Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

COMPTE-RENDU LIVE

 

Le Samedi 26 Septembre 2009, la première édition du "Babes of Metal Festival" se déroulait à Paris, avec à l'affiche les groupes à chanteuses DIARY OF DESTRUCTION, KREPUSKULE, ERYNIES et WILDPATH. Compte-rendu et photos par Duby.


L'évènement se déroulait au Centre d'Animation de l'Espace Curial, en plein cœur d'une cité du 19ème arrondissement de Paris. A l'intérieur, la moitié des lieux est pourvue de sièges faisant face à une partie vide faisant elle-même face à une haute et grande scène. Nous somme dans une sorte de théâtre. Conditions impeccables.

A peine le public a-t-il fini de rentrer que les premières notes déboulent...

DIARY OF DESTRUCTION

Le rideau s'ouvre et nous découvrons un groupe composé d'une chanteuse, d'une clavier, d'une bassiste et d'un batteur et guitariste. "The time has come", le premier titre issu de la démo commence, suivit par deux morceaux qui seront présents sur l'EP que le groupe nous prépare.

Le look de la bande Nordiste à de la gueule. Côté musique, le gang nous propose un Métal Gothique de bonne facture, emprunt de synthés agréables et par moments d'une voix masculine Black Metal.

Le chant de Dorine est sur le fil du rasoir. Pourtant agréable, il est par moments assez faux. Il n'en faut pas beaucoup pour que ce soit impeccable. Il faut dire que Dorine était auparavant aux claviers et ne tient le chant que depuis peu, en remplacement d'Audrey, l'ancienne chanteuse partie vers d'autres projets...

Le groupe semble jeune, et malgré quelques petits défauts, le feeling passe et c'est un bon moment qu'il nous propose. Effacez ces quelques défauts, et ce sera tout bon.

A surveiller...

Setlist :
The time has come - Unbreakable - Without beauty - Men blunder - Storm - The other side

KREPUSKULE

Le rideau s'ouvre après une dizaine de minutes de préparation sur le groupe suivant.

Le gang parisien KREPUSKULE nous propose un style Gothique tout en finesses pas mal fichu, bien que manquant légèrement de guitares. Néanmoins, les amateurs du genre apprécient.

Lena Metchta du groupe INK CITY sera invitée sur scène pour le dernier morceau "The earth now disagrees", apportant sur scène l'énergie qui manquait jusqu'alors.

L'accompagnement d'une vraie violoniste apporte de la profondeur aux morceaux.

Un bon moment. Un travail sur les enchainements, la participation du public et l'énergie, et la prestation n'en aurait été que meilleure.

----------

Setlist :
The dawn - Betrayal - The game - Rejected child - Last tear - The earth now disagrees

ERYNIES

Sur un fond de scène affublé du logo du groupe, les choses sérieuses commencent. Le public se fait plus nombreux dans la salle. Les premiers morceaux débutent. Premières impressions : c'est carré, puissant et pro. Les musiciens gèrent leur affaire sans aucune contestation possible.

Techniquement excellents, ces derniers proposent des morceaux de leur album "Resilience" sorti tout récemment, mais également d'autres titres.

Les musiciens tiennent bien la scène. Pas de temps mort. Tout est bien rythmé et énergique. Les enchainements sans temps morts. Le public s'éclate, saute, crie, plaisante avec les musiciens. Ces derniers s'éclatent également, et ça se ressent.

Les postures Metal des guitaristes et bassiste sont bienvenues. Ca bouge de tous les côtés. Le synthé, de son côté, bien que plus discret, n'en est pas moins indispensable dans la musique d'ERYNIES.

Une musique des plus agréable, collant parfaitement au timbre cristallin de Carole, parfaitement en voix ce soir.

Grand moment de la soirée avec "Dark secret", à la mélodie reprise en chœur par le public. Le groupe fera d'ailleurs participer l'audience en partageant la salle en deux...

Le style musical proposé est d'un métal mélodique parfaitement maitrisé où les guitares saturées ont une place de choix, les tempos souvent speed et les double pédales souvent mises à rude épreuve. Le rendu sur scène est parfait... supérieur à l'album du gang !

Un vrai plaisir d'énergie et de professionnalisme. Ne pas oublier leur prochaine prestation le 14 Novembre 2009 à Pavillons-sous-Bois.

Setlist :
The October's tear - End of me - Murky vision - Envole-toi - Pense à moi – In the middle of nowhere - Last judgement - Dull routine – Resilience - Dark secret - Faster than the past – Sacrament

WILDPATH

La salle est maintenant bien garnie. L'intro annonce le début des hostilités. Une projection s'anime sur le rideau, qui s'ouvre enfin sur la bande qui entonne son premier titre "Unforgotten".

Les musiciens sont pour l'occasion affublés de tenues de scène et de maquillages recherchés. Le son pour cette prestation sera le meilleur de la soirée, tout comme les lights, de bien meilleure facture et variés, comparés aux groupes précédents.

Côté musique, c'est parfait. Les titres s'enchainent, et le rendu est impeccable, ce qui n'est pas chose aisée, compte tenu de la complexité des titres. Les musiciens gèrent leur affaire haut la main et les notes déboulent à la pelle. Le Métal Symphonique de haute volée des WILDPATH fait son effet.

Le public est à la fête et s'éclate. Ca saute, ça participe, ça crie, ça chante. Belle fête.

Les anciens morceaux sont joués, tout comme ceux du nouvel opus "Non Omnis Moriar" sorti en Juillet dernier. Le groupe tient bien la scène.

1h30 de show trop vite passé, mais la fête n'est pas terminée, puisque le groupe nous jouera "Light heart" et "Ipsylos" en guise de rappel, pour finir en apothéose sur la reprise du tube interplanétaire "It's raining men", où toutes les "Babes of Metal"  de la soirée seront invitées sur scène pour un bœuf final.

C'est ainsi que Dorine, Bérangère, Florence (Diary of Destruction), Diane, Ana (Krepuscule), Carole (Erynies), rejoindront Marjolaine Bernard (Wildpath) sur scène.

Jean-Marc Toussaint, organisateur de la soirée, demandera ensuite aux groupes au complet de monter sur scène. L'occasion d'applaudissements et de remerciements mutuels entre le public et tous les musiciens. Une belle fête vient d'avoir lieu...

Setlist :
Dark mass (Intro video) - Unforgotten - Black & white - Everlasting wish - Grinnin' sanity - Facing fears (Inst.) - Ghost memories - Lust - Eternity - Prophecies of light and darkness - Nyx secrets (Inst.) - Norse legends - Necromancer - Sanctuary Part 1 : The Cathedral - Sanctuary Part3 : Revelation - Rappel : Light heart - Ipsylos - Bœuf final : It's raining men

Bon son, lights sympas, salle et scène impeccables, changements et mises en place rapides entre chaque groupe. Merchandising, organisation impeccable... que demander de plus ! Merci à Jean-Marc Toussaint, organisateur du festival... Prêts pour une seconde édition...

Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés