Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

ADRANA
"Foreshadow"
2015
(Brennus Music)


Discographie

The tower of frozen tears (Demo 2006)
Perturbatio (2008)
The ancient realms (2011)
Foreshadow (2015)


Septembre 2011. Les Tourangeaux d'ADRANA sortent leur deuxième album "The ancient realm" chez Brennus Music. Un nouvel opus montrant un groupe plus mature, dont le contenu poursuit les péripéties d'une princesse guerrière partie en croisade dans des terres de feu et de glace. Musicalement, l'univers d'ADRANA a gagné en épaisseur, en saveurs mélodiques, pour un savant mélange de Power Métal Symphonique, avec des passages Speed et d'autres aux touches Progressives. Une musique riche menée par la voix majestueuse d'Anaé. Le groupe s'identifie ainsi d'une scène Française aux côtés de groupes de Métal à "chanteuse lyrique" tels qu'Asylum Pyre, Whyzdom, Wildpath...

Les Tourangeaux sont avant tout un groupe de scène, avec près d'une centaine de concerts et festivals donnés dans toute la France, ayant partagé les "planches" avec Kells, Markize, Renaud Hantson, Patrick Rondat... Les musiciens ont conçu un univers musical aux prestations théâtrales. Vêtus de costumes médiévaux, ils transportent un public vite acquis à leur atmosphère fascinante des mythes et légendes de la princesse ADRANA. Transposant cet univers tantôt dans des versions acoustiques ou amplifiées, ils remportent un suffrage grandissant auprès d'un panel de personnes aussi important que varié, composé d'enfants, adolescents et adultes...

2012 voit ADRANA faire la tournée Française du groupe Tunisien Myrath, et être nommé "Meilleur groupe de l'année" par le magazine "metalsymphonique.com".

Dix ans après sa naissance, le line-up a une nouvelle fois évolué. Aux côté de la chanteuse Anaé, du bassiste Emeric et du batteur Maxime, on trouve un nouveau guitariste : Antoine qui remplace Ludovic. Grhyll, le clavier a aussi quitté les rangs d'ADRANA.

Le groupe réinvestit les locaux du "Drudenhaus Studio" pour autoproduire le successeur à "The ancient realms", s'occupant de l'enregistrement, du mixage et du mastering. Dix nouveaux titres y sont conçus, agrémentés de deux intros.

L'album "Foreshadow" sort quasiment quatre ans plus tard, le 25 septembre 2015, toujours sur le label Brennus Music, sous forme de superbe digipack, porté par un artwork signé Edouard Noisette, retranscrivant parfaitement l'univers sombre de cette nouvelle quête musicale de la princesse ADRANA. Un livret plutôt fourni et bien fait, alterne retranscription des textes de cet album et photos des musiciens signés "LinsTemps Photographie". Un package attrayant donnant une irrésistible envie d'en découvrir l'univers musical, mais un rappel des faits s'impose :

"
La guerre fait rage dans tout Elhanor. Elle attendra son paroxysme. Les routes se maquillent de sang, nous assiégerons bientôt la cité impériale. Les complots se multiplient à l'ombre des assauts. Quel est le prix de la liberté ? Le vainqueur est-il vraiment celui que l'on croit ? La prophétie s'accomplit mais a-t-elle bien été entendue... Funeste nuit pour Adrana. Foreshadow pourrait se traduire par présage, prophétie. Un murmure lointain qui nous dévoile notre avenir. Une présence éphémère, impalpable, qui sème le doute sur notre passé. C'est cette chanson guerrière, si souvent écoutée qu'on ne l'entend même plus. Elle résonne toujours dans les batailles mais son sens s'est perdu. Et pourtant... Si vous voulez comprendre cette histoire, souvenez-vous d'une chose : le temps n'est pas une stricte progression de cause à effet. C'est plutôt un immense et sinueux labyrinthe qui se fracture et s'enchevêtre à l'infini. Tournez et retournez l'ordre des morceaux, trouvez la prophétie et vous entendrez notre histoire".<

>Mais notre plongeon dans l'univers de "Foreshadow" se fera dans l'ordre d'écoute. Petite intro de mise en ambiance avec "A cursed legacy" qui permet de découvrir l'énorme travail fait sur les orchestrations et les arrangements. On a vite l'impression d'être dans un film d'Héroïc Fantasy, chose plutôt bienvenue puisque c'est d'ailleurs le thème de cette aventure. Le son, plutôt bon, aide à cette compréhension auditive. On plonge tout de suite dans le vif du sujet avec "Blackblood", un morceau sombre accentué par une rythmique plombante mais surtout par la voix grave et caverneuse de Julien "Nuts" Deyres qui officie ordinairement dans Gorod et qui prend les choses en main. Anaé intervient ensuite, impressionnante dans un registre lyrique, elle n'hésite pas à utiliser l'énorme palette vocale qu'elle possède, secondée par des chœurs, qui verront tout au long de cet album les interventions de Laetitia Jeandeaud, Marie-Laure Roy, Marie Planquet, Grhyll, Ivan Cvetanovic, Gaël Meurisse, Julien Scaviner, Antoine Dubost.

Même si l'univers musical d'ADRANA est porté par les voix, les musiciens ne sont pas en reste et ça joue plutôt bien ! Après cette entame plutôt énergique, c'est la batterie martiale de Maxime qui débute "Elventh hour", suivie d'un solide solo que n'aurait pas renié un ADAGIO. Le ton est plus enlevé et part en cavalcade rythmique. Toujours impressionnante, Anaé a ici quelques intonations à la Nina Hagen, avec même une petite partie un peu Jazzy, suivie de soli de guitares. Le morceau monte crescendo. Le ton se durcit à l'instar de voix plus agressives. Un morceau riche, qui en moins de cinq minutes alterne les ambiances dans un registre progressif toutefois toujours sombre, à l'image de ces riffs lourds.

C'est le piano qui introduit "Time to win, time to cry", une mise d'ambiance plutôt sereine vite plombée par une rythmique de circonstance. Une vraie réussite pour un morceau riche et complexe, toujours mené par une Anaé magistrale, une nouvelle fois secondée par Julien "Nuts". Le refrain est réussi et joue son rôle à merveille. Les tourangeaux proposent un univers musical des plus intéressants !

Les morceaux s'enchaînent, souvent avec des claviers plutôt mélancoliques. "No more" joue dans un registre plutôt lourd, très Metal. Les riffs y sont puissants. Les ambiances plus apaisantes nous permettent de souffler avant que les guitares ne nous envoient leur flot de notes. Jamais on ne s'ennuie dans l'univers onirique d'ADRANA !

Les morceaux et les ambiances se suivent aux rythmes du récit dramatique. "Crimson conspiracy", introduit une nouvelle fois par des claviers mélancoliques, nous offre de riches passages, à l'instar de ce son de basse porté par la voix d'Anaé, alors que le morceau dans une construction progressive monte en intensité.

"The falling song" montre le côté sensible d'ADRANA. Un havre de douceur pour un titre mettant à l'honneur le piano et le chant rehaussé par une orchestration toute en finesse.

Les choses se durcicent à l'instar de ces riff agressifs sur "Draconian wind". A noter encore ce son de basse implacable qui montre qu'Emeric est loin d'être qu'un faire-valoir. La partie instrumentale s'avère plaisante, dans un déferlement de mélodies toutes en finesse, qui embarquent l'auditeur jusqu'à sa conclusion.

Une petite intro démarre "Echoes of time", faisant la part belle aux percus, et nous permet d'affronter le rageur "Fight for revenge". La voix d'Anaé s'y veut très lyrique, embarquant l'auditeur au gré de son récit. On se laisse facilement embarquer. Musicalement, les musiciens font le boulot ! Le solo est une nouvelle fois de qualité, jouant magistralement avec l'orchestration et le ton du morceau. Le travail des chœurs apporte encore un plus non négligeable.

"Demon's run" s'avère plus Metal, avec des riffs bien rugueux et une agressivité à fleur de peau. On y retrouve la hargne de Julien venu une nouvelle fois seconder Anaé qui conclura le titre à capela, pour un des titres les plus réussis de cet album... qui est loin d'en manquer !

Cette épopée s'achève sur un "Foreshadow" qui en six minutes s'avère un parfait condensé du savoir faire d'ADRANA.

Avec cet album, les Tourangeaux nous proposent un troisième opus réussi. Au fil du temps, ADRANA se construit un univers musical riche et complexe, pour un Metal Symphonique inspiré au service d'un récit prenant. Quelques touches de progressif rehaussent le tout pour un rendu salvateur. A chaque sortie, ADRANA surprend et progresse. Nous ne saurions que trop vous conseiller de jeter une oreille à l'univers des Tourangeaux, mais avec le risque de ne plus pouvoir le quitter tant il est addictif !

Chronique par Dom Baillon
Novembre 2016


01 - A cursed legacy (1:16)
02 - Blackblood (4:10)
03 - Elventh hour (4:50)
04 - Time to win, time to cry (4:25)
05 - No more (5:02)
06 - Crimson conspiracy (4:40)
07 - The falling song (3:30)
08 - Draconian wind (4:24)
09 - Echoes of time (0:44)
10 - Fight for revenge (4:35)
11 - Demon's run (4:52)
12 - Foreshadow (6:00)

Musiciens : Anaé (Chant), Antoine (Guitare), Emeric (Basse), Maxime (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés