Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

INTERVIEWS

 

Thierry Huylebroeck a été le guitariste du groupe WOTAN, qui officiait en région parisienne. Il fait partie par la suite du groupe K.O.B, qui connaîtra un succès bien plus grand, toujours au poste de guitariste. Thierry à bien voulu revenir sur son passé et nous parler de Wotan. Interview réalisée par Duby le 21 Octobre 2007.

 

- Merci à toi de répondre à nos quelques questions au sujet de WOTAN...

Toujours moi qui bosse...:o))


- D'ou venait ce nom de WOTAN ?
En fait avec Bruno en Mars 1976, on cherchait un nom pour le groupe, alors on c'est amusé à chercher dans un dico et on est tombé sur ce nom. On a bien aimé. Le côté mystique et un peu puissant collait bien à un groupe de hard-rock...
Bien plus tard, on a appris que les nazis utilisaient ce nom pour leur propagande. Nous ne le savions pas, évidemment, et c'est pour cela qu'en 1997, quand on a reprit, le groupe c'est appelé KOB et plus Wotan...

- Où le groupe était-il basé ?
Corbeil-Essonnes, dans l'Essonne (91) en banlieue sud de Paris.

- Une démo du groupe a été chroniquée à l'époque dans Metal Attack. Peux-tu nous en dire plus ?
Cette première démo avec Jean-Jacques que nous avons diffusée est de novembre 1984, et c'est celle qui nous a permis de signer chez Bernett Records au printemps de 1985.

- D'autres démos ont-elles été enregistrées ? (notamment avec les line-up précédents)
Il y en a 2 ou 3, oui...

- Peux-tu nous préciser les dates et les titres que contenaient ces demos ?
Oh, ce ne sont pas vraiment des démos de très grande qualité sonore, il y en a une qui a été enregistrée en répète en janvier 1978 et une autre chez un pote, avec un peu plus de matos en juin 1979 ou septembre, je ne sais plus exactement...(vite mes pilules...:o)))
La première est uniquement instrumentale, et il n'y avait pas vraiment de titres aux morceaux, c'est un peu la même chose pour la seconde, certes, il y avait Guy Gagneau au chant, mais c'était au début de son arrivée, donc pas encore vraiment bien défini...

- Ont-elles été commercialisées ?
Non.

- Quel était alors le style musical du groupe ?
Hard-Rock, assez typé années 70, quoique dans la dernière période avec Jean-Jacques, c'était plus orienté années 80. Il faut dire que l'on était en plein dans la période. Ce n'était pas du "Reissue" à cette époque, c'était le style du moment.

- Pas de 45 tours ?
Non.

- Pourquoi avoir choisi le chant en Anglais ?
Disons que l'on a toujours trouvé que ça sonnait mieux comme ça, il n'y a qu'un seul chanteur que l'on a apprécié en français, c'est Robert Belmonte d'Ocean, c'est d'ailleurs le seul disque d'un groupe français que j'ai acheté... désolé...

- Un contrat a été signé avec Bernett Records. Quels en étaient les termes ?
7 Albums... à raison d'un par an. En fait, c'était le standard de l'époque. Tous les contrats, du moins en France, étaient basés sur le même modèle... En 1980, j'avais signé chez Phonogram avec un autre groupe et c'était exactement les mêmes conditions.

- Pourquoi rien n'a abouti ?
Bernett a déposé le bilan quelques semaines plus tard. On a re-signé après avec l'un des associés de Bernett, sur un label qui s'appelait New Records. Ca a été trop long et nous avons déchiré le contrat dans le bureau du mec aux Champs-Élysées. Je me souviens encore de sa tête... :o))))
Un peu plus tard, courant 1986, nous avons été approchés par BBO, Bobby Bruno Organisation, qui avait fait jusque là du management, essentiellement pour TRUST. A cette époque, ils voulaient s'essayer à la production de disques. On n'a pas signé chez eux, car leur bilan comptable était désastreux... d'ailleurs BBO c'est cassé la gueule quelques temps après...

- Il existe une vidéo de WOTAN. Peux-tu nous en dire plus ?
Elle a été filmée le 13 mai 1987 à FR3 Nancy et diffusée quelques jours plus tard.
On avait réenregistré "Bad Boy" qui figure sur la démo de 1986, mais comme le son n'était pas assez bon pour passer en télé, nous l'avons réenregistré en 16 pistes quelques temps avant le 13 mai 1987.

- L'ambiance entre groupes à l'époque n'était pas au beau fixe. Comment expliques-tu cela ?
Je ne sais pas vraiment... Peut-être que cela était dû à la difficulté que tout le monde avait à sortir la tête de l'eau... Le Hard-Rock et plus tard le Metal ont toujours eu les pires difficultés à sortir en France, je ne t'apprends rien, donc, voilà, les places étant chères, peut-être que cela a créé cette ambiance un peu particulière... En même temps, nous avons été potes avec H-BOMB ou VULCAIN, et il n'y a jamais eu de galères entre nous... pour être franc, je n'ai pas de réponse à cela. Je sais juste que de notre côté, nous sommes assez "sauvages", pas vraiment communicatifs. Certains peuvent prendre cela comme du mépris, et pourtant, il n'en est rien. C'est simplement une façon, peut-être, de préserver notre clan... Il faut dire que l'on a eu de bonnes raisons de garder nos distances, encore plus maintenant avec KOB qu'avec Wotan à l'époque.

- Pourquoi le groupe s'est-il séparé ?
Comme je te l'ai dit, on a eu pratiquement que des déceptions et n'avons jamais réussis à concrétiser par un album. Cela nous a passablement usés, et en juillet 87, nous avons décidé d'arrêter...On avait chacun nos envies, et voilà...
Finalement, il n'y a que Michel Beaussart et moi qui avons continués dans divers groupes après cette période, pour finalement remonter le groupe avec Bruno en mars 1997... c'est devenu KOB.

- As-tu gardé contact avec d'anciens membres de WOTAN ? Que sont-ils devenus ?

Je n'ai plus de nouvelles d'Henri Navarro, de Guy Gagneau et de Jean-Jacques Berete depuis de nombreuses années... mais ça ne me dérangerait pas d'en avoir... on a toujours eu de bons rapports, je ne me souviens pas d'engueulades dans Wotan...


- Le groupe s'est séparé en Juillet 1987. KOB a été formé en 97. Que s'est-il passé entre-temps ?
Bruno n'a rien fait au niveau musique pendant cette période. Boboss (Michel Beaussart) et moi, on a rejoint un groupe qui s'appelait 3615 de 1989 à 1990. Ensuite Boboss a arrêté...
De mon côté, j'ai joué avec un groupe appelé Wild West de 1991 à 1992, et ensuite avec Decade de 1993 à 1996. Ensuite, on a créé KOB en 1997.

- Pourquoi et comment avoir continué l'aventure WOTAN... ou plutôt KOB ?
Après pas mal de projets, j'ai eu envie de rejouer avec Bruno, j'avais comme un besoin de retrouver sa frappe, façon John Bonham, ça me manquait... et Boboss aussi. Il tournait en rond chez lui... Bref, ça nous titillait, alors, on a pris cette décision. Au début, c'était vraiment pour s'amuser, se faire plaisir, rien de plus. D'ailleurs, on avait même pas de chanteur en vue. On avait demandé à Jean-Jacques, mais il n'a pas voulu remettre ça, donc, on a commencé à trois. On a eu une courte période avec un chanteur, mais ça ne collait pas vraiment. D'ailleurs, on avait un peu le moral à zéro, du coup... on se disait que c'était l'éternel re-commencement, difficile de trouver un chanteur etc, etc... et puis finalement en 1999, on a auditionné Stéphane. Ca a collé tout de suite, et c'est vraiment devenu KOB, cette année là, finalement.
A partir de là, c'est devenu plus sérieux comme projet, et ensuite, nous avons pu enregistrer un premier album, le sortir chez Brennus, faire des concerts, etc... puis ensuite un second album et voilà...

- Comment expliques-tu que les groupes de métal français n'explosent pas en France, au même titre que les groupes étrangers ?
C'est La France... J'ai presque envie de dire que c'est comme cela depuis 40 ans. Il y a et il y eu de très bons groupes en France, mais le manque de moyens ne les pas aidés, c'est certain, on a tous été obligés de bidouiller pour pouvoir sortir quelque chose, sans compter les arnaques des labels, etc... demandes à H-Bomb avec Rave on...
Les signatures foirées, les concerts pourris, les conditions de nazes ou t'es obligé de dire "merci Mossieu" quand on t'offre un casse-dalle alors que t'as fait 500 bornes pour une date, sans être payé, simplement parce que tu crois à ton truc... Si je te dis le nombre de fois que j'ai été payé depuis que je joue dans des groupes, tu serais vert... Je ne dois pas être le seul, c'est clair...

- Et toi, vis-tu de la musique ?
Je serais mort de faim depuis longtemps, et les autres aussi !!! T''en connais combien de groupes de Metal français qui vivent correctement de leur musique ? Le peu que j'ai connus, avaient leur copine qui bossait et qui payait la bouffe et le loyer. Euh, ils étaient musiciens professionnels avec pointage à l'anpe tous les 15 jours...
Sérieusement, les seuls qui ont réussis, sont sans doute Trust, et ensuite pour en vivre, ils ont tous fait des concessions pour continuer à bouffer avec la musique... et combien sont-ils, sur la quantité ?

- Que penses-tu d'Internet et crois-tu que les choses se seraient passées différemment pour WOTAN si ce média avait existé à son époque ?
Probablement, pour nous, comme pour les autres...

- En tous cas, merci à toi pour ta disponibilité et tes réponses... Allez... maintenant que tu as bossé, à notre tour et à bientôt sur France Metal Museum ! Encore merci à toi et bonne continuation...
Merci.


Haut de page



Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés