Menu


Messages

Tous les évènements ICI

Publicité

CHRONIQUES

 

# - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - COMPILES

TRUST
"IV"
1983
(Epic)


Discographie Principale

Trust (1979)
Répression (1980)
Répression (version Anglaise - 1980)
Marche ou Crève (1981)
IV (1983)
Man's trap (version Anglaise 1984)
Rock 'n' Roll (1984)
Paris by night (Live - 1988)
En attendant (1988)
Prend pas ton flingue (1992)
Répression dans l'hexagone (1992)
The back sides (1993)
Europe et haines (1996)
Still A live (1997)
Ni Dieu ni Maître (2000)
Soulagez-vous dans les urnes (2006)
13 à table (2008)


Avec "Marche ou crève", TRUST, malgré la qualité indéniable de ce disque, avait essuyé ces premières remontrances (on ne peut parler de critiques) et on lui reprochait une production un peu trop clinique et des compositions moins percutantes que par le passé.
Certains osant parler de manque d’inspiration, de lassitude voire même d’un groupe en pilotage automatique alors que le combo n’a jamais été aussi gros, se permettant même le luxe d’une tournée allemande avec en point d’orgue leur fameuse prestation pour le cultissime show télévisuel du ROCKPALAST.

Bref, ce TRUST IV débarquait dans un climat de méfiance et les critiques aiguisaient leurs couteaux si bien que le groupe aurait pu choisir la sécurité et sortir un album dans la lignée de ces deux premiers efforts. Mais voilà, ce n’est définitivement pas l’esprit trustien.

Les parisiens au contraire ont décidé d’être ambitieux et de voir les choses en grand, s’offrant les services d’un orchestre, d’une chorale et embauchant pour chapoter le projet ni plus ni moins qu’un des plus fameux producteur du circuit, le célèbre Andy Johns (Led Zeppelin, Deep Purple…).

Autant dire que TRUST IV (aussi appelé "Idéal" dans certaines discographies) est certainement l’album le plus onéreux du groupe à ce jour.

Musicalement, il faut distinguer les deux faces de cet album (et oui le CD n’existait pas encore).

La face A, est lancée par le nouveau venu, Clive Burr (selon les batteurs, le meilleur passé au sein de TRUST), qui a fait le chemin inverse de Nicko McBrain parti pour sa part chez Iron Maiden.

C’est en effet lui qui introduit "Par compromission", un titre somptueux et très hard, les paroles de Bernie sont comme d’habitude excellentes mais c’est surtout Nono qui est impérial sur ce titre, ses guitares sont incisives à souhait et ce n’est pas moins de trois soli dont nous gratifie le "guitar hero" dans cette superbe composition qui selon moi mérite le titre de classique de TRUST.

"Varsovie", est lui aussi du très grand TRUST, des paroles typiquement "bonvoisiennes" pour un titre qui compte à coup sûr parmi les plus heavy jamais écrit par le groupe. Nono est là encore énorme. Superbe morceau et en ce qui me concerne le meilleur de l’album.

Sur "Les armes aux yeux", le groupe s’essaie à la ballade, mais attention, on est bien loin de Scorpions. En effet, les guitares sont belles et bien présentes et il faut vraiment parler de power ballade, surtout qu’il est difficile de parler de la vie carcérale et du retour à la vie civile avec douceur. Les paroles de Bernie comptent parmi les meilleures qu’il ait écrites (on ressent tour à tour la souffrance, la haine, l’incompréhension) et confèrent à ce titre une atmosphère malsaine qui contribue à sa réussite.

"Idéal" est, c’est évident dès la première écoute, le single de l’album. Ce titre se veut moins hard, plus rock (d’ailleurs Nono s’efface au profit d’un saxophone lors du solo) mais néanmoins fort sympathique et entêtant. Bernie a là encore écrit des paroles excellentes au sujet des mercenaires, ces hommes qui ne vivent que pour et par la guerre.

La première face s’achève sur "Le pouvoir et la gloire", un titre plus que moyen, pas très inspiré et l’album aurait probablement gagné en qualité si cette composition avait été remplacée par l’inédit de l’époque qui atterrira en face B du single : l’excellent "Toutes barricades".

Retournons la galette et attaquons nous à la célèbre face du diable. Il s’agit effectivement d’une quadrilogie dont le thème principal s’inspire de la tragédie de Faust ou pour résumer succinctement, l’histoire d’un homme qui choisit de vendre son âme au diable avec toutes les conséquences, bonnes et mauvaises, que cela implique.

C’est à partir de là que l’orchestre et les chœurs entrent en jeu mais sans jamais dénaturer la musique du groupe.

Les quatre titres concernés sont très hard rock, voire heavy, truffés de guitares, les rythmiques sont plombées (Clive Burr est monstrueux et Vivi se met au diapason) et la voix de Bernie est agressive à souhait, diabolique, collant parfaitement au concept abordé.

Je me demande réellement pourquoi les critiques se sont abattues sur le groupe tant il faut parfois tendre l’oreille pour percevoir la présence de l’orchestre.

Cette face du diable est selon moi une vraie réussite mais elle est malheureusement arrivée à une époque où les fans de hard rock n’étaient pas forcément capables d’une réelle ouverture d’esprit et elle n’a malheureusement pas été perçue à sa juste valeur. Et c’est bien dommage.

Cependant ce concept possède un avantage non négligeable, dans le sens que si aujourd’hui une chanson telle que "Varsovie" ne colle plus à l’actualité du fait ses paroles, ce n’est pas le cas de cette face du diable qui reste intemporelle.

Je dirai donc, en résumé, que ce quatrième album présente sur sa face A un TRUST plutôt traditionnel avec des compositions qui n’ont pas à rougir par rapport à ce qu’ils ont sorti auparavant, tandis que la face B propose un TRUST musicalement, plus aventureux et ambitieux qui a décidé de mettre les moyens pour proposer un mini concept album que je ne peux que vous conseiller de redécouvrir aujourd’hui.

Selon moi ce "IV" est un pur album de TRUST qui n’a rien à envier à ces prédécesseurs, c’est un excellent opus avec un artwork magnifique (peut être la plus belle pochette du groupe) où je ne distingue qu’une seule composition faible.

Personnellement, c’est l’album qui m’a permis de découvrir le groupe et depuis ce jour là j’ai signé le pacte et je me retrouve damné, mais je ne regrette vraiment rien.

Chronique par Lolo36
Mars 2010


01 - Idéal (4:24)
02 - Jugement Dernier (5:17)
03 - La Luxure (5:20)
04 - Le Pacte (3:49)
05 - Le pouvoir et la Gloire (3:36)
06 - Les armes aux yeux (3:53)
07 - Par Compromission (4:20)
08 - Purgatoire (4:10)
09 - Varsovie (4:58)

Musiciens : Bernard "Bernie" Bonvoisin (Chant), Norbert "Nono" Krief (Guitares), Yves "Vivi" Brusco (Basse), Mohamed "Moho" Chemlekh (Guitare), Clive Burr (Batterie)




Haut de page


Copyrights France Metal Museum - Tous droits réservés