Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

COMPTE-RENDU LIVE

 

Le dimanche 06 mars 2011, le groupe légendaire des 80's BLASPHEME se produisait sur la scène du Nouveau Casino à Paris.

La soirée était ouverte pour cette occasion par le groupe nordiste SPIRIT.

Retour sur cette soirée par Moka17.


Entre le Cirque d’hiver, le lieu où j’avais vu BLASPHEME la dernière fois, et le Nouveau Casino, lieu où le groupe se produit ce 6 mars 2011, il y a à peine un kilomètre.

Un kilomètre mais vingt-sept années à attendre avant de retrouver BLASPHEME sur scène... une éternité !

SPIRIT

Mais tout d’abord, c’est SPIRIT, groupe de Métal nordiste qui ouvre les hostilités.

Chez Spirit, qui s’est reformé après une première carrière il y a une quinzaine d’années, on est en famille. Plus habitué aux salles de café qu’aux scènes comme celle du Nouveau Casino, le quatuor livre un show de 50 minutes efficace.

La musique montre quelques points communs avec ADX, le groupe a plaisir d’être là et le public apprécie !

Il faut dire que la bande est de plus en plus à l'aise au fil des minutes et laisse une grande place à l'humour dans ses propos, invectivant le public "La bière est bonne ?"... "Menteurssss".

Le groupe étant reformé avec la formation d'origine, avec deux deux frères, n'hésite pas à oser, toujours avec humour, la comparaison avec VULCAIN en surenchérissant avec beau-frère, sœur, beau-père... présents dans la salle.

Nous aurons droits ce soir à de nouveaux morceaux qui figureront sur l'album à venir tels (entre autres) "Gori", "Fantômes de Bulgarie"... Des compos toujours aussi musclées.

Setlist :
Intro, Gori, Fantômes de Bulgarie, Nouvel ordre, Relations obscures, Solitude, Jérusalem, Johannesburg, Retour à la vie, Hommes ou diables

BLASPHÈME

A peine dix minutes de réglages et Blasphème monte sur scène.

"The crow", titre qui ouvre également le troisième album enchainé à "Désir de Vampyr" entame le concert et emballe d’entrée le public.

Très content d’être de retour à Paris après trois ans d’absence, le groupe arrive à mélanger les morceaux du dernier album avec ses classiques qui ont plus de 25 ans maintenant.

Ainsi "Seul" précède "Cœur d’enfant". "Au nom des morts" lui, appelle "Carpe Diem". "Territoire des hommes" fait de même avec "Homme éternel"…

Le public, qui remplit une bonne moitié de la salle, est constitué de connaisseurs qui reprennent tous les refrains bien souvent sans même que Marc Féry ne doive chanter les paroles.

Et ce public manifestera par de longs applaudissements tout son soutien à Pierre Holzhaeuser lorsque celui ci dédiera "Vivre libre" à sa mère décédée dans la semaine. On sent que le groupe est très ému et pas seulement de se retrouver sur scène à Paris. On ne peut qu'applaudir d’avoir maintenu le concert dans ces moments difficiles.

Marc Féry rappellera avant "Erreurs de mœurs" les moqueries qu’il endurait dans les années 80 à cause de sa voix "trop" aigue... mais ayant vieilli, il chante moins haut... les moqueurs en sont désormais pour leurs frais ! En tous cas sa voix est superbe, à mon avis plus belle qu’il y a vingt cinq ans.

"Vengeance barbare" clôturera le concert, avant que le groupe n’attaque deux rappels bien mérités avec "Magie noire", qu’il n’a pas rejoué depuis très longtemps et "Jehovah", rééquilibrant ainsi un peu la balance des titres en faveur du premier album.

En une heure et demie, Blasphème a réussi un concert cohérent, très bien construit, un très bon son, mélangeant anciens et nouveaux morceaux pour le plus grand bonheur de ses fidèles.

Une mention spéciale pour le petit nouveau car le jeu d’Aldrick Guadagnino, qui occupe la batterie depuis la reformation, réussit à donner un coté moderne au son du groupe tout en gardant sa spécificité.

Puisque l’émotion était très présente Dimanche au Nouveau Casino, le groupe ne quittera la scène qu’après un ultime hommage à son ancien manageur Dominique Flamet.

Setlist :
The Crow, Désir de Vampyr, Seul, Cœur d'enfant, Orgie romaine, Vivre Libre, Briser le silence, Au nom des morts, Carpe Diem, Territoire des hommes, Homme éternel, Qui suis-je, Erreur de mœurs, De l'ombre à la lumière, Vengeance Barbare
Rappels : Magie noire, Jehovah, Outro (Memories)

Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés