Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

ZOE
"Raise the veil"
2014
(LX/Brennus)


Discographie

Make it burning (2006)
Dirty little sister (2010)
Raise the veil (2014)


Calais a toujours la particularité de nous faire découvrir des groupes de Hard/Métal originaux avec leur propre son et un style bien à eux. Je pense notamment à Hanky Panky, Gasoline... C'est d'ailleurs au split de ces derniers en 1997 que remonte l'origine de ZOE.

En effet, Aldo (chanteur/guitariste), Fred (guitariste) et Jean-Luc (batteur) décident de continuer la musique. Ils embauchent Guillaume à la basse. Compositions, démo, concerts... se succèdent. Suivis d'une multitude de changement de line-up : l'arrivée d'un percussionniste (Max) et d'un autre chanteur (Xavier), ex-Dee N-Dee... les départs de Guillaume, de Max et enfin celui de Xavier.

De nouveau sous la forme d'un trio, grosse séance de brainstorming. Aldo cède alors sa place de frontman à Fred et Sébastien devient le nouveau bassiste. Evoluant dans un style Rock résolument inspiré par les seventies au nom des MC5, Stooges ou encore Hendrix... à fort renfort de Wha-Wha, Fuzz...

La mixture fonctionne vis-à-vis de la presse et du public. En 1999, un EP (5 titres) est enregistré, lui aussi plutôt bien accueilli... Parallèlement, Aldo montera un side-project stoner, plutôt éphémère, mais qui apportera une évolution au son de ZOE, notamment avec l'arrivée d'Eric au poste de bassiste pour remplacer Seb.

Un trois titres est enregistré avant qu'en avril 2005, ils entrent au studio MDB (Villeneuve d'Ascq) avec Laurent (No Flag) et Mathias (Unswabbed) pour accoucher du premier album "Make it burning" qui ne verra le jour qu'un an plus tard sur Brennus Music. Entre temps, Jean-Luc quitte le navire. Il est remplacé par Vince.

La machine est lancée sous le signe du 4 ! En effet, quatre ans sépare "Make it burning" et "Dirty little sister". Les concerts s'enchaînent, et l'occasion de croiser les guitares avec Sepultura, Nashville Pussy, Lofofora, Bukowski...

Quatre encore comme les quatre musiciens qui composent aujourd'hui ZOE : Fred (Chant, Guitares), Aldo (Guitares), Mike (Basse) et Holy (Batterie).

Quatre longues années encore avant de nous présenter le petit dernier né "Raise the veil". Les Calaisiens ont comme pour le précédent opus fait appel à Olivier T'Servrancx (Electric Box) pour produire et enregistrer ce nouveau méfait, tandis que le mastering a été confié à Göran Finnberg (Messugah, In Flames...).

Le digipack de ZOE "Raise the veil" sort en septembre 2014 sous le label LX/Brennus Music, mis en valeur par un artwork signé Dominique Perrin & Norbert Ségard. Un dessin qui me fait penser à un "Arsène Lupin" version squelette, la mort version classe ! Nous émettrons nos réserves concernant l'utilité d'un feuillet se dépliant en quatre montrant un visage "psychédélique", dont la vision des quatre musiciens surgissent de la bouche... à la place d'un livret contenant les paroles de cet album qui aurait été plus salvateur. Levons donc le voile sur le contenu musical de ce nouvel opus.

Petite intro plutôt sympathique "Kellar's song" est idéale pour introduire "Don't hold my gaze". Et d'entrée ça pulse ! La production met d'ailleurs en valeur le Heavy Stoner du quatuor. Les riffs et la voix de Fred sont bien "gras" sur une rythmique plutôt groove. ZOE a le sens inné de la mélodie avec des titres qui claquent, entre la lourdeur d'un Queens of the stone age et l'urgence d'un Rose Tattoo. Les Calaisiens dévastent tout en nous proposant dix brûlots des plus jouissifs. "Slam dance union" est rehaussé par l'apport d'un premier guest en la personne de Sam Dufoor (Drums & guns) dont le timbre de voix se marie parfaitement avec la rugosité de celui de Fred. On varie le tempo pour un maximum d'accroche ! Un refrain fédérateur et un auditeur aux anges !

On enfonce le clou avec le nerveux "Dusty truck". Une véritable torture pour la nuque. Headbanging garanti ! Les chœurs sont utilisés à bon escient, donnant une couleur punkisante à l'ensemble. Les guitares sont monstrueuses, assénant quelques soli savamment distillés entre des riffs bien tranchants.

Le tempo se veut plus lent et plus lourd sur "Astral projection", laissant des passages ou seul la batterie accompagne la voix de Fred qui se fait enjôleuse avant d'éclater de fureur sur le refrain, épaulée par des guitares agressives. On n'en est qu'au quatrième morceau, mais on peut dire que l'on prend son pied. Ce rock bien gras m'évoque à la fois la rugosité et la chaleur des déserts australiens et les grandes étendues de l'ouest américain, le tout arrosé d'une bonne dose de Jack !

"Raise the veil" accueille un nouveau guest en la personne de Vincent Hernault (Lofofora, le Bal des enragés) à la batterie. Un morceau ou le tempo est enlevé et les guitares toujours aussi incisives. Avec "Roller coaster blues" ça fuzz à mort ! Bizarrement, cela me fait penser à du Soundgarden des meilleurs jours. Un passage plus calme, au tempo plus lent à 3 minutes trente et un solo de toute beauté, avant que la batterie ne s'emballe de nouveau, rehaussée par des riffs bien gras. Du grand art pour notre seul plaisir !

Ca continue à bastonner à mort avec "The wolf". Très belle chanson et un grand refrain qui nous donne envie de reprendre en chœur (NDR : c'est là que l'on s'aperçoit que les paroles nous manquent sur un vrai livret !). Les guitares continuent à distiller leur fuzz d'enfer sur une rythmique marteau pilon.

"Workie of the despair" comporte encore un refrain fédérateur, renforcé ici par Carl Langlet (Dee n Dee) venu donner de la voix pour ses potes de ZOE. Le passage où les riffs de guitares "se répondent" (écoutez-le au casque, tantôt à droite, tantôt à gauche) à partir de deux minutes cinq est de toute beauté, mais surtout très efficace ! La batterie joue plus que son rôle de métronome. Il faut croire que Vincent Hernault se sent bien en compagnie de nos calaisiens, car il est de retour sur ce morceau. "Eternal boy" détonne un peu avec son côté psycho-billy punkisant. La voix bien grave de Jeff Spector (Spermicide) n'y est pas étrangère ! Un morceau plus calme sur lequel la guitare se la joue semi acoustique...

Les hostilités s'achèvent sur un "Time is not on my side" parfaitement à sa place et très prenant. On se surprend à chanter "Time is..." avec Fred, une petite accélération et de nouveaux soli dévastateurs ! L'album se clôt déjà en un peu moins de quarante minutes, nous laissant avec une seule envie : ré-appuyer sur play !

ZOE allie tout au long de ces dix chansons la puissance d'un Rock Stoner bien crasseux aux relents sudistes à la beauté de superbes mélodies. C'est totalement grisant. Nos quatre nordistes, même s'ils n'inventent rien au style, ont su au fil du temps apporter leur son et leur soif de communiquer leur passion pour cette musique qui leur est chère. Amateurs de Metal bien gras aux mélodies et refrains accrocheurs, de Hard australien, de Stoner teinté de sudiste... et bien plus encore... ZOE est fait pour vous !!! En tout cas ce "Raise the veil" est une réussite que je ne saurais trop vous conseiller !!!

Chronique par Dom Baillon
Février 2015


01 - Kellar's song (0:55)
02 - Don't hold my gaze (4:25)
03 - Slam dance union (4:10)
04 - Dusty truck (3:20)
05 - Astral projection (4:40)
06 - Raise the veil (3:36)
07 - Roller coaster Blues (5:30)
08 - The wolf (3:35)
09 - Workie of the despair (4:30)
10 - Eternal boy (2:50)
11 - Time is not on my side (4:35)

Musiciens : Fred (Chant, Guitare), Aldo (Guitare), Mike (Basse), Holy (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés