Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

DREAMCATCHER
"Blood on the snow"
2017
(Awesome Prod)


Discographie

Dreamcatcher (MCD 2006)
Emerging from the shadows (2012)
Blood on the snow (2017)


DREAMCATCHER est originaire de la région parisienne et prend naissance en 2001, sous l'impulsion de son chanteur Chris Garrel, bien connu des aficionados du Metal, puisqu'il a pas mal crapahuté dans différents combos (DREADLINE) et en tant qu'organisateur de concerts ou journaliste...

Le groupe sort ainsi le MCD éponyme "Dreamcatcher" en 2006 puis l'album "Emerging from the shadows" en 2012, égrainant ses morceaux Heavy Thrash.

DREAMCATCHER revient donc au devant de la scène le 13 Octobre 2017, date de sortie officielle de "Blood on the snow", le troisième opus du combo.

L'album contient 8 nouveaux titres pour une durée totale de près de 45 minutes de musique. Il a été mixé et masterisé par Axel Wursthorn au Walnut Groove Studio. Et au niveau du son, il n'y a rien à redire.

La pochette est typiquement dans l'esprit et les thématiques que le groupe aborde dans ses chansons : elle représente en effet un attrape rêves. Sorte d'objet que les amérindiens utilisaient pour attraper les mauvais rêves et permettre ainsi des nuits douces et réparatrices, seuls les rêves agréables et positifs étant de mise...

Le premier morceau "Blood on the snow" nous plonge immédiatement dans la thématique, débutant avec des tams-tams indiens. Pour la suite, une guitare plaintive et une narration se font entendre dans une ambiance assez pesante. Les premiers riffs déboulent. Une bonne mélodie, de bons riffs, à mi-chemin entre le Heavy Metal et le Thrash.

Et cela continue avec "No heaven no hell", appuyé d'une bonne mélodie et de guitares agressives, tout comme sur "Fly away". De petits riffs teigneux accompagnent la musique, toujours dans un mélange de Heavy et de Thrash old school comme sait le faire DREAMCATCHER et ce, quel que soit la composition.

"The werewolf" est plus varié dans ses tempi avec une ambiance plus sombre, mais toujours dans ce mélange Heavy Thrash, avec un pré-refrain entêtant... alors que "Curse of the vampire" lorgne un tantinet vers le sieur Ozzy...

Des brulots, il y en a, à l'image des trois morceaux qui démarrent l'opus ("Blood on the snow", "No heaven no hell" ou "Fly away"), mais également avec des compos telles que "Mother earth" au riff mordant assassin ou "Dreamcatcher" qui démarre tout doucement pour prendre peu à peu ses aises dans l'énergie électrique avant de retomber à nouveau dans la douceur, alternant ainsi énergie et "douceur", à la façon de l'intro d'un "Fear of the dark"...

D'ailleurs, le timbre vocal de Chris Garrel est dans la lignée d'un Bruce Dickinson et colle parfaitement au Heavy Thrash de DREAMCATCHER, qui avec cet album propose une musique plus aboutie, car si l'on retrouve les influences Metallica ou Heavy et Thrash old school, elles sont ici mieux digérées.

Un très bon album des parisiens, à suivre sans hésiter...

Chronique par Duby
Octobre 2017


01 - Blood on the snow (7:07)
02 - No heaven / No hell (4:56)
03 - Fly away (4:37)
04 - The werewolf (6:21)
05 - Curse of the vampires (6:25)
06 - Dark is my soul (5:44)
07 - Mother earth (4:08)
08 - Dreamcatcher (6:09)

Musiciens : Chris Garrel (Chant), Djo de Keiser (Guitare), Geoffroy Lacarrière (Guitare), Vincent Liard (Basse), Nicolas Costes (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés