy, la Crystalball, Killers, Stranger in a Strange Land, Piece of Mind ont été mes premières copies en parallèle d'affiches de films (Cobra, Predator…) et d'illustrations de jeux vidéo… Ce dernier point a son intérêt dans la mesure où l'infographie était balbutiante à l'époque : je possédais un micro-ordinateur, un ATARI ST, et j'ai naturellement basculé (en partie) sur ce média… J'ai donc continué mon apprentissage en copiant toujours du Maiden en version pixellisée. The Evil that Men do, Live after Death et The Clairvoyant furent de celles-ci. Tout ce fatras m'a permis d'entrer aux Beaux-Arts… Après 3 années peu formatrices, je me suis dirigé vers la communication et après un BTS et une formation PAO, j'ai intégré une grosse agence de communication, pour 12 ans.

Avec quels outils travailles-tu ?
Tout dépend de mon inspiration, de l'endroit où je me trouve. J'ai malheureusement trop peu de temps à consacrer à la peinture traditionnelle et privilégie les crayons ; je dessine ainsi souvent à l'ancienne, crayon papier HB ou stylo Bic sur papier, parfois sur un coin de table, ou dehors, un carnet de croquis sur les genoux. Je griffonne beaucoup et suis meilleur dans la mise en couleur ou dans le coup de pinceau qu'en dessin pur et dur. Je suis d'ailleurs aquarelliste mais réserve cette technique à des travaux personnels ou à des cadeaux pour la famille.

Quand je conçois des artworks pour des groupes, je scanne ou m'inspire simplement de ce que j'ai parfois griffonné et finalise le tout sur MAC. Je travaille forcément avec Photoshop, que ce soit quand je peins, réalise des photomontages, du matte-painting ou même certains encrages. Je détourne souvent l'utilisation première de certains outils et suis en recherche permanente de nouveaux effets. Artrage est un logiciel de peinture numérique que j'utilise également et qui permet d'imiter assez bien les effets de peinture à l'huile. Je commence à m'initier à la 3D "moderne", histoire de voir si cet outil peut m'apporter quelque chose de positif. Par le passé, je bidouillais pas mal avec Bryce/Poser/Wings qui sont des logiciels 3D d'initiation… mais j'ai rarement utilisé ces logiciels à des fins autres qu'expérimentales.


Comment procèdes-tu pour réaliser un artwork ?
Ceci part toujours d'un brief ou d'une discussion avec le label ou le groupe. J'ai besoin de connaitre le son, la démarche du groupe afin de répondre au mieux aux attentes. Il est rare de partir en roue libre et j'avoue être mal à l'aise quand on me dit - heureusement rarement - "Vas-y fais comme tu le sens". Une fois cette étape définie, je réalise souvent un croquis et le fait valider… Puis arrive le temps de la réalisation, conditionné par le choix graphique : photomontage, peinture, collage, encrage… Le travail sur l'artwork (sur la couverture du disque) se prolonge souvent avec le design du packaging, quelque chose que j'estime être indissociable de l'artwork.

Quels sont les pochettes que tu as réalisées ?

Je dois avoir environ 80 à 100 albums/EP/Démos à mon actif, une trentaine de T-shirts et autant de logos. Difficile à quantifier.
Dernièrement, j'ai travaillé pour le nouveau BLACKMORE'S NIGHT et je finalise le prochain VANDEN PLAS, STRYPER, TIMO TOLKKI'S AVALON ont fait partie de mes productions de 2013. Cette année est également riche en production hexagonale, j'ai ainsi conçu l'album du retour de VULCAIN, de ROZZ également, et les nouveaux DESILLUSION, AWACKS, WILD DAWN, BELOKAN, THRASHBACK (ex-Evil One), IN THE GUISE OF MEN… et beaucoup d'autres.

De quels graphismes es-tu le plus fier ?
La question piège !… et insoluble. Je dirais que j'aime beaucoup le projet sur lequel je travaille avec VANDEN PLAS, mais c'est peut-être parce que je suis en plein dedans. En fait, de par mes différents styles graphiques, j'ai du mal à comparer… De plus, ne m'étant jamais posé la question, j'avoue être un peu déstabilisé, haha. Ce qui est sûr, c'est que j'ai toujours un regard plus brillant quand mon travail se retrouve sur un beau LP !

Quelle a été la pochette pour laquelle tu as le plus galéré ?
Sans hésitation, le prochain NEPHREN-KA qui sortira en automne, je pense. Il s'agit d'une fresque épique inspirée par Dune et par Warhammer 40000. Des tonnes de détails à gérer, des armées de personnages à dessiner, à mettre en valeur, des vaisseaux spatiaux, des titans !!! La seconde est celle d'AVALON. La versatilité de Timo y est pour un peu mais j'apprécie le résultat (qui sera bientôt en ligne sur mon site et sur ma galerie).

Quels autres designers apprécies-tu et pourquoi ?
Sans équivoque, Derek Riggs pour la qualité de son travail pour Maiden et Dave Mac Kean (Shades of God de Paradise Lost, par exemple) en lequel je me reconnais. J'adore Pushead (illustrations pour Metallica) qui est ma référence en terme d'encrage et je ne peux pas omettre l'autre maitre de l'encre, le grand, le magnifique Mike Mignola qui est le créateur du plus grand Comics de tous les temps : Hellboy. Ben Templesmith, autre auteur de Comics est une référence pour son travail de couleurs. Florent Maudoux, Fred beltran, Tardi, Run, Sienkiewicz, Eric Powell sont également des inspirations…


Est-ce que tu proposes uniquement des pochettes déjà faites ou est-ce que les artistes te font des demandes bien spécifiques que tu réalises ensuite ?
Je propose très très peu de projets (4-5) clefs en main, je travaille à 95% selon les désirs et idées discutées avec le groupe. Cela s'explique par le fait que mes travaux personnels restent… personnels.
Je me considère en effet comme un artisan, l'homme qui a l'amour du travail bien fait, du travail qui sert à quelque chose. Je n'ai pas forcément une vocation d'artiste qui milite pour une vision ou un concept, du moins quand il s'agit de créer une illustration pour un groupe. Je réserve ceci pour plus tard, quand j'aurais suffisamment de choses personnelles à défendre.

Tu réalises des pochettes pour les groupes de métal, mais en as-tu et serais-tu OK pour en faire pour d'autres styles de musique ?
J'en réalise déjà, même si cela reste minoritaire : de la pop à la Muse/Archive, de l'électro, de la chanson française à accordéon, de la variété, J'ai même travaillé pour le groupe de reprises '60 de mon papa !
Comme je l'expliquais en début d'interview, je suis éclectique et curieux de tout, la constante est qu'il doit y avoir une affinité entre la musique que je dois "défendre" et moi-même.

Combien faut-il dépenser pour avoir un artwork made in Stan ?
Tout dépend ce qui est demandé, de la nature du travail, de la complexité de la réalisation, du type de packaging (ou non)... Tout ceci entre en jeu.
Je me permets d'ajouter que je ne réalise pas seulement des artworks d'albums : logos, press-book, bios, affiches, modèles de T-shirts, webdesigning font partie de mon quotidien… Mon parcours de publicitaire me permet également - à titre de conseiller - d'orienter certaines associations ou groupes sur leur image globale même si je préfère me cantonner à l'aspect graphique des choses.

Si un groupe désire que tu réalises son artwork, quelles sont les conditions et comment procéder ?
… euh, me contacter :D… Je me permets de donner mes adresses de contacts via mes différents médias : Deviant Art - Site - Facebook… et mon Blog remis à jour de manière hypothétique mais plus qu'improbable (sait-on jamais mais c'est pas sûr) tous les ans... haha.

Serait-il possible aujourd'hui de vivre de ton travail de graphiste ?
La réponse est clairement "non" si je me restreins à la conception d'artworks. Peut-être donnerai-je une autre réponse dans un an si la courbe de progression continue son ascension… ;)

Est-ce que des artworks t'ont déjà été refusés ? Lesquels ?
Il est arrivé que quelques groupes me fassent réaliser un artwork et s'amusent à splitter durant le processus de réalisation du dessin… d'autres, indécis, me font partir dans une direction puis une fois le travail réalisé, considèrent qu'ils souhaitent tout autre chose pour finalement s'engueuler entre eux et demander à un autre artiste de refaire une interprétation de mon premier travail (n'osant pas me redemander). Dans ce dernier cas, j'ai perdu pas loin de 90 heures de travail, sans contrepartie. L'illustration concernée est depuis peu réservée par un groupe de rock progressif qui est tombé dessus sur mon blog… Ces 90 heures ne sont donc pas totalement perdues.

T'es-t-il déjà arrivé de refuser de réaliser un artwork ? Pourquoi ?
Non, je n'ai jamais refusé mais je pense que je ferais l'impasse si un groupe véhiculait des idées qui ne sont pas en adéquation avec les-miennes.

Es-tu restreint à certaines normes en vue des futures impressions ?
Si tu veux parler technique, oui, en effet, il faut toujours anticiper l'utilisation future des illustrations et être en rapport constant avec les presseurs et autres intermédiaires, les labels par exemple. Les contraintes techniques sont rarement les mêmes, chaque fabricant ayant ses propres normes et côtes, travailler parfois en inch et non en centimètres oblige à une vigilance de tout instant… et la réalisation de T-shirts est souvent un casse-tête entre sérigraphie, DTG etc…. Egalement un technicien, je gère sans souci.

Tu fais aussi partie du groupe AWACKS. Peux-tu nous toucher deux mots de l'actualité du groupe ?
En effet, je suis le bassiste d'AWACKS depuis 10 ans. Notre nouvel album a mis du temps à se construire, plus de 5 ans, car nos vies et chemins respectifs ont évolué, entre changements personnels, professionnels et éloignement géographique. Nous avons également l'amour du travail bien fait et ceci ralentit forcément le processus d'écriture. Mais nous sommes au bout du chemin : notre 4ème album nommé "Resilience" sort via BRENNUS MUSIC (le 3ème sur ce label) en septembre 2013. Une fois de plus nous faisons évoluer notre style heavy-progressif mélodique, ajoutant des touches électro au niveau des sons claviers. L'album me semble aussi technique que le précédent et je l'espère aussi catchy dans ses mélodies. Les tempi ont été parfois boostés et je pense qu'il sonne plus heavy dans sa globalité, quoique ce soit difficile de qualifier sa propre musique. Il faut s'attendre à quelques longues pièces qui côtoient des formats plus courts. Il sera disponible au format Digipack 3 volets et du merch' (un beau T-shirt) nous suivra lors des concerts que nous planifions pour l'année 2013-2014. Nous venons de finaliser notre second clip (pro) qui supportera le titre "Madness" issu de cet album. Vous pouvez nous suivre sur le Facebook officiel du groupe.

Grand merci à Stan pour avoir si gentiment répondu à nos quelques questions, donné de son temps et nous permettre d'en découvrir un peu plus sur son art et ses coulisses.



Haut de page



Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés