Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

BASTARD WIZARD

 

BIOGRAPHIE


Le groupe voit le jour à Nice en début d'année 1977. Créé à l’origine par Philippe Mazo (Guitare), ce groupe prend ses marques sous forme de trio, avec en sus Pierre Godino (Chant/Basse) et Michel Fasano (Batterie). Dans un premier temps, la bande répète dans une cave rue Torrini, au centre de Nice.

Puis la structure devient plus importante, avec un matériel plus conséquent et un quatrième membre qui rejoint le groupe à la guitare solo : Georges Bouana. La bande déménage alors sur les hauteurs de la ville pour répéter dans de meilleures conditions dans un ancien Night-Club appelé "Ibis Club".

Alors encore nommé ALFRED LITTLE BEAST, le groupe change de nom pour se nommer THE BASTARD WIZARD. Les premiers concerts ont lieu avec le line-up suivant : Pierre "Godin" Godino (Chant/Basse), Philippe Mazo (Guitare rythmique), Georges Bouana (Guitare solo) et Michel Fasano (Batterie).

La télévision régionale s'intéresse au groupe, qui est invité et interviewé en 1978 sur FR3 Côte-d'Azur (par Chantal Lauby, qui fera bien plus tard partie des NULS sur Canal+).

Marcel Verdurmenn intègre alors le groupe à la basse, permettant ainsi à Pierre Godino de pleinement s'exprimer au chant. Par la suite, en fin d'année 1978, le batteur Michel Fasano est remplacé par Jack Anoufa derrière les fûts.

Le groupe est donc composé de Pierre "Godin" Godino (Chant), Philippe Mazo (Guitare rythmique), Georges Bouana (Guitare solo), Marcel Verdurmenn (Basse) et Jack Anoufa (Batterie). Il restera composé de ces cinq musiciens jusqu'à sa fin et se constituera un répertoire d'une vingtaine de compositions originales dont les structures sont cousues par Philippe Mazo.

Au cour de son aventure, BASTARD WIZARD participera à de nombreux festivals et tremplins, sillonnant les facultés, les MJC, les Night-Clubs de Nice et particulièrement le "Monseigneur" sur la célèbre promenade des anglais.

En 1979, un certain Donny Brooklyn repère le groupe et décide d'embaucher les musiciens pour son propre album perso.

De ce fait, BASTARD WIZARD profite de l'opportunité et entre au studio "Vigilant" de Nice aux frais de ce curieux mécène, avec un marché : enregistrer 3 titres pour Donny et 5 titres pour BASTARD WIZARD.

L'enregistrement effectué, Donny repart en Allemagne avec ses propres bandes, et les Niçois restent sur place avec les leurs.

Malheureusement, le groupe est victime d'un cambriolage durant lequel les bandes originales, qui étaient sur un gros FOSTEX sont perdues. Les membres du groupe sont terriblement minés et le moral en prend un coup, d'autant que dans le même temps, ils se font voler leur table de mixage devant le Night-Club "Le Monseigneur".

BASTARD WIZARD et sa mascotte placardé en fond de scène ainsi que sur ses affiches, continue malgré tout à se produire un peu partout à une cadence régulière au coté de nombreux groupes locaux de l’époque, tels RECIDIVE, ABJECT, KAROLINE...

Contrairement à d’autres groupes de Hard-Rock d'alors, BASTARD WIZARD, qui pense plus à sa musique qu’à cultiver son look vestimentaire, présente des compositions de plus en plus élaborées et agressives.

Ce qui n’empêche pas les rumeurs sulfureuses à son propos... dont ses groupies son souvent à l’origine !

En 1980, le groupe a désormais SON public et son QG, qui n’est autre que le célèbre Night-Club "Le Monseigneur" de la promenade des anglais ou il se produira régulièrement jusqu'à sa séparation... qui a lieu entre fin 1980 et début 1981.

Il n’y a étrangement aucune explication plausible quant aux raisons de la dissolution du groupe. Peut-être le fait désespérant et frustrant de ne pas avoir eu l’opportunité de sortir d' album ? Ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas eu de clash entre eux.

De l’aventure BASTARD WIZARD ne subsiste de concret que seulement deux ou trois bandes plutôt mal enregistrées (mais heureusement restaurées au mieux), quelques photos du groupe prises à la sauvette et un livre autobiographique écrit par Philippe Mazo. Ce livre, chargé d’anecdotes et de souvenirs inoubliables est édité à 50 exemplaires et distribué par l'auteur lui-même en Juin 2003.

QUE SONT-ILS DEVENUS ?

Marcel Verdurmenn (Basse) rejoindra le groupe KAROLINE en 1984, avant de pratiquement cesser toute activité musicale.

Georges Bouana (Guitare) montera un trio éphémère avec René Grilli (ex-sonorisateur de BASTARD WIZARD) et  le bassiste Jeff Sauter.

Pierre Godino (Chant) stoppera la musique. Bien des années plus tard, il fera quelques boeufs et compos pour le fun avec notamment Michel Fasano (premier batteur).

Jack Anoufa (Batterie) continuera à jouer dans quelques formations sans jamais arrêter la batterie.

Philippe Mazo (Guitare) arrêtera totalement la musique pendant une dizaine d’années avant de composer dans les années 90 deux albums solos comptant une douzaine de titres conçus en home-studio. En 2004, il se replonge à nouveau dans les compos et forme le groupe THE STRING SUCKERS avec lequel il sortira un CD de 13 titres (avec notamment une reprise de "Box you" de SHAKIN' STREET). Ce groupe ne jouera qu’une seule fois en public à l’occasion de la fête de la musique en 2006.


DISCOGRAPHIE

Demo CD
2012

Poor girls (live) (3’32)
Minus (4’55)
Quand dans un concert un soir (4’45)
Star bidon (4’45)
A la fontaine des malheurs (4’55)
Warmy day (2’44)
Line up : ---
Critique à venir... Vous êtes prêt à faire cette critique ? Écrivez au site

Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés