Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

THORGEN
"IV"
2017
(Brennus)


Discographie

Heretic (2003)
Chemin des dames (2005)
Messager du mal (2010)
IV (2017)


Alors que 2017 a vu le retour d’un grand de l’histoire du Folk Metal SKYCLAD, dans nos contrées et dans un style quasi-similaire, quoique plus Heavy Rock mélodique, les Laonnois de THORGEN reviennent sur le devant de la scène avec la sortie d’un nouvel album. Intitulé "IV", ce nouveau méfait parait sept ans après un "Messager du mal" qui avait distillé ses missives auditives en 2010.

On retrouve toujours Cyrille "Cyre" Bailly (Guitare rythmique/Chœurs) aux commandes, entouré de la famille Dazin : Yves (Chant/Claviers), Marc (Guitares solo/Chœurs) et Mélodie (Violon/Chant), et d’une nouvelle section rythmique avec Oliv’ (Basse/Chœurs) et Nath (Batterie). L'équipe enfante de dix nouveaux titres, Marc s’étant occupé de l’enregistrement, du mixage et du mastering.

"IV" est disponible chez Brennus Music. L’artwork de la pochette représente une retranscription plutôt originale de l’opposition du bien et du mal. On retrouve ce dernier sous forme de gargouille, les mains sur la joue et les coudes appuyés sur un parapet. De la fumée sort de ses naseaux, alors que l’on distingue le titre de l’album "IV" tatoué sur son biceps. La statue d’un angelot le regarde admirativement, le tout dans des coloris gris pierre. Une œuvre que l’on doit à Michel "Tenebrius Rex" Babilotte, qui s’est aussi occupé de la conception graphique du livret. Plutôt complet, il comporte 8 feuillets recto verso, dotés des paroles des chansons, des photos des musiciens, ainsi que des remerciements et renseignements sur cette quatrième offrande.

On y découvre que les textes de "Ange ou démon" sont signés Marc alors qu’habituellement c’est plutôt Cyrille qui les signe. Le clavier pose l’ambiance, vite rejoint par les riffs des guitares sur lesquels le violon vient plaquer sa partition. La seconde surprise arrive avec la voix de Mélodie qui enchaine sur le premier couplet, imageant ainsi cette opposition "Ange ou démon" du titre. Le deuxième couplet plus rapide est idéal pour incorporer un refrain efficace. Côté soli, c’est le violon qui mène la danse avec plusieurs breaks amorcés par des riffs efficaces accompagnés d’une rythmique bien marquée. On repart avec le deuxième couplet... ponts... refrains. Le violon reprend la main sur une rythmique plus marquée et des riffs plus mordants jusqu’à la conclusion du premier titre avec ces quelques notes du clavier. Une entrée en matière plutôt plaisante qui ne déroutera nullement les afficionados du groupe.

"Aurélia" accélère le tempo avec un Heavy puissant que n’aurait pas renié un MANIGANCE auxquels nous aurions rajouté de fortes sonorités folk. Le violon est omniprésent et le chant, ici plus agressif, est interprété par Yves. Au bout de deux minutes le morceau se meurt, avant que le clavier repose l’ambiance, plutôt douce sur laquelle viennent se plaquer les soli de Marc. Le tempo s’accélère au grés de son avancée, enchainant différents soli avant de conclure sur le refrain.

Une entrée en matière des guitares sur "La bête", deuxième titre dont les paroles sont signées Marc, avant que le violon n'entre dans la danse. Du fait de la voix, cela sonne terriblement années 80 avec un chant français. Le titre est entraînant, le refrain rehaussé par l’interprétation en duo avec Mélodie n’en a que plus d’impact. Plutôt que de se faciliter le travail et proposer un simple morceau Heavy couplet/refrain/solo, le groupe préfère y incorporer plusieurs changements d’ambiances musicales, apaisant le propos. Signalons ici la partie de basse, qui de quelques notes, apporte un gain appréciable. Le tempo s’emballe pour magnifier les soli de Marc, toujours efficaces. Le violon est omniprésent.

"Addiction" est plus agressif, porté par la voix de Mélodie qui se révèle plutôt efficace dans le registre, se permettant même quelques montées impressionnantes dans les aiguës. Bien sûr, son timbre, suivant les affinités de chacun, ne plaira pas à tous. Personnellement, je trouve qu’elle apporte un plus non négligeable à l’évolution de THORGEN. Sur cet "addiction", cela est flagrant, et donne plus d’impact au refrain interprété par Yves. L'un des titres que je préfère de cette nouvelle offrande. Les riffs y sont bien marqués et incisifs. Les Laonnois proposent des titres dans un registre classique avoinant les quatre minutes.

On reste dans un style Heavy puissant sur "Les liens de sang", avec notamment un excellent travail de Nath sur ses fûts. Le chanteur reprend ici les commandes, avec un refrain dont les chœurs omniprésents font leur boulot. Les parties clavier me font penser ici aux défunts KLAXON, période la plus énervée de leur premier album. Mise en ambiances plus sombre sur l’intro de "Absence", avec entre autres ces quelques notes savoureuses de basses. Les choses évoluent de nouveau vers un Heavy puissant. Mélodie fait vibrer les cordes de son violon, y dévoilant tout son talent, que ce soit pour ponctuer l’ambiance, y incorporer le refrain ou tout simplement y distiller quelques soli. Les autres musiciens ne sont pas en reste et font plus que la seconder, apportant leur pierre à l’édifice pour bonifier le morceau.

THORGEN nous rappelle que nous sommes en plein centenaire de la guerre 14-18, en nous gratifiant d’une nouvelle version de "Chemin des dames" que l’on avait découvert sur le deuxième album du groupe sorti en 2005. C’est Heavy, puissant, bien exécuté. Le sujet est grave, empli de colère soutenue, de tristesses contenues… Ce "Chemin des dames" est tout simplement une des réussites du groupe !

Tout comme "Ni dieu ni maître", qui poursuit sur la lancée. Un titre puissant bien Heavy lui aussi, interprété par Mélodie et Yves au chant. Saluons ici les superbes parties d’Oliv’ sur sa quatre-corde, ainsi que la partie instrumentale du morceau, sur laquelle chaque musicien excelle. Un titre taillé pour le live avec son refrain fédérateur !

Un morceau qui se veut très fort avec "Au nom des morts", ponctué en cela par le chant quasiment en duo tout du long. On est littéralement entraînés ! C’est puissant et interprété avec talent. On termine en beauté avec "Plus d’espoir", un titre sombre. Le tempo est lourd, les riffs incisifs et le chant, toujours en duo est puissant. Ce titre est un véritable cri de colère. Un hymne au désespoir... et un véritable massacre pour nos nuques, headbanging oblige ! Ce titre est la preuve que chaque musicien excelle dans son art, chacun s’y dévoilant au bénéfice de la chanson. Ce "Plus d’espoir" est à mon avis l'un des meilleurs titres de l’album, le concluant ainsi en apothéose.

THORGEN signe avec ce "IV" un très bon album. Après sept ans, on ne les attendait plus ! L’apport du chant de Mélodie s’avère plutôt réussi et un véritable gain pour l’univers musical de nos Laonnois. Amateurs de Heavy Rock puissant aux sonorités Folk, ruez-vous sur cet album qui regorge de superbes moments ! "Plus d’espoir", "Addiction", "Chemin des dames 2017", "Au nom des morts"… Après 17 ans d’existence, THORGEN a su évoluer, apportant sa marque à un style ! Si vous vous reportez aux différentes chroniques que France Metal Museum a consacrées au groupe vous remarquerez qu’à chaque fois, chaque nouvel album est considéré meilleur que son prédécesseur. Ben pourquoi changer ! "IV" est sans conteste le meilleur album de THORGEN. Indispensable !

Chronique par Dom Baillon
Mai 2018


01 - Ange ou démon (3:55)
02 - Aurélia (4:15)
03 - La bête (4:05)
04 - Addiction (4:30)
05 - Lien de sang (4:00)
06 - Absence (4:35)
07 - Chemin des dames 2017 (5:20)
08 - Ni dieu ni maître (4:08)
09 - Au nom des morts (4:08)
10 - Plus d’espoir (5:35)

Musiciens : Yves Dazin (Chant), Marc Dazin (Guitare), Cyrille "Cyre" Bailly (Guitare), Oliv (Basse), Nath (Batterie), Mélodie Dazin (Violon/Chant)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés