Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

COMPTE-RENDU LIVE

 

Le Samedi 1er Mai 2010 se déroulait au "Korigan" de Luynes en PACA, une affiche alléchante qui voyait réunis ROCKETT QUEENS, LIGHTSEEKERS et les revenants de VULCAIN pour leur second concert de la toute chaude reformation.

Une bien belle affiche donc, sur laquelle revient pour notre plus grand plaisir Angel Del Infierno. Vidéos par FHMC.


Une bonne soirée se profile en ce premier mai pourtant pluvieux; les organisateurs ont eu la bonne idée de réunir sur un plateau commun des groupes débutants ayant roulé leur bosse sur la scène locale et Vulcain, qu'il est inutile de présenter, surtout en ces pages ! Outre l'occasion de découvrir des valeurs montantes, c'est aussi et surtout un bon moyen d'éviter de faire de ce concert un rassemblement d'anciens combattants du métal, ce qu'on entend trop souvent hélas dans la bouche de certains persifleurs.



ROCKETT QUEENS

Rockett Queens a la lourde tâche d'ouvrir le bal devant une salle à l'affluence correcte quoiqu'insuffisante pour un tel plateau (un jour férié qui plus est). Force est de reconnaitre que le groupe fait mouche, délivrant un rock n' roll de très bonne tenue. La jeune chanteuse Marine se ménage pas ses efforts, menant avec beaucoup de punch cette formation qui ne fait pas semblant d'asséner un rock péchu (mon voisin me fait justement remarquer, en hurlant par dessus les décibels, que Marine a un petit air de Fabienne Shine de Shakin'Street, c'est vrai). Hermétique à la mode des jeunes groupes de rock montés de toutes pièces et policés dont on nous rebat tant les oreilles en France depuis quelques années, j'avoue que j'ai hésité à assister à ce set, redoutant de bailler.
J'aurais eu terriblement tort. Surveillez-les de près et procurez-vous leur CD au titre évocateur : "Stand up and shout", il ne vous décevra pas.

 

LIGHTSEEKERS

Les locaux de Lightseekers prennent ensuite possession de la scène. Leur heavy-metal aux teintes progressives, rappelant certaines fois les bonnes heures du Helloween période Kiske, ne me convainc cependant que peu, je dois être honnête. Mais je dois aussi mentionner que malgré tout, l'ensemble tourne plutôt bien. La maitrise instrumentale est bel et bien là et le chanteur a une bonne voix, ce qui constitue d'ailleurs l'atout majeur du groupe. A revoir, donc.

 

VULCAIN

Vulcain, enfin ! Je ne reviendrai pas en détail sur la set-list, qui revisite largement les premiers efforts du groupe pour le bonheur des gens en transe devant moi qui chantent les paroles par cœur. A ma surprise, la formule du trio fonctionne à merveille, le groupe est un rouleau compresseur, écrasant impitoyablement le public à grands coups de classiques de son répertoire; "Pile ou face", "Ebony", "Rock n roll Secours", "Blueberry Blues", "Le fils de Lucifer", "Richard", "Faire du rock" ou le plus récent "Stoppe la machine", les titres phares s'enchainent. Marc Varez cogne avec une précision helvétique, Vincent (malgré un son de basse faiblard) tient la baraque pendant que Daniel, dont la voix si particulière n'a pas bougé, assure des solos sans une fausse note, ne laissant absolument aucun doute : pas besoin de deuxième guitariste dans Vulcain ! Assez étrangement, bien qu'acquis à la cause du dieu de la forge, le public devant est assez calme, hormis quelques excités (dont votre serviteur) qui hurlent les refrains à s'en égosiller et y vont chacun de leur petite demande. Daniel chambre ce public calme en compagnie de Marc à grand renforts de "On se croirait à Paris" ce qu'évidemment il ne faut surtout pas dire par ici ! Piqués au vif, les sudistes se réveillent enfin !

Selon la tradition, le concert s'achève sur "la digue du cul", que le public entame tout seul comme un grand et le groupe plie bagage après un set sans concessions, non sans avoir pris la peine de remercier longuement les fans et de prendre des photos ou de dédicacer LP et CD à tour de bras.

Dans la douceur d'une nuit bien entamée Daniel et Vincent écoutent amusés les anecdotes de fans de longue date, se remémorant qui un Bol d'Or 85, qui une première partie d'Iron Maiden à Bercy en 1987. Marc, quelque peu éméché et hilare, gesticule au fond de la salle lâchant un "On en encule le commerce, on encule tout!". Un cran au dessus de tout le monde dans le paysage du rock énervé français, Vulcain l'a confirmé ce soir : il est un putain de groupe de rock n'roll !



INTERVIEW VULCAIN

A consulter également, l'interview ce même jour du groupe au complet ICI.

Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés