Menu

Messages
Tous les évènements ICI

Publicité
CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

THE SOUNDROOTS
"Keep on movin'"
2014
(Autoproduction)


Discographie

Coupable de rien (2012)
Toujours avancer (2012)
Keep on movin' (2014)
Proud boys (2016)
No more hurts (2018)
Riff 'n' live (2020)
 


2011 à Barbezieux. C'est à la suite de la lecture d'un article paru dans un journal régional que j'apprend l'existence d'un groupe de mon terroir, à moins de quarante bornes de chez moi ! De plus, un groupe qui a l'opportunité d'aller jour au célèbre Whisky-a-Gogo à Los Angeles en Californie ! Ni une ni deux, je décide d'en savoir plus sur ces illustres inconnus. Assez vite, je tombe sur le clip du gang "Toujours avancer" sur YouTube, et ce que j'entend m'enchante. Rencontrer le groupe ne fut qu'une formalité. Des mecs très sympas, simples, passionnés, et des musiciens talentueux.

L'histoire de THE SOUNDROOTS, que l'on peut traduire par "les racines sonores" débute en 2011. Mais si l'on se tourne vers ses racines, il faut se plonger dans en 1997, qui voit deux passionnés de musique, Olivier Guillon (Guitares) et son frère Pierre (Batterie), se lancer dans les reprises et effectuer deux concerts dans un petit bar, avant que les obligations de la vie ne les rattrapent et les obligent à tout laisser tomber. Mais le virus était inoculé. Cette irrésistible envie de remonter sur scène et de jouer restait omniprésente. A tel point que lorsque Pierre revient dans la région, les deux frères décident de fonder un groupe avec leur cousin, le bassiste Christophe Guillon.

Olivier recrute le chanteur au sein de l'équipe de rugby qu'il vient de quitter en la personne de Christophe "Malout" Bourdareau qui "
avait tendance à donner de la voix durant les troisièmes mi-temps, et il avait une sacré bonne voix !". Olivier désirant se consacrer à la guitare rythmique, le quatuor recrute un soliste... un poste qui sera perturbé par plusieurs changements !

THE SOUNDROOTS est né. Nous sommes en 2011. Les musiciens composent et bossent quelques reprises, enchaînant quelques concerts. L'année suivante les charentais passent à la vitesse supérieure et enregistrent leur premier album, qu'ils considèrent comme une démo comme celui qui suivra : "
ce sont vraiment des démos, ça implique un son brut, y'a pas de producteur, le son n'est pas mixé, mais nous voulions avoir quelque chose qui ait de la gueule pour les gens qui seraient intéressés par ce que nous faisons... si à l'avenir on venait à trouver une boîte prête à nous signer et à nous payer un enregistrement, le résultat pourrait être totalement différent".

Personnellement, je pense que nous avons affaire à des albums, de par leur durée, mais aussi par les packagings qui proposent une pochette pro avec paroles et photos, le tout sur un CD bien pressé (et non un CDR).

Le premier est intitulé "Coupable de rien" et sort courant 2012. Le groupe propose une musique à la croisée de ses influences : AC/DC, ZZ Top, Motörhead, Metallica... Mais c'est plus le son des australiens et de la bande à Lemmy que nous retrouvons dans la musique des charentais, rehaussé par des textes déclamés dans la langue de Molière. Fort de ce premier essai, le groupe tout en "brûlant" quelques scènes de la région, récidive et sort un deuxième brûlot à la fin de cette même année intitulé "Toujours avancer". Un titre qui les représente parfaitement, que l'on peut considérer comme le "tube" de l'album. Ce deuxième méfait contient dix titres, dont un chanté dans la langue de Shakespeare. Il est la suite logique de son prédécesseur. Le line-up a évolué, étant composé alors des frères Guillon : Olivier (Guitare rythmique) et Pierre (Batterie), Christophe Bourdareau (Chant), Christophe Guillon (Basse) et Thomas Chevallier (Lead Guitare).

L'année suivante, les charentais continuent de composer tout en assurant quelques concerts dans leur région. Au printemps, une partie des musiciens s'offre un voyage aux States, plutôt bénéfique, puisqu'ils décrochent l'opportunité d'aller jouer plus tard au célèbre "Whisky-a-gogo" de Los Angeles en Californie le 05 février 2015 !!! A leur retour, les musiciens réalisent leur premier clip sur leur chanson "Toujours avancer".

2014 voit nos cinq musiciens investir une nouvelle fois les locaux de Mana Studio à Châteauneuf (16). Mais c'est une nouvelle fois un line-up remanié qui attaque ce nouvel opus. Le cousin Christophe étant parti, la basse est désormais entre les mains de Morgan Petit. Le nouveau soliste se nomme Arnaud Dutertre. Une autre mauvaise nouvelle tombe sur le groupe puisque Pierre annonce son départ prochain. Les parties de batteries sont donc jouées tantôt par lui, tantôt par Michaël Poveda. Manuel Meslier s'occupe de l'enregistrement et du mixage de ce nouvel album, qui voit les charentais s'attaquer à un répertoire majoritairement dans la langue de Shakespeare.

"Keep on movin'" est disponible en juillet 2014, présenté sous une pochette aux photos "roots", privilégiant "
du simple, du frontal !". Un visuel que l'on pourrait intituler "ci-gît ma guitare". En effet, celui-ci représente la photo noir et blanc d'une guitare posée à même le sol. En haut le logo du groupe, en bas le titre de l'album. Simple mais efficace ! Le livret contient comme à leur habitude les textes des paroles et des photos des musiciens que l'on doit à Frédéric Riolon. A préciser que les musiciens et leur look de Bikers aux physiques de rugbymen ne dépareilleraient pas dans une série comme Sons of anarchy.

"Sur la route" ouvre les hostilités, dans la lignée des œuvres déjà desservies par les musiciens. Une rythmique béton ayant la fâcheuse habitude de pousser nos pieds à suivre le tempo. La voix puissante de Christophe nous entraîne sur cette route, dont on se doute que le refrain sera repris en chœurs lors des prochains live. C'est simple, efficace, et ça va droit à l'essentiel... le plaisir de l'auditeur ! Et du plaisir, il y en a à revendre sur cet album. Il faut dire que les charentais s'y entendent pour faire un Hard entraînant, à l'image de "Move on" qui est une réelle réussite. Un véritable tube prêt à enflammer les dancefloor et qui donne l'irrépressible envie de danser ! Les musiciens s'éclatent et ça s'entend. On pense à Rose Tattoo. Une musique idéale pour les pubs "enfumés des eighties" sentant la sueur, la bière et le Jack ! C'est gras c'est lourd et c'est jouissif !

Les musiciens n'inventent rien, mais ils le font bien et leur plaisir de jouer est communicatif ! On sent "les chevaux sous le moteur", la puissance et "l'envie d'en découdre sur les planches". Les chansons s'enchaînent avec la même efficacité : "Madness", "Nobody" avec son entrée à la AC/DC avant que le tempo ne s'accélère et que le refrain ne donne des intonations Punk à ce morceau.

Le tempo se calme ensuite sur "The distance" qui nous plonge dans le bayou avec ces accents Bluesy aux senteurs Bourbonesques de l'ouest américain ! Christophe s'approprie la langue de Shakespeare avec efficacité, et son timbre rugueux de "buveur de Jack" (Je ne dis pas qu'il boit !) se marie à merveille au style.

"The distance" est une autre véritable réussite tout en mid-tempo où chaque musicien donne le meilleur de lui-même. En tête la guitare jouissive d'Arnaud, la rythmique n'est pas en reste et lui donne toute l'amplitude voulue. Et que dire de ce son de basse de Morgan ! Le son, autant en parler  : il est plutôt bon, et n'a rien à envier à quelques sorties sur des labels officiels !

La quasi totalité des textes et de la musique sont l'œuvre d'Olivier Guillon, mis à part "Nobody" signé THE SOUNDROOTS, "Keep on movin'" en collaboration avec son frère Pierre et "Animated movie" avec le chanteur Christophe.

Avec "Buddy", les charentais reviennent à la langue de Molière qui reste au même niveau que les homologues chantant en anglais. Le morceau dépasse les six minutes alors que les autres oscillent entre entre trois et cinq minutes.

Démarrage tout en puissance sur "Animated movie" avant que le tempo ne ralentisse sur l'apparition de la voix pour accélérer sur le refrain, le tout sur une rythmique lourde.

Très AC/DC, "I'll be back" marie la langue de Molière sur les couplets aux refrains en anglais. Une chanson courte, moins de quatre minute pour plus d'efficacité ! Une nouvelle fois le refrain est taillé pour la scène. Le solo d'Arnaud est exécuté de main de maître.

On reste dans le même registre avec "Keep on movin'", un clin d'œil pour l'avenir ! On ferme une porte et on en ouvre une autre : la seule chanson de l'album composée par les deux frères. Un petit cadeau de Pierre avant son départ ? En tout cas, c'est Michaël qui officie sur ce morceau, et franchement, il est franchement difficile de départager l'un ou l'autre. Les deux jouant aussi bien, et si nous ne savons pas qui joue par la jaquette de l'album, il serait quasiment impossible de les différencier, personnellement je n'y arrive pas !

Au final, THE SOUNDROOTS est une agréable découverte, un groupe qui a compris l'essence du Rock, et qui sait retranscrire les vraies racines du Hard Rock. Fans d'AC/DC, Rose Tattoo, Motörhead et consorts procurez-vous les trois albums de ces charentais, dont je vais désormais suivre la carrière avec intérêt, en leur souhaitant d'enflammer les planches du "Whisky a gogo" de Los Angeles en février 2015...

Chronique par Dom Baillon
Décembre 2014


01 - Sur la route (5:00)
02 - Move on (5:02)
03 - Madness (4:23)
04 - Nobody (3:31)
05 - The distance (5:52)
06 - Buddy (6:38)
07 - Animated movie (4:48)
08 - I'll be back (3:49)
09 - Keep on movin' (4:25)

Musiciens : Christophe Bourdareau (Chant), Arnaud Dutertre (Lead Guitare), Olivier Guillon (Guitares), Morgan Petit (Basse), Pierre Guillon & Michael Poveda (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés