Menu

Messages
Tous les évènements ICI

Publicité
CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

OCEAN
"A Live + B"
1980
(Barclay)


Discographie

God's clown (LP 1976)
Ocean (LP 1980)
Qu'est-ce que tu dis ? (SP 1980)
A Live + B (LP 1980)
Ocean (LP 1981)
Louise (SP 1981)
Attention contrôle (SP 1981)
16 grands succès (LP 1981)
Spécial polar (SP 1983)
Juste au bout du désert (SP/EP 1986)
Story, live & more (Coffret 2010)
C'est la fin (CD 2016)


Drôle d’album que ce A live + B qui reste pour moi une énigme et me laisse perplexe quant à son intérêt global.

Comme son nom l’indique la face A contient du live, plus précisément 4 titres dont 3 inédits pour l’époque, puisque seul "Je suis mort de rire" figurait sur le premier OCEAN éponyme paru en 1980.

Mais le plus incompréhensible reste cette face B constituée de 4 titres studio issus de ce même album éponyme, paru un an auparavant et par conséquent sans aucun intérêt pour le fan !!!

Je vais donc m’attarder uniquement sur cette partie live enregistrée par Mick McKenna grâce au studio mobile "The rolling stone mobile one" sur la tournée effectuée en 1980 en première partie de AC/DC, Dominique Blanc Franquart se chargeant du mixage.

C’est l’inédit "Qu’est ce que tu dis ?" et son riff entêtant qui ouvre les hostilités. Ce morceau est tout bonnement excellent en guise d’ouverture. La guitare de Georges Bodossian est à la fête et son compère chanteur se révèle comme toujours formidable.

On enchaîne sans souffler sur un "Je suis mort de rire" dopé aux amphétamines par les conditions live. Il me semble que ce titre subit effectivement une accélération de tempo purement jouissive, sans compter cet instant où le groupe se lance dans une mini jam et où l’organe de Robert Belmonte se pare d’intonation à la Robert Plant du plus bel effet.

Deuxième inédit, "On se rock de moi" se veut très rock’n’roll, avec un riff maintes fois utilisé mais tellement efficace, surtout en conditions live. Le groupe envoie du bois, s’autorise à nouveau une petite improvisation au beau milieu du morceau et une irrésistible envie de taper des mains et des pieds s’empare de nous.

Pas de répits. C’est "Dégage" (encore inédit à l’époque mais qui figurera sur l’album éponyme de 1981) qui nous est offert en pâture. Pas de surprise, voici là encore un rock hard bien couillu, sans fioritures mais d’une efficacité redoutable tant le quatuor est bon à tous niveaux.

"Bonsoir, merci" et c’est fini ! Robert Belmonte met fin aux agapes après seulement 4 titres qui laissent imaginer la furieuse tornade rock’n’roll que pouvait être Océan sur les planches au début des 80’s.

Seulement voilà, si cette face live se révèle intense, on aurait bien repris une bonne baffe dans la gueule en retournant le vinyle sur la face B... Tel ne sera pas le cas !

Et je ne comprends pas pourquoi, car je ne peux pas imaginer que le studio mobile n’ait pu capter que 4 titres exploitables sur l’ensemble de la tournée.

L’incompréhension et les regrets viennent malheureusement un peu ternir ces fabuleuses 20 minutes live et on reste sur sa faim un peu comme si le maître d’hôtel s’arrêtait de vous servir après l’entrée.

Finalement, il eut été plus judicieux de se contenter d’un format maxi 45 tours qui aurait fait un excellent produit compact et intense, en un mot indispensable.

Au lieu de ça, nous avons entre les mains un disque bâtard, dont la face A sera assurément plus usée que la B et qui me pousse à mettre un zéro pointé à Barclay pour la démarche commerciale douteuse et pour le cruel manque de respect envers les fans.

Reste que le groupe, et je ne peux pas finir sur une note négative concernant OCEAN, nous délivre en 4 titres une prestation live d’une intensité rare et d’une qualité exceptionnelle qui justifie à elle seule de se procurer ce disque.

Signalons que la réédition de ce disque contenu dans le coffret 2010 "Story, live & more", tente de réparer cette ignominie de la maison de disque et qu’en lieu et place de la face B, nous avons droit à une archive bootleg captée en première partie de Iron Maiden sur le "Killer world tour" en 1981.

Certes il s’agit d’un pirate avec le son qui va avec, mais il reste plutôt correct et permet une nouvelle fois de goûter l’ambiance et de constater la qualité des prestations scéniques de OCEAN à son apogée.

On aurait préféré l’intégrale d’un concert de 1980 en bonne qualité, mais il semblerait que les bandes masters ne soient plus accessibles et cette réédition se révèle toujours meilleure que l’originale vinyle, d’autant plus que la reprise de "Ton dernier acte"» (issue du tribute to TRUST) et une version inédite de "Juste au bout du désert" on été ajoutées en bonus.

Chronique par Lolo36
Mai 2013


01 - Qu'est ce que tu dis ? (live)
02 - Je suis mort de rire (live)
03 - On se rock de moi (live)
04 - Dégage (live)
05 - Où et quand tu veux
06 - T'as qu'à t'casser
07 - Paye
08 - Joue

Musiciens : Robert Belmonte (Chant), Noël Alberola (Basse, Chant), Georges Bodossian (Guitare, Chant), Alain Gouillard (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés