Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

Z FAMILY
"Chapter II : Origin"
2017
(M&O Music)


Discographie

Chapter I : Born from noise (MCD 2016)
Chapter II : Origin
(MCD 2017)


Z FAMILY est un groupe marseillais créé en 2015 par Yves Terzibachian dit "Z". Tenant en parallèle le rôle de Lead Guitar au sein de DAGOBA depuis 2012, il s’offre ainsi une récré musicale dans un univers différent. Le groupe est une réunion de potes, bâtie autour du guitariste Z.

Un premier EP est enregistré avec des musiciens de session fin 2015, et disponible l’année suivante. Il se veut un hommage au Stoner, car n’oublions pas que Z était à l’origine du groupe THE COYOTES DESSERT, qui œuvrait dans ce style, et avec qui il a réalisé les albums "Welcome" (2011) et "The wedding" (2014), mais pas que ! A préciser que le batteur Benjamin Surrel avec qui il jouait dans ce groupe, est venu participer à l'enregistrement. Ainsi tout au long des cinq titres proposés, il y apporte une bonne dose de MetalCore, en passant par le Rap-Metal "Motel one", et même le Hard FM. A noter un titre hispanique "Siete vidas" avec l’apport non négligeable de Shawter au chant (DAGOBA) pour un savant mélange auditif à la saveur MetalCore/Stoner.

Ce qui ne fut à l’origine qu’une récréation devient un groupe à part entière après l’éviction de DAGOBA en Mai 2016 de Z, ainsi que du batteur Eddy Costanza. Z FAMILY se consolide autour du guitariste avec Pedro Killmister (Chant), Mathieu Dupuis (Guitares), Loïc Bertrand (Basse) et Benjamin Surrel (Batterie). Après la phase de composition, Z s’occupant de la musique et Pedro de l’écriture des textes, le groupe investit le "
Puls Production Studio" et enregistre six nouvelles chansons plus une intro. La production est signée Nicolas Guenard, alors que pour peaufiner le son particulier des marseillais, il est fait appel à Fred Duquesne, que l’on ne présente plus, pour le mixage réalisé à Paris.

Le résultat se présente sous la forme d’un EP en simple digipack, sans livret. L’artwork de la pochette est l’œuvre de Julien Delaye. Elle représente le "pacte" entre le Bien et le Mal, visible ici par cette solide poignée de mains entre un représentant de l’église et le diable (main rouge aux griffes acérées). L’objet se nomme "Chapter II : Origin" et est distribué par M&O Music à partir du 21 septembre 2017. Notons aussi la mention "
In Loving Memory of Mika Adiennian 06.03.1982-23.07.2016 MUSIC IS A DRUG", inscrite à l’intérieur du digipack, avant de découvrir l’univers musical de ce nouvel enregistrement, qui se veut "le fruit d’une attente fébrile de 15 ans".

Petite intro calme toute en arpèges acoustiques pour "Late night sorrow", portée par la voix chaude de Pedro alors que la musique monte crescendo en puissance. Le son rend parfaitement hommage à la musique des marseillais, dont les influences ont des consonances de la scène Metal américaines des années 90. On pense tour à tour à NICKELBACK, STONE SOUR, PAPA ROACH, MACHINE HEAD, KORN ou autre ALICE IN CHAIN. Cette entrée en matière prend tout son impact avec l’apport des guitares saturées. La référence Néo Metal est flagrante, surtout sur les passages en chant clair. Le tout à un côté moderne bonifié par un son puissant. La rythmique fait le boulot, alors que les deux guitares emplissent l’espace de mélodies. La musique de Z FAMILY alterne passages calmes avec des moments de réelle fureur. Les chœurs apportent un gain non négligeable à l’ensemble. Après un nouveau passage calme, le morceau se termine dans une ambiance catchy, où la rythmique se la joue rouleau compresseur et la voix attaquant le growl de circonstance.

"Inkeed and electric" monte en puissance après une intro légèrement indus. A noter le gros travail effectué sur les voix avec toujours cette alternance de rage et de calme. Pedro joue sur les nuances et s’en sort avec brio, mis en valeur par des chœurs savamment dispensés. Ce second titre s’avère plus mélodique, sans toutefois oublier un passage bien lourd avec growl obligé, pour relancer le côté mélodieux de l’ensemble. Des samples aux ambiances ténébreuses viennent achever cette deuxième offrande.

Ambiances qui ne retombent pas avec ces chœurs féminins qui ouvrent "Fragment", avant l’apparition de riffs bien lourds. La rythmique en garde le tempo et envoi la sauce. Benjamin qui ne ménage pas ses fûts, est secondé par un Loïc impérial. L’influence KORN est omniprésente sur ce titre, l’alternance voix claire/voix hurlée y étant pour beaucoup. Le morceau est riche en ruptures rythmiques et riffs saccadés, accentuant des parties plus méchantes. Le refrain est superbe, avec un côté planant, nous laissant glisser sur les vagues qui se font entendre en fin de morceaux pour s’inclure sans temps mort sur "Origin", qui démarre tout en douceur, alors que l’eau vient mourir sur le sable. Nous nous retrouvons face à un doux interlude musical où les guitares sont maître ! On ferme les yeux et on s’imagine sur cette plage, l’eau baignant nos pieds et les embruns venus de la mer inondant notre visage.

Mais attention, nos marseillais ne comptent nullement nous endormir ! Dès l’intro de "Animal", on sent une fébrilité grandissante, ouvrant sur un passage lourd et puissant. Saluons le superbe travail groovy de la basse, accentué par des samples savamment placés, apportant une ambiance supplémentaire au morceau. La voix se veut mélodique, jusqu’au refrain plus rentre dedans. Nouvelles alternances de circonstance... le Bien et le Mal... passage mélodique et passage furieux. Notons ici les superbes soli que nous propose Z avec sa six cordes, avant un passage de réelle bestialité. Le travail de la rythmique est plutôt efficace, faisant beaucoup plus que son rôle de support musical, apportant de réelles nuances sonores à cet "Animal" de bon aloi, un gain auditif certain.

"Big gun player" a un côté plus Rock. Couplé à celui plus stoner, le morceau se veut entraînant. Le refrain est efficace, les parties mélodiques omniprésentes, les soli de guitares menés de mains de maîtres. Petit clin d’œil à GUNS N’ROSES, lorsque Pedro crie dans les aigües et relançant la musique vers de nouveaux soli endiablés. Du très bon travail !

Z FAMILY conclut tout en douceur avec la ballade "Whisky river", elle aussi des plus réussies. Pedro est impressionnant. Ce chanteur peut décidemment puiser dans beaucoup de registres. Il œuvre ici dans un timbre plutôt grave, contrastant avec ceux plus aigus des chœurs, pour un côté des plus mélodieux. Le côté Bluesy donne un aspect sudiste à cette chanson. On plonge dans l’univers des Bayous, un verre de Jack à la main. Je retrouve ici un groupe, le timbre de la voix y étant pour beaucoup, comme CREED dans ce même registre.

Avec ce "Chapter II : Origin", Z FAMILY enfonce le clou, proposant un gain de fraîcheur pour une musique puisée dans les années 90, et à laquelle il apporte une modernité et une diversité savamment orchestrées. Les marseillais affirment leur style, y apportant une multitude de nuances, un kaléidoscope Metal Rock Stoner aux multiples portes qui amènent l’auditeur où ils veulent. Dans l’attente d’un nouveau chapitre, surveillez la programmation des clubs et petites salles, car le groupe compte jouer un maximum. Il va falloir désormais compter avec cette dernière lettre de l’alphabet car soyons certains qu’après son acquisition, ce "Chapter II : Origin" de Z FAMILY prendra une place importante dans votre discothèque !

Chronique par Dom Baillon
Avril 2018


01 - Late night sorrow (5:10)
02 - Inked and electric (5:08)
03 - Fragment (4:05)
04 - Origin (3:15)
05 - Animal (4:18)
06 - Big gun player (3:40)
07 - Whisky river (4:28)

Musiciens : Pedro Killmister (Chant), Yves "Z" Terzibachian (Guitares solo), Mathieu Dupuis (Guitares), Loïc Bertrand ( Basse) , Benjamin Surrel ( Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés