Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

RAKEL TRAXX
"Dirty dollz"
2016
(Shotgun Generation)


Discographie

Rakel Traxx (2008)
Bitches palace (2011)
I need you honey (2012)
Dirty dollz (2016)


Après une première démo en 2008 et l'album "Bitches palace" sorti en 2011, les Marseillais de RAKEL TRAXX n'avaient rien édité, si ce n'est cet EP "I need you honey" en 2012, pressé à seulement 100 exemplaires... n'en oubliant pas pour autant les prestations scéniques, qui se sont succédées au fil du temps...

Finalement, c'est le 11 septembre 2016, soit quasiment cinq ans après "Bitches palace" que les RAKEL TRAXX sortent le successeur nommé "Dirty dollz", toujours sur le label Shotgun Generation, décidément très en vogue pour les sorties Glam et Sleaze dans notre pays.

Mais cette sortie ne s'est pas faite sans heurts. Tout d'abord au niveau de la pochette, qui s'est vue changée en dernier ressort. Finie la poupée sexy à la pose suggestive et à l'habillement certes léger mais très Rock, accompagnée de sa bouteille de Jack... ce sont les membres du groupe qui nous sont maintenant présentés sur la pochette finale.

Et en parlant des membres, le line up est inchangé depuis le dernier opus sauf... pour le bassiste, dont RAKEL TRAXX fait un usage immodéré. Après Nikki "Dorcel" Arquette (sur "Biches palace"), se fut au tour de Trickers (sur le EP "I need you honey" et pour ce "Dirty dollz"). Il a ensuite été remplacé par Hakan, qui lui-même a été remplacé par Swylde (du groupe ENGRAVED).

Musicalement, c'est pied au plancher que "Can't you see" démarre. Festif, rythmé, avec des guitares omniprésentes et une mélodie, comme toujours avec RAKEL TRAXX, imparable. Comment ne pas entonner en chœur ce refrain !? Dans le style, nous somme dans du Heavy Glam teinté de 80's, typiquement dans ce que nous proposait Mötley Crüe. D'ailleurs, c'est autant vrai sur le style musical que sur le timbre vocal de Shannon Dollz ou la façon de plaquer les chœurs des autres zicos. Un très bon titre !

Et les refrains marquants, il y en a à la pelle, comme sur "I need your love tonite" plus Rock dans sa rythmique et dans un style un peu plus Sleaze, ou "You'll never stop the game" qui n'est pas non plus sans évoquer les autres français de BLACKRAIN...

Bien sûr, vous retrouverez les "
Oh oh" à reprendre à gorge déployée et inhérents au style, procurant un aspect festif, comme sur le très attrayant et varié "Red n'hot" ou bien évidemment le titre "Hey !!! hey !!!".

La bande sait également proposer d'autres choses, comme sur "Lady got a gun", à la rythmique et au riff plus Heavy presque à la Black Sabbath sur les couplets, avant un refrain encore une fois prégnant, ou un style plus Hard'n roll sur "Love me pretty baby".

Les soli de grattes sont de pures merveilles quelque soient les morceaux ! Toujours affutés, mélodiques et structurés, ils passent comme une rasade de Jack Daniels au fond du gosier ! Zantolo et Squall font du beau travail. Un pur régal !

Le son est excellent et bien meilleur que sur le précédent opus. On distingue parfaitement chaque instrument. Les grattes sont impeccablement nivelées, la batterie puissante, la basse est parfaitement mesurée et on peut en distinguer son jeu, comme sur le mélodique "Cry and die". Encore une mélodie imparable... mais on se répète ! RAKEL TRAXX sont passés maîtres dans la composition et proposent à chaque fois des mélodies prenantes.

Il semble que RAKEL TRAXX devienne plus Glam, Hard-Rock voire Heavy, abandonnant un peu ce côté Sleaze Punk, même si quelques légères redondances se font encore ressentir par-ci par-là.

L'album se termine par la magnifique ballade "Drugs to kill your mind", qui voit l'ajout de quelques légers violons et synthés dans les arrangements, pour venir enjôler la chose musicalement parlant, puisque le thème abordé dans les paroles est moins festif. Ce titre est très typé WASP dans son genre, aussi bien dans les mélodies, le type de chant, les chœurs... bref, on s'y croirait.

Avec cet album "Dirty dollz", RAKEL TRAXX frappe un grand coup pour qui aime le style. La bande à composée l'album parfait, sans temps mort, sans lassitude dans l'écoute, avec des compos excellentes de bout en bout, variées et prenantes. C'est bien simple, aucune n'est en deçà de  l'autre et aucune n'est à jeter ! Si vous êtes fans de Mötley Crüe, Poison, WASP et autres Pretty Boy Floyd, foncez tête baissée...

RAKEL TRAXX sont là pour botter des fions et confirment avec ce "Dirty dollz" tout le bien que l'on voyait en eux avec le précédent "Bitches palace". Ils affinent leurs compositions, qui sont plus harmonisées et plus travaillées. Plus variées aussi. Bref, ils franchissent un échelon évident dans la qualité et proposent ici l'un des meilleurs albums du genre...

Chronique par Duby
Décembre 2016


01 - Can't you see (2:52)
02 - I need your love tonite (4:29)
03 - You'll never stop the game (4:59)
04 - Red n'hot (4:09)
05 - Lady got a gun (4:03)
06 - Love me pretty baby (3:35)
07 - Cry and die (4:05)
08 - Hey !!! Hey !!! (4:04)
09 - I need you honey (4:51)
10 - Drugs to kill your mind (7:13)

Musiciens : Shanon Dollz (Chant), Zantolo (Guitare), Squall (Guitare), Trickers (Basse), Leste (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés