Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

INTERVIEWS

 

Voici une interview de Marcel Ximenes, guitariste et depuis le dernier album "Tranches de vie", également chanteur du groupe ROZZ.

Après un "Tranches de vie" pas vraiment bien accueilli en France et une tournée historique en Chine, il nous en dit un peu plus sur ROZZ et l'association PROMOROCK.

Interview réalisée en Août 2014 par Duby et Lolo36.



- On va revenir un peu sur l'histoire de ROZZ. Peux-tu nous en expliquer la genèse ?

Clairement, ce qui a conduit à la création de ROZZ, c'est l'idée commune et précise que nous avions, Jean-Pierre Mauro et moi, de ce que nous avions envie de faire tant au niveau style musical qu'au niveau scène. Nous nous ennuyions dans la formation qui nous avait réunis quelques mois en 83 et en sommes partis pour construire ce groupe dont nous rêvions. Quelques annonces après, début 84 le groupe était formé et nous étions sur les planches pour un premier concert à peine 3 semaines après avec un vrai show construit, de grosses lumières et une dizaine de titres dont certains sonnent encore dans les concerts actuels de ROZZ.


- Pourquoi et comment avoir choisi le nom de ROZZ ? Que cela signifie-t-il ?
Alors là, on fait toujours un bide quand on répond à cette question car on a dû trouver dans l'urgence un nom qui sonne. Moi, je crois me souvenir avoir proposé "ROSE" pour le côté mélodique mais avec des "Z" pour que ça fasse plus "hargneux". JP, pense quant à lui qu'on avait pris ça à Gaston Lagaffe, le personnage de BD, qui fait "ROZZZZZZZ !!!" quand il ronfle... on sait plus trop. Une chose demeure, c'est qu'on aime ce groupe et son nom d'où qu'il vienne !

- Le groupe à sorti un LP sur le label "Devil's Records" en 1986. Ca devait être un sacré truc et une belle fierté à l'époque !?
Oh que oui ! Personne aujourd'hui ne peut s'imaginer ce que c'était dans les années 80, que de signer sur un vrai label à Paris, pour enregistrer dans un vrai grand studio à Bruxelles. A l'époque, pas de disque sans maison de disque, pas de home studio pour enregistrer à moindre frais, pas de numérique etc ...
Tous les groupes rêvaient déjà d'enregistrer une vague maquette sur cassette audio dans un studio 8 pistes ou 16 quand on cassait la tirelire.
Nous en avons de suite réalisé 2 : la première K7 3 titres ("Cauchemar", "la Chose" et "Stress") dès l'année de formation en 1984 en 8 pistes, et la deuxième K7 ("Possession", "Défonce", Ku Klux Klan" et "Les légions du démon") en 1985, ces 2 démos, d'ailleurs déjà bien vendues pour des supports K7 audio dupliqués quasi artisanalement, nous ont permis de signer donc avec "Devil's Records" (de mémoire, et sauf erreur, Killers, Vulcain, Attentat Rock, Sortilège et ... ROZZ entre autres).
Ce disque a donné encore un coup de boost au groupe avec des premières parties de renom dont notamment les américains de "Blue Oyster Cult" et les anglais de "Tokyo Blade" (nous avions déjà ouvert pour ces derniers), et une super tournée d'un mois et demi et des concerts à jamais inoubliables.

- Pourquoi le groupe s'est-il séparé en Juin 1987 ?

Pour de mauvaises raisons, indépendantes de la volonté de Jean-Pierre et de la mienne, des raisons extérieures au groupe. Rien à voir avec ROZZ. J'étais subitement pour raisons familiales projeté très loin géographiquement. Un deuxième album était prêt. Des projets à la pelle...
On ne s'en ai jamais remis Jean-Pierre et moi, chacun de son côté et sans le savoir pendant des années, car nous aurions peut-être pu avoir l'opportunité de remonter ROZZ bien avant la date à laquelle cela a été fait.


- Justement, le groupe s'est reformé en 2007. Est-ce que ça a été compliqué ?
Non. dès que nous avons été de nouveau en contact grâce à internet, nous n'avons quasiment parlé que de ça. Ce qui s'est avéré extrêmement difficile, c'est de trouver des compères musicalement "en phase" avec nous deux. Beaucoup de candidats, séduits pas l'ancienne notoriété de ROZZ dont la reformation refaisait parler mais avec lesquels nous ne nous entendions pas soit humainement, soit musicalement, soit au niveau des cadences et de l'organisation du travail, et surtout de l'investissement dans le projet. Nous avons donc connu des line up extrêmement séduisants et soudés, d'autres performants mais difficiles à vivre et quelques éléments catastrophiques par manque de boulot. Cela a permis de nous tricoter une bonne réputation de dragons asociaux incapables de garder des musiciens, mais la plupart des très bons éléments passés par ROZZ sont pourtant restés nos potes et c'est l'essentiel.
Un mot aussi de mes petits copains du line up actuel, en espérant comme chaque fois, être ensemble pour longtemps :
- Axel Dordain à la Guitare, est "l'ancien" de ROZZ après moi, puisqu'il est maintenant depuis 2 ans et demi au sein du groupe. Un paquet de scènes de toutes dimensions, de grosses premières parties en concerts et festivals et un album à son actif au sein de ROZZ.
- Jérôme Mateos à la Basse, bien connu de quiconque s'intéresse de près à cet instrument au niveau professionnel, et qui est avec ROZZ depuis février 2014 mais s'est vraiment fondu dans le groupe, que ce soit musicalement comme dans le fonctionnement et l'état d'esprit. Il est l'auteur d'une méthode de basse qui verra le jour à l'automne et devrait comprendre pas mal de parties basse de chansons de ROZZ.
- Romaric Gasne à la Batterie, qui a eu le mérite énorme d'assurer 15 jours après son arrivée au sein du groupe, un premier concert à Lyon (où nous jouions avec nos potes (oui oui, on en a !) de Fortunato et de Messaline) puis la tournée en Chine dans la foulée.

- J'imagine qu'entre les années 80 et actuellement, pas mal de choses ont changé, notamment au niveau de la technique ?
Au niveau technique de jeu et des divers instruments, l'évolution essentielle dans les styles que nous abordons est l'emploi massif de la double pédale de grosse caisse, un peu excessivement et systématiquement à mon goût, mais tous les (bons) batteurs ont suivi cette progression et par ailleurs au niveau de l'écriture, il n'y a pas de problème supplémentaire. On trouve plus souvent des bassistes à 5 voire 6 cordes mais même chose pour les bassistes, ils se sont adaptés ou ont été formés en conséquence. Enfin à la guitare, nous n'utilisons pas spécialement de guitare 7 cordes mais la technique ne change pas. Les musiciens de ROZZ ont largement un niveau requis pour utiliser pleinement ces "nouveautés" et aménagements.
Au niveau son, quelques repères à trouver par rapport à l'emploi massif de la réverb et de certaines "recettes" 80's, mais en travaillant et en écoutant ce qui se fait, je m'y adapte autant que besoin quand je compose. N'oublions pas enfin que les musiciens de ROZZ sont bien plus jeunes que moi et ne connaissent pratiquement que les sons et usages actuels, d'où une plus grand facilité pour corriger ensemble ce qui devrait l'être dans mes arrangements.
Quelques techniques de jeu, et modes dans la façon d'aborder la construction des solos m'ont donné un peu de travail lorsque je décide d'utiliser ce que j'aime en elles (sweeping notamment), mais comme on ne considère pas chaque instrument comme un sport et chaque chanson comme une performance, ça reste anecdotique dans les changements que ça a amené dans la musique de ROZZ.
La dernière des évolutions techniques se passe en studio et sur internet. Nous travaillons beaucoup à distance les uns des autres et en studio, pour qui a connu les enregistrements à bandes et le tout analogique, le numérique et les logiciels modernes sont un véritable plaisir quand on les allie aux bonnes vieilles bécanes qui n'ont pas encore leur équivalent. Nous avons la chance de posséder notre propre studio, bien équipé, et ça aide encore davantage dans notre travail.

- Quel est l'album dont tu es le plus fier ?
Demande à une mère quel est son enfant préféré ! :oD
Sérieusement, je préfère ça et là quelques chansons, parfois pas forcément les plus connues ou jouées, mais qui pour la plupart figureront sur le "best of" en cours. Les 2 albums qui ont eu le plus de succès sont incontestablement le premier "Une Autre Vie" (1986) et sa réédition (2011), et d'autre part "D'un siècle à l'autre" (2010), si on excepte le DVD "ROZZ live 2010", épuisé pour la seconde fois et que nous devons re-presser. Ces 2 albums recèlent les 2/3 des chansons que nous jouons la plupart du temps sur scène.
Ce qui est important, c'est qu'à un titre voire deux près, mes chansons préférées soient les mêmes que celles des autres membres du groupe et ça, c'est top car on s'éclate ensemble et sur les mêmes chansons !

- J'imagine que vous avez beaucoup de souvenir. Quel est celui qui t'a le plus marqué ?
Sans hésiter ce que nous venons de vivre en Chine. Tout, la préparation, l'excitation mêlée parfois d'angoisse, les voyages, la connivence qui s'est installée et renforcée au fil des jours entre nous, bien au delà de ce qui existe ailleurs qu'en tournée, le boulot extraordinaire abattu avant et pendant par Michel notre manager et Jasmine notre agent et leurs permanentes disponibilité et bonne humeur : pas un écueil, pas une difficulté mais au contraire du velours en permanence, notre équipe chinoise et bien sûr le ressenti phénoménal pour chacun d'entre nous lors de chaque concert et parmi tout ça, le festival de Shunde dans un décor fabuleux, grandiose et sur une scène de fou encadrée d'écrans géants ... ça marque !
En dehors de ça, bien sûr énormément de souvenirs fabuleux ont marqué l'histoire de ROZZ, à commencer par l'ambiance folle et le succès dans une petite salle lilloise de notre concert de reformation, pourtant au mois d'août. Autant de monde dehors que dedans parce que plus de places disponibles et des gens qui chantaient nos vieilles chansons avec Jean-Pierre... ça remue les tripes.


- Le dernier album "Tranches de vie" à été mal accueilli en grande partie à cause du chant que tu as repris au pied-levé et a priori dans l'urgence. Que s'est-il passé ?
Oui. A cause du chant et à cause d'une production d'un niveau très au dessous de ce que nous avons l'habitude de proposer.
Le chant, tout d'abord : après le départ pour raisons familiales de Jean-Pierre (qui reste mon grand ami contrairement à ce que j'ai pu lire ça et là), il y a eu beaucoup de flottements : départs de musiciens qui doutaient de la suite sans JP, concerts annulés, auditions en pagaille et mouvements de troupes divers pendant une bonne année. Un line up à peu près efficace mais au chanteur extrêmement décrié car très différent de Jean-Pierre au niveau vocal (certains n'ont toujours pas compris encore aujourd'hui que JP a définitivement tiré un trait sur son activité musicale et qu'il s'en trouve très bien ainsi et sa famille aussi). Des tensions naissent de ces critiques constamment renouvelées et qui ébranleraient n'importe qui, y compris... tout le monde au sein du ROZZ de fin 2012. L'album "Tranches de vie" est en chantier, les titres choisis, les maquettes faites voire déjà quelques pistes enregistrées et 3 membres s'en vont : le chanteur, le batteur et le bassiste (avis aux teigneux : non, nous ne nous haïssons pas et après une période de flou compréhensible dans nos relations nous nous revoyons avec grand plaisir et ils étaient d'ailleurs tous trois présents au festival ROZZ'n friends en avril dernier). Que faire avec un disque à sortir, une promo entamée, des morceaux prêts même si les tonalités ne me conviennent pas et que je ne suis pas un "vrai" chanteur ? Laisser mourir ROZZ ou continuer ? Après avis d'Axel, seul "rescapé" encore à mes côtés, et après des auditions de chanteurs encore moins enthousiasmants que moi (si si ! ;o) ), je me jette à l'eau à contrecœur et nous sommes rejoints pour cet album par mes deux grands amis Stef Moulin à la batterie (longtemps membre de ROZZ) et Markus Fortunato à la basse. Pressés par le peu de temps avant les dates prévues pour le mastering puis le pressage, la promo et la sortie, juste quelques prises seront consacrées au chant dont certaines même en cours de mixage... une aberration pour un chanteur novice. S'en suit un résultat qui malgré tout ne nous fait pas détester cet album qui, malgré bien des soucis encore lors de la chaîne mastering-pressage (les canadiens du premier et les allemands du second ont mal communiqué et empiré le résultat). Nous continuons à en apprécier les chansons, même si nous regrettons de n'avoir pu les mettre en valeur.

- Pour la suite du groupe, envisagez-vous d'embaucher un nouveau chanteur ou continueras-tu à tenir le micro ?
Question épineuse. Qui sait ? Il y a encore peu, je t'aurais dit sans hésiter qu'il nous faut absolument un nouveau chanteur. Je pense qu'on aurait pris quiconque avait de l'expérience et de la technique dans ce domaine. Et puis, j'ai bossé, je bosse encore là dessus et déjà avant qu'on parte en Chine, les autres membres du groupe ont commencé à me convaincre que je faisais l'affaire et que le quatuor était efficace. Ce n'est évidemment pas cette tournée chinoise qui me tirera dans un autre sens puisque non seulement ça s'est extrêmement bien passé mais que, de plus, j'ai pris un plaisir croissant dans ce double rôle de chanteur et de guitariste. Il faut évidemment continuer à bosser et surtout que je chante comme je le sens et comme je le peux sans essayer d'aller chercher à reproduire ce que d'autres font. C'est tout au moins notre position claire aujourd'hui et ca prend en compte également le péril qu'il y aurait à vouloir absolument intégrer à ROZZ un nouveau membre, humainement et artistiquement, sans être sûr qu'il satisfera davantage notre public.

- Comment expliques-tu les réactions du public vis-à-vis de "Tranches de vie" ?
Attention tout d'abord à ne pas croire que tout a été négatif dans la perception de cet album. L'avis du public n'était pas, loin s'en faut celui des critiques et des grands connaisseurs de ROZZ. Heureusement pour nous, lorsque sa fonction n'est pas d'émettre un avis global, de juger par rapport non seulement à ce que le groupe a déjà produit, par rapport à des critères venant de beaucoup d'écoutes de nombreux autres groupes, mais aussi par rapport à ce à quoi il s'attend, celui ou celle qui achète un disque (ou qui l'écoute) ne s'attend pas à une œuvre globale mais prend ce qui lui plaît et néglige ce qui ne lui plaît pas, d'ailleurs c'est encore plus facile aujourd'hui avec les possibilités d'écoute globale et d'achat titre par titre en téléchargement, n'analyse pas mais est séduit ou non par tout ou partie, se satisfait d'un refrain ou d'un riff accrocheur, d'une dynamique, ne réagit pas en comparaison à un niveau de production la plupart du temps. Il ne faut pas oublier non plus que beaucoup d'albums se vendent en concert qui est probablement la première force de ROZZ.
Des titres comme "Condamné", "Les loups", "Vol de nuit", "Valérie" ou encore "Unis" marchent très très bien, y compris en concert. Si on y ajoute "Ménagère Blues" et "Epilogue", très décalés mais qui séduisent, 5 à 7 titres qui plaisent vraiment sur un album, c'est pas trop mal quand on sait tout ce qu'il a de perfectible...
Tout ça fait que contrairement à ce qu'on pourrait penser, "Tranches de Vie" fonctionne bien, bien que nous ayons radicalement changé notre mode de distribution et que là aussi il y ait plein de choses perfectibles. Globalement à ce jour, cet album est à peine un peu moins bien vendu que le précédent "D'un siècle à l'autre" qui lui était très bien reçu par la critique. Les catégories d'acheteurs et d'amateurs de ROZZ aussi ont changé : on a une bosse très forte sur la catégorie 18-25 ans et toutes les autres tranches d'âges se valent quantitativement. C'est une évolution qui nous fait plaisir car jusque là, c'était clairement les nostalgiques des années 80 qui dominaient. Il semblerait donc que notre public se renouvelle. Tant mieux si par ailleurs nos productions futures nous réconcilient avec ceux qui nous appréciaient.


- Les mouvements de musiciens ont été fréquents dans ROZZ. A quoi cela est-il dû ?
J'en ai expliqué ci dessus une partie, postérieure au départ de Jean Pierre. Mais pour la (les) périodes(s) où JP était au chant, les motifs étaient sensiblement les mêmes :
- insuffisance de niveau, d'engagement ou de travail dans le projet ROZZ
- incompatibilité se dévoilant progressivement au fil du temps au niveau goûts musicaux, rapports humains, choix ...
- certains se sont sentis "étouffés" par nos personnalités respectives et par notre vieille connivence.
Tu sais globalement, regarde un couple, une équipe, une association de personnes et compte ceux où rien ni personne n'a été remplacé au bout de quelques mois ou années et tu as la réponse surtout lorsque les objectifs sont ambitieux et demandent beaucoup d'implication et de sacrifices... J'ai pas de problème avec ça ni avec le jugement extérieur, erroné, qui peut être émis.

- ROZZ revient d'une tournée en Chine. Comment avez-vous dégotté ces dates et combien en avez-vous fait ?

Depuis 2 ans, je travaille à essayer d'entourer ROZZ des personnes les plus compétentes possible. Toujours qui plus est parmi des gens qui aiment profondément notre musique. Ce critère est d'ailleurs probablement plus important encore que l'autre. On bâtit ainsi une équipe efficace dans les domaines de la technique, du booking, des relations media, du management ou encore de la vente du produit ROZZ. Modestement, tranquillement, à notre niveau, mais c'est efficace.
Pour la Chine, c'est extrêmement compliqué car coûteux (c'est à 11000 km), très fermé, extrêmement différent de l'occident. Notre manager et notre agent connaissent très bien ce pays et ont permis quelque chose de très difficile. Ce sera plus facile la prochaine fois grâce aux résultats obtenus cette fois-ci et à l'impact qu'à eu ROZZ sur ceux que nous avons rencontrés lors de ces 15 jours là bas, 5 concerts, 1 festival et quelques prestations privées pour des partenaires.


- C'est une première pour un groupe français ! Comment ces dates se sont-elles passées ? Le public vous connaissait-il ?
Peut-être pour un groupe de Hard-Rock mais par exemple les rappeurs de IAM étaient, comme nous, au programme du beau festival de Shunde ! (entre parenthèses, ca fait aussi du bien de pouvoir faire partie d'un spectacle aux musiques non cloisonnées et par conséquent de présenter ta musique à des gens qui écoutent des choses très différentes les uns des autres, ça me rappelle ce qui se faisait chez nous jusqu'au milieu des années 80, avant l'ère des "étiquettes"...).
Les dates, comme je le disais, ont toutes été un véritable bonheur, bien organisées et ROZZ extrêmement bien reçu et perçu par le public, ce de manière croissante de date en date du fait de la presse et du bouche à oreille.
Une partie du public nous connaissait ou avait au moins lu ou écouté quelque chose nous concernant grâce à l'excellent travail de Jasmine, notre agent. D'autant moins évident que pour la plupart des chinois, les media étrangers tels Facebook, Reverbnation, YouTube etc... ne sont pas accessibles car interdits. Cette proportion augmentait de date en date avec des gens qui revenaient à d'autres concerts mais la plus grande partie du public était simplement curieuse de voir un groupe français, je pense.

- Le public Chinois est-il différent du public Européen ?

Du public français surtout ! Les gens viennent au concert avec curiosité et bienveillance. Ca leur plait, il restent et applaudissent. Ca leur plait beaucoup, ils sont déchaînés et t'attendent même plus d'une heure pour photos, un mediator ou une baguette, quelques sourires et même, ça m'a beaucoup touché, des "Je t'aime" en français, voire en anglais (langue dans laquelle nous communiquions sur scène comme ailleurs). Par contre, si ca leur plaît pas, ils se barrent ou au mieux, comme nous l'avons vu avec un ou deux groupes qui ouvraient pour nous, ils attendent en silence que ça se passe.
Ce qui est différent de ce que nous avons rencontré ailleurs jusque là, c'est clairement l'absence d'a priori et le fait de réagir au ressenti et non à une attitude qu'ici untel ou untel se compose et adopte quasi systématiquement. Je pense que cette spontanéité sans calcul est un des éléments extraordinaires de ce que nous avons rencontré. Ceci dit, ca et là, en Belgique, en Espagne, en Allemagne... et même en France, on voit aussi de temps en temps la même chose mais clairement, en occident, il est préférable d'avoir d'emblée quelques bons supporters et fans dans la salle !


- Vous avez décroché un contrat avec une marque d'instruments Chinois. Qu'est-ce que cela implique pour ROZZ ?
Déjà, les beaux instruments qui nous ont été offerts par Sakura (le groupe propriétaire de cette marque fabrique également pour de très grandes marques mondiales). C'est plus que ce que pas mal de marques font en terme d'endorsement (beaucoup pratiquent simplement une grosse remise à leurs musiciens "vitrine" hormis les stars).
Une collaboration étroite avec eux pour la critique et l'amélioration de leurs modèles haut de gamme et bien sûr le fait que nous devions promouvoir cette marque.
Et bien sûr une amplification de la promo et des moyens médiatiques lorsque ROZZ a joué ou rejouera en Chine.

- Vous allez donc retourner en Chine ?
C'est à l'ordre du jour. Je n'ai pas le pouvoir de dévoiler des éléments géographiques ou un calendrier précis, d'autant que beaucoup d'éléments sont encore en cours d'organisation, mais quelques dates encore cette année et une tournée plus conséquente en 2015 sont plus que probables.


- Paradoxalement, malgré un désaveux du public français avec le dernier album, il semble que ROZZ n'ai jamais aussi bien marché qu'actuellement. Qu'en penses-tu ?
Nous ne le voyons ni ne le constatons pas vraiment comme ça pour ce qui est du désaveu. Il y a eu accrochages avec notre base fans de toujours, et même incompréhension et en partie désertion au fil des problèmes rencontrés par ROZZ comme je les expliquais, avec le départ de JP, une année de quasi absence des scènes, un chanteur différent non accepté et enfin cet album à problèmes avec un marcel qui chante pas bien (rire). Mais non seulement pendant "l'absence" de ces fans de toujours, d'autres ont commencé à nous suivre fidèlement, mais depuis quelques temps, nous retrouvons avec un immense plaisir les gens qui suivent ROZZ depuis toujours et qui reviennent nous voir en concert et nous font part de leur contentement et de leur affection. C'est le fruit d'un gros boulot et surtout du fait de la persévérance qui je crois était nécessaire pour pouvoir présenter à nouveau du solide et démontrer que ROZZ n'avait pas tant changé que ça !
Nous espérons que notre rapport avec anciens et nouveaux fans va aller dans ce sens et, bien sûr, allons prendre un soin tout particulier à nos prochaines sorties en concert comme sur disque.
Ensuite, effectivement ROZZ sort davantage la tête que ces dernières années pour les raisons déjà citées : équipe efficace, line up qui bosse, tournée surprenante, multiplication des dates de concert, davantage de travail promo depuis peu, de nouveau plus de boulot mais les fondations de la maison ROZZ ne sont pas différentes de ce qu'elles étaient.

- ROZZ travaille sur un "best off" reprenant les classiques du groupe avec le line-up actuel. Quels sont les morceaux qui ont été choisis ? Pourquoi un tel choix ?
Oui. c'est une idée conjointe de notre manager Michel, de nombreuses personnes venues nous voir en Chine mais aussi lors des concerts en France qui ont précédé cette tournée durant le premier semestre, et une envie de représenter nos meilleures chansons telles que nous les jouons aujourd'hui et en même temps celles qui plaisent le plus sur scène.
Le choix n'est pas totalement arrêté à 2 ou 3 titres près mais il se fera très certainement parmi ceux ci :
- Condamné (Tranches de vie 2013)
- Ku Klux Klan (Une Autre Vie 1986)
- Défonce (ROZZ démo II 1985)
- Fan (D'un Siècle à l'Autre 2010)
- Né pour le Hard (Une Autre Vie 1986)
- Vol de Nuit (Tranches de Vie 2013)
- Wendigo (D'un Siècle à l'Autre 2010)
- Cauchemar (ROZZ démo I 1984)
- Les Légions du démon ( 2009 )
- Les Loups (Tranches de vie 2013)
- Another Life (Une Autre Vie 1986)
- A Toute Vitesse (D'un Siècle à l'Autre 2010)
- Rien (2009)
- Valérie (Tranches de vie 2013)
- Publicité (Une Autre Vie 1986)
- Unis (Tranches de vie 2013)
- Possession (Une Autre Vie 1986)
et une à deux toutes nouvelles chansons...

- Peut-être aurait-il mieux valu sortir un live immortalisant cette tournée Chinoise ? C'est quand même un évènement !
C'était l'idée de départ mais qui nécessitait des moyens et une équipe supplémentaires beaucoup trop onéreux pour cette première tournée. Nous avons beaucoup d'images tournées en Chine que nous monterons en un ou deux clips mais un live aurait nécessité au niveau audio des enregistrements multipistes systématiques et une équipe vidéo pro de 5 à 6 personnes car nous ne le concevons pas autrement qu'en support type DVD. L'image étant indispensable sur des concerts dans un pays comme celui-là, tant c'est à la fois extraordinaire et différent de ce que nous connaissons en occident.
C'est une de nos préoccupations et de nos volontés pour la prochaine tournée.

- Y a-t-il de nouvelles compos dans votre besace pour un nouvel album à venir ?
Oh que oui ! Le best of n'est pas un produit destiné à "faire patienter" ;o)
En fait, j'écris et je compose tout le temps et seuls très peu de morceaux ont été choisis pour figurer sur des albums. Comme depuis quelques temps, on bosse avec 2 ou 3 auteurs pour nous amener des textes en plus de ceux que j'écris, et que je ne suis pas le seul à avoir des idées musicales dans le groupe, la matière ne manque pas.


- Tu t'occupes parallèlement de l'association PROMOROCK. Tu peux nous en dire un peu plus ? Quel est le but de cette structure ?
Tout groupe ayant envie de se produire régulièrement a besoin d'une asso ou autre entité pour l'épauler et faciliter les taches autres qu'artistiques, en particulier financières, administratives etc... C'était le but premier de Promorock fondée au départ également avec JP. Mais dès le départ nous souhaitions ouvrir cette asso à d'autres groupes, et à tout ce qui touche de près ou de loin l'activité d'artistes rock.
C'est ainsi que nous avons organisé depuis 2009 beaucoup de concerts avec ou sans ROZZ à l'affiche, donné un gros coup de main à d'autres structures alors mal en point comme par exemple le Raismes Fest en 2011, festival dont je suis encore proche aujourd'hui, aidé à la programmation de groupes sur différentes scènes, organisé quelques festivals dont le Nord Metal Festival où nous avions en plus de les programmer, enregistré en multipistes et en video multi caméras pas mal de groupes français et étrangers dont par exemple Shannon et le MZ de Markus Fortunato, et encore notre ROZZ, les excellents norvégiens de Molotow ou les anglais de Praying Mantis...
Nous avons également monté depuis une autre asso, OK Son qui quant à elle gère nos très bons parc matériel sonorisation/éclairages et studio d'enregistrement, et en permet l'accès à des prix et conditions extrêmement attractifs aux musiciens mais plus largement à ceux qui n'ont pas le budget nécessaire pour les services de structures commerciales et techniques professionnelles dans ces domaines.
J'avais prévu et entamé la mise en place d'une 3ème structure complémentaire des 2 premières sous la forme d'un micro label indépendant, Promorock Music qui est la marque sous laquelle Promorock intervient depuis 2010 sur les productions des albums de ROZZ et que je voulais ouvrir à d'autres groupes mais des incompréhensions mutuelles avec les artistes, un gros manque de temps et une méconnaissance totale de la part de la plupart des artistes de ce que peuvent fournir aujourd'hui les structures les mieux intentionnées dans ce domaine m'ont poussé à différer les premières sorties autres qu'émanant de ROZZ, d'autant que, voyant cela sous un angle associatif, je n'avais rien de particulier à y gagner qui puisse justifier les désagréments que cela m'a apporté.

- Y a-t-il des contrats avec d'autres groupes et des choses prévues avec eux ?
Non, tout a été soit annulé soit reporté à une échéance inconnue au jour d'aujourd'hui en ce qui concerne l'activité label.

- Y a-t-il des manifestations à venir prévues par PROMOROCK ?
Oui, Promorock organisera comme chaque année quelques concerts et se joindra à d'autres assos pour les épauler sur des évènements tout comme OK Son. Promorock, en outre, réorganisera en mars ou avril le festival en salle (nous changerons d'endroit pour une meilleure acoustique), "ROZZ and Friends" dont la première édition n'avait vu que très peu de spectateurs malgré une très belle affiche sur deux jours. Nous sommes persuadés que ça doit fonctionner et que ce genre de manifestation dévolue aux groupes locaux et nationaux est indispensable : Avis aux groupes qui souhaitent y figurer et mettre la main à la pâte pour amener leur base fan à se déplacer : vous êtes les bienvenus (promorock@gmx.fr). L'année dernière figuraient à l'affiche outre ROZZ, Fortunato (Lyon), Stratagème (région parisienne), Shoeilager (Champagne), Irminsul (Picardie), Drakkar (Belgique), Outbreaker (Valenciennes), Kalifornia (cover Kravitz, Valenciennes), Les Loques à Terre (Lille), Ramone & Pedro (Lille)... Résultat : une cinquantaine d'entrées payantes à moins de 10 € sur 2 jours. On doit pouvoir faire mieux avec un peu d'enthousiasme...


- Quels sont les projets à venir (ROZZ/PROMOROCK) ?
lL'album "Best of ROZZ" sur lequel nous travaillons déjà et la scène, outre le 17 Août 2014 au Crotoy (somme) où nous jouons dans le cadre de la journée contre la mucoviscidose (venez nombreu(x)ses, c'est au bord de la mer un dimanche, gratuit et important !), nous retrouverons régulièrement les planches en France d'abord en septembre et début Octobre, notamment à Belfort, Colombe et Toulouse par exemple, liste des dates dans notre nouveau site à paraître sous peu : www.ROZZofficial.com

Puis si tout va bien nous repartons en Chine, refaisons quelques dates et de la promo pour l'album "Best of", ce cycle s'achevant par 5 dates en Espagne du 8 au 12 janvier 2015. On peut déjà dire que cette année 2015 sera consacrée quasi exclusivement à la scène.


- En te remerciant, je te laisse conclure.
C'est nous qui te remercions !
On pourrait conclure sur ROZZ mais nous préférerions demander de toutes nos forces aux amateurs de musique, pas seulement de Hard-Rock ou de Metal, de bouger davantage pour aller voir les très bons spectacles que donnent tant d'artistes et de groupes, le plus souvent à moins de 10 km de chez eux et avec un tarif de misère voire gratuitement, et de qualité. On vit dans ces concerts de grands moments, l'émotion n'est pas dans la télé ou sur le net mais au contact des gens. Renouez avec les salles et les artistes en concert, même s'ils n'ont pas de réputation internationale ou d'exposition médiatique et publicitaire.
La vie se vit au hasard des découvertes, elle ne se regarde ou ne se télécharge pas sur prescription d'une multinationale.
Venez aux concerts, y compris dans les petites salles !



Haut de page



Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés