Menu


Messages

Tous les �v�nements ICI

Publicit�

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

THE SOUNDROOTS
"No more hurts"
2018
(Autoproduction)


Discographie

Coupable de rien (2012)
Toujours avancer (2012)
Keep on movin' (2014)
Proud boys (2016)
No more hurts (2018)
 


Les Charentais de THE SOUNDROOTS sont de retour en ce mois de mars 2018. Mais cette fois-ci, point d’album mais un EP de cinq titres. Le quatuor avait proposé ces morceaux en live, lors de leur festival annuel privé, qu’il organise dans sa Charente profonde. Le Festo’Fouilloux n’est en effet accessible qu’à un public invité par les membres eux-mêmes, et se veut un moment festif sous le signe du Rock et du Jack. En cette fin d’été 2017, les musiciens dévoilèrent aux personnes présentes, durant un set de près de deux heures, huit nouvelles chansons devant figurer sur leur prochain enregistrement.

THE SOUNDROOTS, ce sont aujourd’hui Christophe Bourdareau (Chant), Olivier Guillon (Guitares/Chœurs), Mickael Tanchaud (Basse) et Yohann Raux (Batterie). Le groupe a pas mal tourné depuis la sortie de "Proud boys", dont un titre avait figuré sur un sampler du magazine "ROCK HARD" en 2016. Le groupe officiait préalablement avec un guitariste soliste, parti depuis vers d’autres contrées. Même si le départ de ce membre fait perdre en côté mélodique, le fait de continuer à quatre apporte de la spontanéité et un côté plus Rock’n Roll à la musique du groupe. Cela pousse aussi Olivier le guitariste, à s’aventurer vers un rôle de soliste. Privilégiant plus l’efficacité que la technique, ce dernier arrive à tirer son épingle du jeu et à embarquer le public lors des prestations du groupe. Il faut dire que la musique du groupe découle de leur passion pour AC/DC, MOTÖRHEAD et Le JACK, et possède donc ce côté rythmiquement entrainant de leurs idoles.

Le quatuor investit une nouvelle fois en cette fin d’année 2017 le
MANA Studio pour enregistrer et mixer son nouveau méfait. Mais après mures réflexions, ils décident d’écarter trois morceaux qu’ils ne jugent pas assez bons pour y figurer. Cinq titres seulement sont alors mis en boite et masterisés par U-Fly Studio. La sortie de ce nouveau CD est repoussée au mois de mars 2018 suite à un retard occasionné par les droits SACEM.

"No more hurts" apparait donc juste avant le printemps, distribué sous pochette cartonnée, format typique d’un EP. L’artwork est une photo que l’on doit à Monik Walmsley, une artiste photographe de Toronto que le groupe, impressionné par son travail, avait contacté pour le nouveau CD. Le résultat est plutôt saisissant, révélant parfaitement le propos du titre de ce nouvel enregistrement. La face tuméfiée d'une femme, une plaie béante sur le nez d'où le sang coule sur les lèvres et le menton, est photographiée en gros plan dans un registre noir et blanc. Le titre "No more HURTS" inscrit en oranger apporte une couleur encore plus saisissante. La photo et le fondu des visages des musiciens au dos sont très réussis aussi. Ce travail-ci, on le doit à Franck Lambert, graphiste sur Paris et ami du groupe, qui s’est donc pour l’occasion occupé de la conception visuelle de ce CD. On découvre au verso le strict minimum : le nom des titres présents, le nom des protagonistes, quelques renseignements succincts sur l’enregistrement, ainsi que quelques remerciements de rigueur.

"The truth" ouvre les hostilités sous la forme de riffs, rythmiquement teintés AC/DC, ponctués de quelques frappes de Yohann, que l’on sent trépigner d’impatience. Un "
Yeah" harangué par Christophe lance la machine qui s’emballe. THE SOUNDROOTS savent parfaitement distiller leurs notes, pressant pile poil où il faut le bouton "headbanging". Impossible de rester insensible à la musique des Charentais ! Mené par le chant puissant et hurleur de Christophe au timbre distillé à la chaleur du Jack, le couplet alterne phrasés assassins et riffs rageurs saccadés. Le tempo est enlevé. Il faut dire que le groupe possède en la personne de Yohann un pur cogneur, qui sait allier puissance et feeling. Le refrain a ce côté addictif et communicatif qui nous donne l’envie d’hurler à l’unisson avec Christophe. Olivier s’en sort très bien côté solo, allant à l’essentiel. "Puppet" traite de nos politiques, sur fond de rock avec ce côté Rock’n Roll. Le tempo est enlevé. Un morceau court, furieux, avec son lot de riffs bien sentis. Le titre avoisine les 2 minutes quarante et pour un meilleur rendu, les musiciens laissent mourir lentement le son… Il faut bien apaiser quelques secondes nos nuques menées à rude épreuve.

Suivant régulièrement le groupe durant leurs concerts dans la région, je connais déjà ces titres. Mais les découvrir en version studio est plutôt un plaisir, d’autant que le son leur rend honneur. "Sect" poursuit avec ce même côté entraînant. Un tempo plus lent, mais toujours bien appuyé. Le travail de sape de la rythmique guitare-basse-batterie est d’une efficacité inébranlable. THE SOUNDROOTS n’hésite pas a arrêter la musique au bout de deux minutes trente. La guitare reprend les choses en main pour un petit passage calme montant crescendo, aidée par la batterie... et la machine est relancée pour un passage instrumental aux riffs bien lourds. Son côté addictif est certain, et même si ici, il cesse avec le morceau au bout de quatre minutes vingt-cinq, il peut continuer très longtemps en live, mettant les nuques du public à rude épreuve.

Quelques coups sur les cymbales et c’est Mickael et sa basse qui introduisent "Crossroad". La musique s’emballe ensuite. La voix de Christophe prend les choses en main, ou plutôt en voix. Ce dernier a gagné en qualité de chant. Tout en restant toujours aussi hargneux, il gagne en mélodie. Cela est  flagrant sur ce titre. Malgré ce registre plus mélodique, cela reste du THE SOUNDROOTS. Et les riffs de "Like a panther" nous le rappellent très vite. Bien marqués, accentués par la batterie. On accélère. Une machine bien rodée et efficace. Accentuant le truc avec une rythmique encore plus lourde, pour encore mieux repartir. Le refrain est ici plus posé. Un côté plus chanté qui permet au couplet au tempo plus relevé de relancer la machine aux headbangues. Chaque musicien abat son travail avec minutie et talent. La partie chantée en duo fait sa petite impression.

THE SOUNDROOTS poursuivent leur petit bonhomme de chemin. Le seul reproche que l’on pourrait faire à ce nouvel enregistrement, c’est sa durée : une vingtaine de minutes ! On en redemande volontiers ! Rien à jeter concernant ces cinq nouvelles missives, qui sont autant d’uppercuts (dont on récupérerait facilement la puissance pour asséner sur la gueule de tous les lâches connards qui frappent les femmes !!!) auditifs, autant de plaisirs communicatifs... un parfait remède contre la morosité ambiante. The SOUNDROOTS est une parfaite machine à faire bouger, vieillie tel un bon Cognac (obligé vu la région d’origine du groupe). Leur musique a la saveur d’un bon Jack au goût de Rock Australien. Alors en attendant de les découvrir en live, procurez-vous d’urgence cet EP "No more hurts" ainsi que leurs précédents enregistrements si vous ne les possédez pas encore !

Chronique par Dom Baillon
Avril 2018


01 - The truth (4:05)
02 - Puppet (2:50)
03 - Sect (4:25)
04 - Crossroad (3:20)
05 - Like a panther (5:35)

Musiciens : Christophe Bourdareau (Chant), Olivier Guillon (Guitare), Mickael Tanchaud (Basse), Yohan Raux (Batterie)



Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits r�serv�s