Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

NIGHTMARE
"The aftermath"
2014
(AFM Records)


Discographie

Waiting for the twilight (1984)
Power of the universe (1985)
Astral deliverance (MCD 1999)
DeLIVErance (2000)
Cosmovision (2001)
Silent room (2003)
The dominion gate (2005)
Travel in the spheres of time (2006)
Genetic disorder (2007)
Insurrection (2009)
One night of insurrection (2011)
The burden of God (2012)
The aftermath (2014)
Dead sun (2016)


Les Grenoblois de NIGHTMARE nous proposent leur nouvel album "The aftermath" qui sort officiellement le 25 Mai 2014 sur le label AFM Records.

De belles mélodies de refrains, NIGHTMARE est passé maitre dans leurs conceptions, comme sur "Bringers of a no man's land" au rythme soutenu et qui ouvre l'opus de belle manière, ou "Forbidden tribe" plus lourd et pesant, accélérant par moments le tempo sur des guitares m'évoquant le jeune groupe SYR DARIA.

"Necromancer" possède cette rythmique marteau-pilon presque Thrash, pour se faire plus mélodique sur le refrain ou certains ponts. Il faut dire que c'est souvent la conception même des titres de la bande. Des refrains harmonieux et marquants, avec des couplets et des ponts plus brutes ou bruts, c'est comme vous voulez...

Quelques cordes orchestrales se font entendre sur "I am immortal" le titre phare de cet opus. Les orchestrations sont également présentes sur d'autres titres, mais de façon modérée et bien moins mises en avant que sur l'album "Cosmovision".

Les guitares sont à mes yeux plus harmoniques et moins fouillis que par le passé, sans parler des soli qui me semblent également plus aboutis. Franck Milleliri et Matt Asselberghs ont sans contestes amélioré les choses, même si NIGHTMARE semble être revenu sur cet album à un côté plus glauque et noir.

"Ghost in the mirror" est un peu différent du reste. L'un de ses couplets sonne légèrement bizarre. Non pas qu'il soit faux, mais la ligne mélodique choisie est étrange à mes oreilles. Des vocaux façon "extrême" répondent également par moments à Jo Amore, façon "porc que l'on égorge". Pas vraiment ma came tout ça.

C'est une ambiance feutrée qui démarre "The bridge is burning" où quelques légers arrangements accompagnent la voix de Dio... heu... de Jo Amore... Piano et violons "manouches" viendront breaker cette compo plutôt lourde.

"Bringers of a no man's land", "Forbidden tribe", "I am immortal" et "Mission for God" sont des hits potentiels du groupe. De grandes compositions très prenantes.

NIGHTMARE est un excellent groupe, c'est indéniable, très pro et avec une technique évidente, mais il faut accrocher à leur style si particulier. Si vous avez quelques réticences avec les derniers albums des Grenoblois, il n'y a pas de raisons que cela change.

En revanche, les fans du combo retrouveront leurs repères sur ce "The aftermath". Il n'y a pas à sourciller, c'est du NIGHTMARE. Et si vous avez apprécié "Insurrection" vous ne serez pas dépaysés.

Chronique par Duby
Mai 2014


01 - The aftermath (Intro) (0:55)
02 - Bringers of a no man's land (4:30)
03 - Forbidden tribe (4:26)
04 - Necromancer (4:54)
05 - Invoking demons (5:06)
06 - I am immortal (4:55)
07 - Digital DNA (4:38)
08 - Ghost in the mirror (5:19)
09 - The bridge is burning (5:40)
10 - Mission for God (4:42)
11 - Alone in the distance (4:27)

Musiciens : Jo Amore (Chant), Yves Campion (Basse), Franck Milleliri (Guitares), Matt Asselberghs (Guitares), David Amore (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés