Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

WORSELDER
"Paradigms lost"
2017
(Autoproduction)


Discographie

Where we come from (2011)
MMXIV (2014)
Paradigms lost (2017)


On ne peut pas dire que l'Ariège soit une région aux combos de Metal répandus. C'est pourtant par là-bas et plus précisément dans la ville de Pamiers, que WORSELDER voit le jour en 2007, suite à la fusion des groupes GUNSLINGER et ARCLITE.

WORSELDER sort un EP "Where we come from" contenant 7 titres en 2011, puis après quelques turpitudes et histoire de montrer que le groupe est toujours là, le EP "MMXIV" sort en 2014, avec trois titres au compteur.

C'est en début d'année 2017 que les Ariégeois proposent leur nouvel opus "Paradigms lost", avec cette fois-ci pas moins de dix compositions à se mettre entre les esgourdes !

Nous y retrouvons les trois titres qui figuraient sur le précédent EP "MMXIV" : "The sickening", "Home of the grave" et "The haven" qui ont été réenregistrés et qui sont ici encore plus puissants, avec un son plus percutant, mesuré et professionnel !

L'occasion de souligner le travail de Bruno Varéa (Upload Studio), qui s'est chargé du mixage et du mastering. Le Monsieur est connu pour avoir travaillé notamment avec Dagoba.

Musicalement, on retrouve ce mélange si particulier que WORSELDER maitrise à merveille, avec une base Thrash et des paragraphes Heavy Metal, voire Metal Mélodique (Couplet de "Paradigms lost"), ou quelques légères redondances Progs. Tout cela toujours dans l'énergie et la puissance.

Mais WORSELDER, ce n'est pas uniquement le mélange des genres mais aussi un voyage dans le temps. Le groupe pioche en effet ses influences dans le Thrash des 90, mais également des 80's. Idem pour le Heavy Metal, puisant dans les 80's et 90's, tout en y apportant une consonance moderne et actuelle ("Idols"). Une sorte de retour vers le futur en quelque sorte.

Les morceaux enchainent les différentes parties, toujours travaillées et structurées. Cela procure une grande variété jamais ennuyeuse, mais toujours avec cohérence dans le mélange des genres. Ainsi le plutôt Heavy "Seeds of rebellion" à légère tendance Prog, laisse sa place  au Heavy-Thrash "Idols" au chant plus écorché auquel succède l'entrainant et plus mélodique "The sickening"...

La voix est en majorité claire et énergique, dans la lignée d'un James Hetfield (Metallica), mais plus variée également et bien plus maitrisée, avec des incartades mélodiques Heavy, ou superbement aigües et Heavy Metal ("Severed"), et en de rares occasions une hargne gueulée Hardcore.

"My consuming grief" mélange tout cela. Ce morceau est le parfait exemple pour découvrir la bête, avec, qui plus est, un refrain swinguant véritablement prenant. "Land of plenty", qui clôture la galette, est également une belle pièce démarrant dans l'émotion évoquant à la fois Metallica et Savatage, puis continuant dans une énergie Heavy...

Les guitares sont flamboyantes (solo de "Infighting", riff de "Severed"...) et accrocheuses, assises par une rythmique qui assure implacablement le boulot.

Pour faire simple, WORSELDER possède la pulpe d'un Coroner, Metallica, Pantera, Megadeth, Gojira, Testament... tout en y apportant son propre jus et un côté moderne et Heavy savoureux.

WORSELDER confirme avec ce "Paradigms lost" tout le potentiel que l'on entrevoyait en lui, avec cependant un chant plus maitrisé et un aspect Heavy plus appuyé... ce qui n'est pas pour me déplaire d'ailleurs...

Bref, les Ariégeois ont ici franchis un cap et monté un échelon. Reste au public à les soutenir, ce qui j'espère sera fait, car la bande mérite amplement ce soutien...

Chronique par Duby
Avril 2017


01 - Infighting (6:43)
02 - Paradigms lost (5:39)
03 - Seeds of rebellion (4:06)
04 - Idols (4:43)
05 - The sickening (5:00)
06 - Severed (5:24)
07 - My consuming grief (5:15)
08 - Home of the grave (5:09)
09 - The haven (4:27)
10 - Land of plenty (7:26)

Musiciens : Guillaume "Glen" (Chant), Yoric (Guitare), James (Guitare), Yannick (Basse), Mitch (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés