Menu

Messages
Tous les évènements ICI

Publicité
CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

EVOLVENT
"Whatever happens"
2015
(Autoproduction)


Discographie

Spiritual confession (2008)
Delusion (2011)
Human instinct (MCD 2014)
Whatever happens (CD 2015)


EVOLVENT voit le jour en 2004 en région parisienne. Après un premier MCD "Spiritual confession" (2008) et le  CD "Delusion" (2011), le groupe nous propose le MCD "Human instinct" (2014), avant de sortir en mars 2015 l'album "Whatever happens" dont il est ici question.

Ce nouvel opus est autoproduit, avec une promo de la structure DOOWEET. La pochette est très belle et retranscrit très bien la musique des parisiens. A la fois mystérieuse, sombre et esthétique...

A ses débuts, EVOLVENT proposait un Metal d'un style plutôt mélancolique avec un chant féminin lyrique et quelques interventions d'un chant masculin Growl.

Comme beaucoup d'autres groupes, EVOLVENT à connu de nombreux changements de line-up, voyant notamment passer au micro trois chanteuses différentes. C'est Emma Elvaston qui pousse sa voix sur les deux derniers "Human instinct" et "Whatever happens".

Cette dernière dégage une aura évidente et porte le groupe de belle façon depuis son arrivée. Les compositions prennent également une direction plus agressive et Heavy, même si le côté mélancolique n'est pas abandonné non plus. Vocalement, on est dans la continuité, avec un chant lyrique haut perché, mais moins de Growl qu'au début.

C'est sur une courte mais belle intro digne d'un grand film d'aventure que "Dawn" débute l'album, avant d'enchainer sur "Win or die". Des guitares Heavy ouvrent la danse, puis la voix d'Emma se fait entendre, toujours aussi classieuse, le tout accompagné d'orchestrations légères.

Avec son rythme syncopé, "Hurricane" possède de nombreuses orchestrations symphoniques sur lesquelles la voix mélancolique de Emma vient se poser. De belles mélodies pour une compo sympa, puis un break piano/chœurs vient stopper tout cela pour repartir ensuite de plus belle, toutes orchestrations dehors.

Piano et orchestrations débutent "Love doesn't love me". On peut y découvrir des instruments à cordes, à vent et le piano qui enjolive tout cela. Les guitares sont assez nerveuses et contrastent avec la voix d'Emma. Sans oublier le Growl d'Alexandre Warot qui vient varier le propos.

On l'a dit. Les chansons d'EVOLVENT sont tristes à souhaits. Cela est moins présent qu'auparavant, mais c'est particulièrement vrai sur "Our fate". Au début, seul le piano accompagne la voix, ainsi que quelques orchestrations légères. Point de batterie ou de rythme. Puis les orchestrations montent peu à peu et la batterie fait son entrée sur un rythme léger, ballade oblige. Emma finit sur une note poussée impressionnante.

Oxy Hart (Seadem) est invitée à poser sa voix sur "We are", qui débute sur des chœurs façon ERA et continue peu à peu, montant doucement en intensité pour finir de façon assez énergique. Finalement, c'est souvent la même chose dans la façon de composer les titres. Cela commence doucement puis monte peu à peu en puissance.

Les chansons se succèdent. "Other seasons & time", "Embrace", "Whatever happens"... avec toujours la même impression. Les compos sont agréables, mélancoliques à souhaits, avec de bonnes accroches et de bons passages. Plus Heavy. Travaillées... mais finalement on reste sur notre faim.

A noter un "Siempre" chanté en duo masculin/féminin avec un dénommé José Castillo, de la famille d'un ancien Gypsy Kings. Une chanson chantée dans la langue de... heu... de Don Quichotte, toute en mélodie et donnant une couleur différente. Sans rythme batterie, cette compo incrémente également un violon joué par Isabelle Hemant.

On constate au fur et à mesure de l'écoute que les compos du groupe se font plus symphoniques que par le passé, avec dorénavant de belles orchestrations plus présentes et travaillées qu'auparavant, délaissant un peu plus le piano, même si ce dernier n'est pas totalement absent.

Cet album d'EVOLVENT n'est pas désagréable. Il n'est pas non plus transcendant, manquant surement de titres phares ou de hits en puissance. Peut-être cela est-ce dû également au chant d'Emma qui, bien qu'impressionnant dans son interprétation, mériterait un peu de fougue. Un peu plus de hargne voire de parties chantées non lyriques, qui varieraient un peu cette impression de linéarité.

On a néanmoins envie d'encourager la bande, car il y a chez EVOLVENT quelque chose d'envoutant et un potentiel évident, les musiciens n'étant vraiment pas manchots. Reste à concrétiser sur un prochain album, pourquoi pas ?

Pour conclure, ce qui caractérise les chansons du groupe, c'est qu'elles sont délicates et mélodieuses, très largement sombres et mélancoliques. A vous filer le bourdon. Dépressifs, évitez donc de vous plonger dans l'univers de la bande. Nuls doutes qu'EVOLVENT à trouvé son univers, mais il ne faudrait néanmoins pas s'y enfermer et peut-être serait-il plus agréable de varier quelque peu le propos.

Quoi qu'il en soit, si vous avez apprécié les précédentes sorties du groupe, vous apprécierez surement ce "Whatever happens" qui en est la suite logique...

Chronique par Duby
Novembre 2015


01 - Dawn (1:31)
02 - Win or die (3:02)
03 - Hurricane (4:52)
04 - Love doesn't love me (4:09)
05 - Our fate (4:26)
06 - We are (4:38)
07 - Over seasons & time (4:03)
08 - Embrace (4:49)
09 - Whatever happens (5:01)
10 - Siempre (3:36)

Musiciens : Emma Elvaston  (Chant), Clément Botz (Guitare, Chœurs, Clarinette), Sébastien Latour (Claviers, Programmation), Matthieu Gimenez (Basse), Frédéric Artale (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés